Silba adipata McAlpine

Présentation      Biologie      Mode de vie      Infestation      Moyens de lutte

 


Accueil > Infestation > Détermination de la date d'attaque d'une figue

 

Auteur : François DROUET
Photographies : François DROUET

(sauf indications)
Tous droits réservés 

 

 

Détermination de la date d'attaque
d'une figue

 

 

 

Dans le présent chapitre, j'expose ma méthode de détermination de la date d'attaque d'une figue par Silba adipata McAlpine.

J'utilise cette méthode principalement pour étudier la répartition dans la saison des attaques portant sur la production d'un figuier (variété indifférente ; figues fleurs et/ou figues de deuxième récolte pour les variétés bifères ; figues de la récolte unique pour les variétés unifères).
 

Silba adipata McAlpine : ponte (oviposition) dans l'ostiole d'une figue immature

Silba adipata McAlpine : ponte (oviposition) dans l'ostiole d'une figue immature
 

Plan du chapitre : paramètres, estimation des durées biologiques non connues, date d'attaque d'une figue avec trous de sortie de larve, date d'attaque d'une figue sans trous de sortie de larve, cas particuliers.

 

PARAMETRES

 

La détermination des dates d'attaques de Silba adipata McAlpine s'obtient par déduction à partir de deux observations et de la prise en compte de deux durées biologiques.

Observations à réaliser : présence de trous de sortie de larve sur la figue attaquée ou, si absence de trous de sortie de larve, taille des larves contenues dans la figue.

Durées biologiques à prendre en compte : durée de l'incubation des oeufs (entre la ponte et la naissance des larves) et durée du développement complet de la larve (entre la naissance de la larve et l'abandon de la figue par celle-ci).

Selon F. SILVESTRI, la durée de l'incubation des oeufs est de 8 jours en avril et de 3 jours en été ; la durée de vie de la larve dans la figue est de 24 jours en avril et de 6 à 7 jours en été.

Référence : SILVESTRI F., 1917, Sulla Lonchaea aristella Beck. (Diptera : Lonchaeidae) dannosa alle infiorescenze e fruttescenze del caprifico e del fico, Bollettino del Laboratorio di Zoologia Agraria in Portici, vol.12, pp. 123 -146.

Pour les périodes non citées par F. SILVESTRI, je procède à une estimation des deux durées biologiques à partir de leurs valeurs fournies pour l'été et le mois d'avril.

En tenant compte des évolutions (ou des absences d'évolution) d'un mois à l'autre des températures dans ma région (Toulon, littoral méditerranéen du sud-est).

 

ESTIMATION DES DUREES BIOLOGIQUES NON CONNUES

 

EXTENSION DE LA PERIODE D'ETE A QUATRE MOIS PLEINS

L'été débute le 21 juin et les températures des deux premières décades de juin sont déjà très élevées dans ma région.

L'été se termine le 21 septembre et les températures de la dernière décade de septembre sont encore élevées dans ma région.

Je considère donc que les durées biologiques fournies pour l'été par F. SILVESTRI sont à prendre en compte pour la totalité du mois de juin et pour la totalité du mois de septembre.

Et j'applique ainsi à une période de 4 mois pleins (juin, juillet, août, septembre) les durées biologiques fournies par F. SILVESTRI pour la période d'été (incubation des oeufs : 3 jours ; développement complet de la larve : 6 à 7 jours).

Par simplification, entre les deux délais globaux possibles pour la période d'été (9 ou 10 jours), je retiens le plus long pour toutes les figues.

Soit un délai de 10 jours entre la ponte et l'abandon de la figue par la larve.

 

DUREES BIOLOGIQUES POUR LE MOIS DE MARS

F. SILVESTRI ne précise les deux durées biologiques (incubation des oeufs et développement complet de la larve) que pour le mois d'avril et pour la période d'été.

Compte tenu des durées biologiques fournies par F.SILVESTRI pour le mois d'avril, une partie des figues infestées détectées en avril procèdent d'attaques datant de la deuxième quinzaine du mois de mars.

Compte tenu de la faible différence de température observée entre la deuxième quinzaine de mars et la première quinzaine d'avril dans ma région, je considère que les durées biologiques fournies pour le mois d'avril par F. SILVESTRI s'appliquent pour le mois de mars (incubation des oeufs : 8 jours ; développement complet de la larve : 24 jours).

Soit un délai de 32 jours entre la ponte et l'abandon de la figue par la larve.

 

DUREES BIOLOGIQUES POUR LE MOIS DE MAI

F. SILVESTRI ne précise les deux durées biologiques (incubation des oeufs et développement complet de la larve) que pour le mois d'avril et pour la période d'été.

Pour le mois de mai, je considère que le raccourcissement des durées biologiques est de l'ordre de la moitié du raccourcissement constaté entre le mois d'avril et la période d'été (celle-ci incluant par extension la totalité du mois de juin).

Soit des valeurs estimées à 6 jours (5,5 jours arrondis) pour la durée d'incubation des oeufs et à 16 jours (15,5 arrondis, avec 7 jours retenus en période d'été) pour la durée du développement complet de la larve.

Donc un délai global de 22 jours entre la ponte et l'abandon de la figue par la larve.

Ce délai est à considérer pour un développement de la larve inclus totalement dans le mois de mai, soit pour des figues infestées détectées dans la période du 23 au 31 mai (attaques datant de la période du 1er au 9 mai).

Pour les figues infestées détectées entre le 1er et le 22 mai, le délai entre la ponte et l'abandon de la figue par la larve chevauche les mois d'avril et de mai. Il convient donc de l'affiner à la hausse en fonction de l'ampleur du chevauchement sur avril.

 

DUREES BIOLOGIQUES POUR LE MOIS D'OCTOBRE

F. SILVESTRI ne précise les deux durées biologiques (incubation des oeufs et développement complet de la larve) que pour le mois d' avril et pour la période d'été.

Pour le mois d'octobre, je considère que l'augmentation des durées biologiques est de l'ordre de la moitié du raccourcissement de celles-ci constaté entre le mois d'avril et la période d'été (cette dernière incluant par extension la totalité du mois de septembre).

En ce sens, pour estimer la variation de la durée biologique globale (incubation + développement) d'une période à l'autre, je raisonne de la même façon pour le mois d'octobre (mois situé immédiatement après la période d'été étendue) que pour le mois de mai (mois situé immédiatement avant la période d'été étendue).

Soit, pour le mois d'octobre, des valeurs estimées à 6 jours (5,5 jours arrondis) pour la durée d'incubation des oeufs et à 16 jours (15,5 arrondis, avec 7 jours retenus en période d'été) pour la durée du développement complet de la larve.

Donc un délai global de 22 jours entre la ponte et l'abandon de la figue par la larve.

Ce délai est à considérer pour un développement de la larve inclus totalement dans le mois d'octobre, soit pour des figues infestées détectées dans la période du 23 au 31 octobre (attaques datant de la période du 1er au 9 octobre).

Pour les figues infestées détectées entre le 1er et le 22 octobre, le délai entre la ponte et l'abandon de la figue par la larve chevauche les mois de septembre et d'octobre. Il convient donc de l'affiner à la baisse en fonction de l'ampleur du chevauchement sur septembre.

 

MOIS DE NOVEMBRE ET DECEMBRE

Je ne dispose pas d'observations personnelles d'attaques de Silba adipata McAlpine sur figues tardives ou très tardives qui seraient détectées au mois de novembre ou au mois de décembre.

Etant rappelé que ce sont les figues immatures dures et vertes qui sont attaquées et non les figues mûres.
 

Silba adipata McAlpine : ponte (oviposition) dans l'ostiole d'une figue immature

Silba adipata McAlpine : ponte (oviposition) dans l'ostiole d'une figue immature

 

DATE D'ATTAQUE D'UNE FIGUE AVEC TROUS DE SORTIE DE LARVE

 

Pour une figue portant des trous de sortie de larve, la date de l'attaque est, au plus tard, la date de détection moins le total en nombre de jours des deux durées biologiques (durée de l'incubation des oeufs + durée du développement complet de la larve dans la figue).

Par simplification, je considère que la date de détection (ramassage) de la figue est la date de sortie des larves.

Cette approximation n'a de sens que si la recherche et le ramassage des figues attaquées s'effectuent sur l'arbre et tous les jours, de façon à ne pas appliquer le délai minimal estimé à des figues se trouvant au sol depuis plusieurs jours...

Le délai séparant la ponte (date d'attaque) de l'abandon de la figue par la larve (date d'apparition des trous de sortie de larve) dépend de l'époque considérée dans la saison.

En  avril : 32 jours (incubation des oeufs : 8 jours + développement complet de la larve :  24 jours).

Exemple : une figue avec trous de sortie de larve détectée sur l'arbre le 27 avril a été attaquée le 26 mars (27 avril moins 32 jours).

En mai : 22 jours (incubation des oeufs : 6 jours + développement complet de la larve : 16 jours).

Exemple : une figue avec trous de sortie de larve détectée sur l'arbre le 25 mai a été attaquée le 3 mai (25 mai moins 22 jours).

En été : 10 jours (incubation des oeufs : 3 jours + développement complet de la larve : 6 à 7 jours).

Rappel : par simplification, entre les deux délais globaux possibles pour la période d'été (9 ou 10 jours), c'est celui de 10 jours qui a été retenu pour toutes les figues.

Exemple : une figue avec trous de sortie de larve détectée sur l'arbre le 15 juillet a été attaquée le 5 juillet (15 juillet moins 10 jours).

En octobre : 22 jours (incubation des oeufs : 6 jours + développement complet de la larve : 16 jours).

Exemple : une figue avec trous de sortie de larve détectée sur l'arbre le 24 octobre a été attaquée le 2 octobre (24 octobre moins 22 jours).

 

DATE D'ATTAQUE D'UNE FIGUE SANS TROUS DE SORTIE DE LARVE

 

Pour une figue attaquée ne présentant pas de trous de sortie de larve, je déduis la date de l'attaque en procédant en deux étapes : détermination de l'âge de la larve (nombre de jours) à partir de la taille de celle-ci, puis ajout du délai d'incubation des oeufs (nombre de jours).
 

MOIS D'AVRIL

Détermination de l'âge de la larve.

L'accroissement de la taille en avril est de 1 mm tous les 3,5 à 4 jours - je retiens 4 jours par simplification.

Déduit des données suivantes : taille de la larve à la naissance 1 mm et taille à complet développement 7 à 8 mm. Donc accroissement de taille de 6 à 7 mm pour le développement complet. Durée du développement complet de la larve en avril, selon F. SILVESTRI : 24 jours.

En avril, le nombre de jours de vie de la larve = (nombre de mm de la taille - 1) x 4.

Exemple : une larve de 4 mm de long trouvée en avril a un âge de (4 - 1 = 3) x 4 = 12 jours.

Une fois déterminé l'âge de la larve, il faut ajouter la durée d'incubation des oeufs (8 jours en avril selon F. SILVESTRI) pour obtenir le délai séparant de la ponte, donc pour dater l'attaque.

Exemple : une figue contenant une larve de 12 jours a été attaquée 20 jours auparavant (12 +8). 

Remarques.

Les figues immatures attaquées en mars et avril sont des figues fleurs de variétés bifères.

En raison de la longueur des durées biologiques en mars et avril, il est rare de pouvoir observer avant la mi-avril des larves dans les figues attaquées, en raison de leur taille minuscule.

Voir dans le sous-chapitre "Cas particuliers" (ci-après) la taille retenue pour les larves non détectées.

 

PERIODE D'ETE (ETENDUE)

Dans un premier temps, il convient de déduire l'âge de la larve à partir de sa taille, sachant que la taille à la naissance est d'environ 1 mm. 

L'accroissement de la taille de la larve en été est de 1 mm par jour.

Déduit des données suivantes : taille de la larve à la naissance 1 mm et taille à complet développement 7 à 8 mm. Donc accroissement de taille de 6 à 7 mm pour le développement complet. Durée du développement complet de la larve en été : 6 à 7 jours, selon F. SILVESTRI.

En été, le nombre de jours de vie de la larve = nombre de mm de la taille - 1.

Exemple : une larve de 4 mm de long trouvée en été a un âge de 4 - 1 = 3 jours.

Une fois déterminé l'âge de la larve, il faut ajouter la durée d'incubation des oeufs (3 jours en été, selon F. SILVESTRI) pour obtenir le délai séparant de la ponte, donc pour dater l'attaque.

Exemple : une figue contenant une larve de 3 jours a été attaquée 6 jours auparavant (3+3).

 

CAS PARTICULIERS

 

LARVES NON TROUVEES DANS UNE FIGUE SANS TROUS

Il arrive assez souvent que l'on ne trouve pas de larves dans une figue attaquée pourtant dépourvue de trous de sortie de larve.

Même en fragmentant la figue attaquée avec les doigts en tout petits morceaux, après l'avoir tranchée en deux avec un couteau, et en s'aidant d'une loupe. 

Cela signifie que la larve est de taille minuscule.

Selon mon expérience de recherche de larves dans plusieurs milliers de figues attaquées (figues fleurs et figues de deuxième récolte de diverses variétés) : je n'ai jamais trouvé de larves de 1 mm de long (taille à la naissance) ; je n'ai trouvé que trois fois une larve longue de 2 mm ; j'ai trouvé peu souvent des larves de 3 mm de longueur.

Les larves que j'ai trouvées présentaient en grande majorité une longueur de 4 à 7 ou 8 mm.

Ainsi, pour une figue attaquée dépourvue de trous de sortie de larve dans laquelle je ne réussis pas à trouver de larves, je considère que la taille de la larve est de 1 mm, 2 mm ou 3 mm.

Et, par simplification, je retiens la taille de 2 mm pour tous les cas de recherche de larves infructueuse dans une figue attaquée dépourvue de trous de sortie de larve.

 

PLURALITE DE PONTES DANS UNE MÊME FIGUE

Si l'on trouve des larves de tailles nettement différentes dans une figue (deux à trois tailles, selon mon expérience), cela traduit une plurarité de pontes dans celle-ci.

Deux pontes successives dans la figue au cours de la même journée ne sont pas décelables par une différence de taille des larves. L'observation de larves de tailles différentes traduit des pontes espacées d'au moins un jour, le plus souvent de plusieurs jours.

Les tailles de larves nettement différentes permettent de dater les attaques multiples.

Par simplification, lors de l'étude de la répartition des attaques sur la totalité de la production de la saison d'un figuier, on peut ne retenir que l'attaque la plus ancienne, donc ne considérer que la taille de larve la plus importante qui est observée.

Il faut noter qu'il peut exister des attaques plus récentes que celles déduites via les deux ou trois tailles différentes des larves trouvées car, selon mon expérience, les larves de Silba adipata McAlpine d'une longueur de 1 mm ou 2 mm sont quasiment indétectables. 

Même dans le cas de recherche très minutieuse dans une figue (immature et dure) extrêmement fragmentée.

Au contraire des larves de Drosophila suzukii Matsumura de 2 mm de long, plus facilement repérables dans la pulpe des figues mûres.

 

 

Retour début page Début page   Retour au sommaire Sommaire