Silba adipata McAlpine

Présentation      Biologie      Mode de vie      Infestation      Moyens de lutte

 


Accueil > Infestation > Attaques pendant une chute physiologique massive de figues fleurs

 

Auteur : François DROUET
Photographies : François DROUET

(sauf indications)
Tous droits réservés 

 

 

Attaques pendant une chute physiologique massive de figues fleurs (2020)

 

 

 

Au début de la saison 2020, je n'avais posé aucun piège sur mon figuier ‘Grise de la Saint-Jean’, pour épargner les mouches noires afin de maximiser les probabilités d’observer des pontes dans les figues fleurs. Aucun piège n'avait été posé non plus sur mes deux autres figuiers, de variétés unifères.

Le 10 avril, au cours de 3 h d’observation du figuier de la variété 'Grise de la Saint-Jean' afin d’essayer de repérer des pontes, j’ai été surpris de constater que des dizaines de figues minuscules (en majorité d’un diamètre inférieur à 1,5 cm) avaient viré partiellement au rouge. Mais je n'ai procédé à aucun ramassage de figues.

 

RAMASSAGE DES FIGUES ROUGIES

 

12 avril

Les figues rougies étaient encore plus nombreuses que le 10 avril. J’ai voulu en avoir le coeur net et j’ai ramassé un lot de 92 d'entre elles. Elles ne résistaient pas à un léger coup de doigt et elles présentaient toutes la base du pédoncule sèche (aucun écoulement de latex lorsque la figue se détachait).

J’ai mesuré le diamètre de toutes les figues et les ai examinées.

Diamètres s’échelonnant de 0,8 cm à 1,8 cm (à l’exception de 2 figues de 2 et 2,3 cm de diamètre). En grande partie, diamètres inférieurs à 1,5 cm.

Aucune figue ne présentait de trous de sortie de larve.

J’ai ouvert toutes les figues, pour détecter des dégâts internes et des larves. Et j'ai recherché des oeufs sous les écailles ostiolaires pour la totalité des figues dépourvues de larves et ne présentant pas de dégâts de larves.

J’ai mesuré les larves trouvées et ai appliqué la méthode de détermination de la date d’attaque.

Résultats des recherches.

1 figue en partie desséchée et molle de 1,2 cm de diamètre (le diamètre était plus important quand la figue était dure...), avec 2 larves. Taille des 2 larves : 4 mm. Ponte datée au 23 mars.

1 figue de 1,2 cm de diamètre, avec 4 larves (deux tailles différentes : 3 mm et 1,5 mm) – au moins deux pontes successives : l'une datée au 27 mars et l'autre au 2 avril.

1 figue de 1,7 cm de diamètre, avec 2 larves. Tailles des larves : 3 mm. Ponte datée au 27 mars.

1 figue de diamètre exceptionnel pour le lot des figues ramassées (2,3 cm), avec 1 larve. Taille de la larve : 3 mm. Ponte datée au 27 mars.

1 figue de 1,3 cm de diamètre, avec 1 larve. Taille de la larve : 1,5 mm. Ponte datée au 2 avril.

2 figues (diamètres : 1,4 cm et 2 cm) présentaient des légères traces de dégâts sur l'inflorescence. Aucun trou de sortie de larve et je n'ai pas pu trouver les larves qu'elles contenaient. J'en ai déduit que celles-ci étaient de taille minuscule, estimée à 1,5 mm de longueur. Pontes datées au 4 avril.

6 figues (diamètres 1,5 à 1,8 cm) contenaient des enveloppes d’oeufs sous une écaille ostiolaire. A ma relative surprise, ces 6 figues ne contenaient pas de larves et ne présentaient aucun dégât de larve. En tout état de cause, la présence d'enveloppes d'oeufs prouve une attaque de Silba adipata McAlpine. Hypothèse : larves minuscules indétectables de longueur 1 mm (naissance) à 1,5 mm (2 jours de vie). Pontes datées du 2 avril au 4 avril.

Soit un total de 13 figues attaquées par Silba adipata McAlpine.

Les 79 autres figues rougies ramassées le même jour ne présentaient aucun dégât de larves ni dans l'inflorescence, ni dans le parenchyme.

 

14 avril

J’ai ramassé sur l’arbre toutes les figues rougies que je n’avais pas ramassées le 12 avril et celles qui s'étaient dévoilées entre les deux ramassages.

Ce deuxième lot comportait 123 figues, qui ont subi les mêmes investigations et mesures que celles du premier lot.

Aucune figue avec trous de sortie de larve.

Diamètres s’échelonnant de 0,7 cm à 1,9 cm (à l’exception de 3 figues de 2 à 2,5 cm de diamètre). En grande partie, diamètres inférieurs à 1,5 cm.

J'ai trouvé 2 figues infestées.

1 figue de diamètre 1,5 cm, avec 1 larve de 4 mm de long. Ponte datée au 25 mars.

1 figue de diamètre 1,7 cm, avec 1 larve de 3 mm de long. Ponte datée au 29 mars.

Les 121 autres figues rougies ramassées le même jour ne présentaient aucun dégât de larves ni dans l'inflorescence, ni dans le parenchyme.

Le total des figues attaquées est porté à 15.

Il restait sur l’arbre 10 figues fleurs non rougies, d’un diamètre de 2,2 cm à 2,9 cm.

 

19 avril

Ramassage d’une figue très légèrement teintée de rouge.

Diamètre de 2,9 cm, avec 2 larves de 6,5 mm de long. La ponte peut être datée au 20 mars.

Le total des figues attaquées est porté à 16.

Il restait sur l’arbre 9 figues fleurs non rougies.

 

23 avril

Ramassage de deux figues immatures attaquées (diamètres  : 3 cm et 3,1 cm).

La première contenait 6 larves de 7 mm et la seconde 2 larves de 7 mm. Les pontes peuvent être datées au 22 mars.

Le total des figues attaquées est porté à 18.

Il restait sur l’arbre 7 figues fleurs non rougies.

 

CONSTAT D'UNE CHUTE PHYSIOLOGIQUE MASSIVE DES FIGUES FLEURS

 

Le rougissement et le dessèchement de la plus grande partie des figues fleurs immatures alors qu'elles étaient de faible diamètre et qu'elles ne présentaient aucune trace interne d'attaque de Silba adipata McAlpine, ni aucun trou de sortie de larve, traduit un phénomène de chute physiologique massive.
 

ASPECT DES FIGUES RELEVANT DE LA CHUTE PHYSIOLOGIQUE

J'ai ramassé 218 figues rougies et l'aspect extérieur des 200 figues relevant de la chute physiologique est strictement identique à celui des 18 figues (dépourvues de trous de sortie de larve) attaquées par Silba adipata McAlpine.

Figues fleurs rougies 'Grise de La Saint-Jean' ramassées sur l'arbre

Figues fleurs rougies 'Grise de La Saint-Jean' ramassées sur l'arbre
(mélange indifférencié de figues relevant de la chute physiologique et de figues attaquées par Silba adipata McAlpine)

Mais l'intérieur de ces figues ne présente aucun dégât de larves de Silba adipata McAlpine, ni dans l'inflorescence, ni dans le parenchyme.

Figue fleur légèrement rougie de 1,3 cm de diamètre relevant de la chute physiologique

Figue fleur légèrement rougie de 1,3 cm de diamètre relevant de la chute physiologique

 

Intérieur d'une figue fleur rougie de 1,3 cm de diamètre relevant de la chute physiologique

Intérieur d'une figue fleur rougie de 1,3 cm de diamètre relevant de la chute physiologique
(noter l'absence de dégâts de Silba adipata McAlpine au niveau de l'inflorescence et du parenchyme)

 

Inflorescence d'une figue fleur rougie de 1,3 cm de diamètre relevant de la chute physiologique

Inflorescence d'une figue fleur rougie de 1,3 cm de diamètre relevant de la chute physiologique
(noter l'absence de dégâts de larves de Silba adipata McAlpine)

 

CAUSE PRESUMEE DE LA CHUTE PHYSIOLOGIQUE MASSIVE

L'arbre n'ayant pas souffert d'eau en cette période, j'explique le phénomène de chute physiologique massive par un accident climatique observé dans ma région.

Il s'agit de la survenue au mois de février d'épisodes de fortes chaleurs (qui ont provoqué des départs de végétation inhabituellement précoces sur un certain nombre de fruitiers), suivis au mois de mars de jours exceptionnellement froids, avec un gel de -1 °C que j'ai constaté sur un thermomètre mini/maxi placé hors abri dans mon jardin.

J'ai rapporté l'observation de cette chute physiologique à Alain COSTA, ingénieur agricole qui conseille les producteurs de figues de la région d'Albatera, en Espagne (216 hectares de vergers commerciaux plantés de la variété bifère précoce 'Colar de Albatera').

Celui-ci ne pense pas que l'accident climatique que j'ai noté soit la cause de la chute physiologique massive. Il fournit comme explication un nombre de jours de froid hivernaux insuffisant pour que les figues fleurs parviennent à tenir sur l'arbre jusqu'à développement complet.

Il indique qu'il s'agit d'un phénomène récurrent dans les vergers de production d'Albatera, où, selon les années, sur certaines parcelles la quasi-totalité de la production des figues fleurs chute au sol (avec une répercussion sur le cours de la figue...).

Il précise que le cyanamide hydrogène (produit commercial DORMEX, désormais interdit) était utilisé de façon systématique (pulvérisation dernière semaine de décembre) pour diminuer la chute physiologique des figues fleurs dans les plantations de la variété 'Colar de Albatera'', ainsi que pour avancer le débourrement des figuiers de façon significative.

Mais, selon les variétés (bifères) de figues et selon les régions, la sensibilité à la chute des figues fleurs est différente. Ainsi, Alain COSTA m'a indiqué que la variété 'Nazareth' fait l'objet dans la région d'Albatera d'une faible chute physiologique des figues fleurs.

Pour moi, c'est également le cas de la variété 'Grise de la Saint-Jean' dans ma région.

J'ai pratiqué cette variété depuis plus de trente ans en différents endroits de la côte méditerranéenne du sud-est et c'est la première fois que j'assiste à une chute physiologique massive des figues fleurs anéantissant la récolte.

Et aucun de mes correspondants collectionneurs ou pépiniéristes ne m'a fait mention d'un tel phénomène pour la variété.

En outre, cette variété n'est pas signalée pour une sensibilité au manque de froid hivernal dans les ouvrages pomologiques ou agronomiques consacrés au Figuier.

Cependant, il est vrai que les hivers contemporains dans ma région sont beaucoup plus doux qu'ils ne l'étaient il y a seulement une dizaine d'années...

L'interprétation d'Alain COSTA est peut-être la bonne, mais, pour ma part, je rapproche une observation sur les figues fleurs d'occurrence exceptionnelle avec un accident climatique d'occurrence également exceptionnelle.

Pour terminer ce sous-chapitre, je souligne qu'en tout état de cause, compte tenu du caractère inédit du phénomène de chute physiologique massive, j'ai voulu éliminer l'hypothèse de la présence d’un parasite autre que Silba adipata McAlpine.

L’examen à la loupe de l’épiderme des figues rougies n’a révélé aucune piqûre. L'intérieur des figues non attaquées par Silba adipata McAlpine ne présentait aucune anomalie.

J’ai vérifié avec une forte loupe et des photographies agrandies la partie postérieure des larves (notamment celles de petite taille) pour vérifier qu’il s’agissait bien de larves de Silba adipata McAlpine.

J’ai placé dans une boîte d’émergence celles des figues rougies à l’intérieur d’aspect sain qui avaient été seulement coupées en deux pour examen. Une semaine après, toutes les demi-figues étaient desséchées et je n'ai observé aucune larve ni pupe au fond de la boîte d'émergence.

L’examen général du tronc, de la ramure et du feuillage du figuier concerné a montré un aspect habituel tout à fait sain.

 

DECOMPTE DES FIGUES ET REPARTITION DES ATTAQUES

 

DECOMPTE DES FIGUES FLEURS

Le décompte au 23 avril 2020 s'établit comme suit.

Production totale de figues fleurs : 225.

Figues attaquées par Silba adipata McAlpine : 18, soit 8 %.

Figues rougies par la chute physiologique : 200, soit 89 %.

Figues encore en cours de maturation : 7, soit 3 %.

Remarque.

Il ne peut être déterminé si les 18 figues attaquées par Silba adipata Mcalpine étaient au moment de l'attaque en cours de dessèchement (par suite du phénomène de chute physiologique). Mais cela n'est pas à exclure.

Le rougissement et le début de dessèchement des figues relevant du processus de chute physiologique ont peut-être empêché Silba adipata McAlpine de pondre dans celles-ci. Dans ce cas, en l'absence du phénomène exceptionnel de chute physiologique massive, le pourcentage de figues fleurs attaquées aurait pu être beaucoup plus important pour la saison 2020.

 

REPARTITION DES ATTAQUES

La totalité des attaques (18) se sont produites entre le 20 mars et le 6 avril, soit sur une période de 18 jours (moyenne : une figue attaquée par jour).

Si l'on tient compte de la durée de maturation des oeufs de 10 jours (avant ponte), on peut déduire la présence de Silba adipata McAlpine dès le 10 mars dans mon jardin.

 

ANALYSE DES DIAMETRES DES FIGUES

 

DIAMETRE DES FIGUES ROUGIES

Total des figues fleurs rougies ramassées sur le figuier ‘Grise de la Saint-Jean’ (chute physiologique et figues attaquées par Silba adipata McAlpine) : 218.

La plus petite présentait un diamètre de 0,7 cm (seule figue de ce calibre) et la plus grosse un diamètre de 3,1 cm (seule figue de ce calibre).

Diamètre le plus fréquent : 1,2 à 1,4 cm  : 41 %.

Autres diamètres :  0,7 à 0,9 cm : 9 % ; 1 et 1,1 cm : 14 % ; 1,5 à 1,9 cm : 32 % ; 2 à 2,9 cm : 3 % ; 3 et 3,1 cm : 1 %

Remarque : 64 % du total des figues rougies ramassées ont un diamètre inférieur à 1,5 cm.

 

DIAMETRE DES FIGUES ATTAQUEES

Total des figues attaquées par Silba adipata McAlpine : 18.

Diamètres (et nombre de figues) :  1,2 à 1,4 cm : 4 ; 1,5 à 1,9 cm : 9 ; 2 à 2,9 cm : 3  ; 3 et 3,1 cm : 2.

Remarque : 22 % du total des figues attaquées par Silba adipata McAlpine ont un diamètre inférieur à 1,5 cm.

 

DIAMETRE DES FIGUES ROUGIES NON ATTAQUEES (CHUTE PHYSIOLOGIQUE)

Total des figues rougies non attaquées par Silba adipata McAlpine (figues relevant de la chute physiologique) : 200.

Diamètres :  0,7 à 1,4 cm : 68 % ; 1,5 à 1,9 cm : 30,5 % ; 2 à 2,9 cm : 1,5 %.

Remarque : 32 % du total des figues relevant de la chute physiologique ont un diamètre égal ou supérieur à 1,5 cm.

 

 

Retour début page Début page   Retour au sommaire Sommaire