Silba adipata McAlpine

Présentation      Biologie      Mode de vie      Infestation      Moyens de lutte

 


Accueil > Mode de vie > Tests d'appâts sucrés pour l'observation

 

Auteur : François DROUET
Photographies : François DROUET

(sauf indications)
Tous droits réservés 

 

 

Tests d'appâts sucrés
pour l'observation

 

 

 

Ayant observé que pour leur nutrition les mouches noires du Figuier sont attirées par les figues mûres et par le jus sucré tombé de celles-ci sur les feuilles situées au-dessous, j'ai essayé divers appâts sucrés pour les attirer et faciliter ainsi mes observations photographiques.

Je rapporte mes expérimentations selon le plan suivant : jus de figue du commerce, pulpe de figue en surmaturité sur feuille, pulpe de figue en surmaturité sur bois, essai d'un appât sucré ex situ.

 

JUS DE FIGUE DU COMMERCE

 

Début juin 2015, en période sans figues mûres, j'ai suspendu des feuilles de papier essuie-tout en plusieurs épaisseurs imbibées de jus de figue du commerce sur une touffe de la variété unifère 'Bellone'.

Je les ai placées en périphérie de l'arbre, à 1,50 m du sol et à 1 m l'une de l'autre, à plat sur des grandes feuilles leur servant de support. J'ai veillé à les disposer de telle manière que le jus coulant du papier imbibé tombe sur de larges feuilles situées au-dessous.

Pour parachever le dispositif, j'ai terminé la bouteille de jus de figue en versant directement du jus de figue sur plusieurs larges feuilles du figuier, au-dessus et sur les côtés de celles supportant les feuilles de papier essuie-tout.

Pendant trois jours successifs, en fin d'après-midi, j'ai attendu pendant trois heures à proximité de ce dispositif. Aucune mouche noire du Figuier ne s'est posée sur la zone du figuier ainsi apprêtée. Un certain nombre d'autres mouches, mais, somme toute, en faible nombre.

Pourtant, les feuilles de papier essuie-tout étaient encore humides le troisième jour...

 

PULPE DE FIGUE EN SURMATURITE SUR FEUILLE

 

PREMIER TEST (septembre 2015)

En septembre 2015, j'ai eu l'idée de tester comme appât la pulpe de figue en surmaturité, en opérant sur une touffe de la variété unifère 'Col de Dame Noire' qui portait de nombreuses figues mûres.

J'ai badigeonné avec l'intérieur de figues en surmaturité de nombreuses feuilles larges pendant verticalement et situées dans des zones du figuier habituellement fréquentées par des mouches noires du Figuier.

J'ai laissé sur les feuilles d'épaisses traînées de pulpe, humides pendant une demi-journée, sèches ensuite.

Mouche noire du Figuier : pulpe de figue en surmaturité déposée en appât sur feuille de figuier

Mouche noire du Figuier : pulpe de figue en surmaturité déposée en appât sur feuille de figuier

Je n'ai constaté aucune pose de mouches noires du Figuier sur les feuilles ainsi traitées...

 

SECOND TEST (juin 2016)

A la suite du test de septembre 2015, je pensais que les figues mûres en grand nombre avait constitué une concurrence plus attractive.

Mais j'ai abandonné cette hypothèse lorsque j'ai fait le même constat l'année suivante sur un figuier totalement dépourvu de figues mûres, lors d'un test d'envergure.

En effet, à la fin du mois de juin 2016, sur une touffe de la variété unifère 'Bellone' où il n'y avait que des figues vertes immatures, j'ai enduit largement  de pulpe de figues de la variété 'Dauphine' en surmaturité soixante feuilles situées sur tout le pourtour de la touffe, à environ 1,5 m du sol.

Je n'ai constaté aucune pose de mouche noire du figuier sur la touffe traitée pendant mes deux heures et demi d'observation qui ont suivi (de 17 h à 19 h 30...). Or, j'avais pu observer deux jours avant trois mouches de la figue simultanément sur cette touffe.

Le jour suivant, pendant mes quelques heures d'observation de la même touffe, j'ai constaté la présence d'une mouche noire du Figuier qui a passé la quasi-totalité de son temps sur les feuilles non enduites de pulpe. Elle s'est arrêtée rarement, et surtout peu longtemps, sur les feuilles qui avaient été enduites de pulpe de figues (la pulpe avait séché mais attirait encore d'autres espèces de mouches).

Je précise qu'aucun figuier à proximité ne portait des figues mûres pouvant avoir concurrencé les appâts disposés sur la touffe de 'Bellone'. J'avais prélevé les figues 'Dauphine' en surmaturité dans le jardin d'un ami.

 

PULPE DE FIGUE EN SURMATURITE SUR BOIS

 

A la mi-septembre 2015, j'ai tenté une variante du procédé précédent sur une touffe de la variété unifère 'Col de Dame Noire', pour laquelle c'était la fin de période des figues sur l'arbre (seulement une dizaine de figues mûres ou en surmaturité...).

J'ai badigeonné avec l'intérieur de figues en surmaturité des branches charpentières et des rameaux situés en périphérie de la touffe, à environ 1,50 m du sol. En prenant soin de traiter uniquement leur face extérieure.

Mouche noire du Figuier : pulpe de figue en surmaturité déposée en appât sur rameau de figuier

Mouche noire du Figuier : pulpe de figue en surmaturité déposée en appât sur rameau de figuier
(la pulpe a commencé à sécher...)

Je n'ai constaté que la pose d'une seule mouche sur un rameau.

Mouche noire du Figuier attirée par de la pulpe de figue déposée en appât sur un rameau de figuier

Mouche noire du Figuier attirée par de la pulpe de figue déposée en appât sur un rameau de figuier
(grossissement : x 5,5)

Et la pose d'une autre mouche sur une charpentière...

Mouche noire du Figuier attirée par de la pulpe de figue déposée en appât sur une charpentière de figuier

Mouche noire du Figuier attirée par de la pulpe de figue déposée en appât sur une charpentière de figuier
(à proximité d'une zone mastiquée ; grossissement : x 5,5)

A la réflexion, j'aurais peut-être dû ne pas mettre en oeuvre ce procédé en parallèle avec un procédé au latex (feuilles arrachées), qui a été un concurrent beaucoup plus attractif.

 

TEST D'UN APPÂT SUCRÉ EX SITU

 

Pour terminer ce chapitre, je livre une observation réalisée ex situ.

Lors de mes séances de photographie avec des mouches issues de mon élevage, j'ai plusieurs fois tenté de barrer le chemin de celles-ci, marchant sur une vitre, avec une figue bien mûre.

Sans jamais parvenir à les faire monter sur la figue, les mouches s'obstinant à simplement contourner celle-ci.

Il en a été de même lorsque j'ai utilisé une petite cuillère enduite de suc de figuier : impossible de les faire monter sur la petite cuillère qu'elles ont contournée à la marche aussi minutieusement que la figue mûre.

 

 

Retour au début de la page Début page   Retour au sommaire Sommaire