Silba adipata McAlpine

Présentation      Biologie      Mode de vie      Infestation      Moyens de lutte

 


Accueil > Infestation > Figues rougies non attaquées

 

Auteur : François DROUET
Photographies : François DROUET

(sauf indications)
Tous droits réservés 

 

 

Figues rougies non attaquées

 

 

 

Il existe sur les figuiers de nombreuses figues rougies de très petite taille, dont le développement est bloqué et qui finissent par chuter au sol, mais qui, pourtant, ne sont pas attaquées par Silba adipata McAlpine.

Il faut les connaître afin d'éviter les confusions et je les présente ci-après selon le plan suivant : figues relevant de la chute physiologique, figues attaquées par la teigne du Figuier.

 

FIGUES RELEVANT DE LA CHUTE PHYSIOLOGIQUE

 

Il est fréquent de trouver sur un rameau une ou plusieurs toutes petites figues qui ont viré tout ou partie au rouge et dont la taille est inférieure à la taille critique d'attaque par Silba adipata McAlpine.

Elles relèvent d'un phénomène normal chez le Figuier, appelé "chute physiologique".

Elles se présentent isolées,

igue immature rougie relevant de la chute physiologique

Figue immature rougie relevant de la chute physiologique

ou en groupes.

Figues immatures rougies relevant de la chute physiologique

Figues immatures rougies relevant de la chute physiologique

Le développement de ces figues a été bloqué et elles chutent au sol après avoir rougi, comme les figues attaquées par Silba adipata McAlpine.

Figues immatures relevant de la chute physiologique

Figues immatures relevant de la chute physiologique

Certaines ont un diamètre inférieur de seulement 1 à 2 mm à celui d'une figue ayant atteint la taille critique pour l'attaque de Silba adipata McAlpine.

Figue immature de diamètre 1,2 cm relevant de la chute physiologique

Figue immature de diamètre 1,2 cm relevant de la chute physiologique

Il ne faut pas confondre ces figues avec les figues attaquées par Silba adipata McAlpine.

Leur chute est liée uniquement à la physiologie de l'arbre. Je ne connais pas les paramètres physiologiques précis concernés.

Elles représentent un pourcentage faible de la production, mais non négligeable, que je n'ai jamais mesuré. Selon mes observations, le phénomène de chute physiologique est constant d'une année à l'autre sur les figuiers, avec cependant de possibles variations d'intensité selon l'année, mais de faible ampleur.

Je n'ai pas remarqué de différences d'intensité de la chute physiologique selon la variété de Figuier.

Les figues relevant de la chute physiologique se reconnaissent facilement lorsqu'on les ouvre : leur intérieur est creux, avec des parois tapissées d'une villosité à peine perceptible, souvent de couleur blanche, mais prenant une teinte marron plus ou moins foncée et répartie de façon assez uniforme lorsque la petite figue a entièrement rougi ou commence à se dessécher.

Intérieur des figues immatures relevant de la chute physiologique

Intérieur des figues immatures relevant de la chute physiologique
(la figue la plus grande du lot, à droite, ne fait que 1,3 cm de diamètre ; soit 2 mm de moins que la taille critique)

A l'observation à la loupe ou en photographie en gros plan, on constate que la villosité est en fait constituée des fleurs en cours de développement. On remarque aussi que sous la zone colorée externe de l'ostiole les écailles ostiolaires sont bien développées.

Figue immature relevant de la chute physiologique

Figue immature relevant de la chute physiologique
(noter les écailles ostiolaires bien développées sous la zone rouge de la demi-figue droite)

La surface de l'inflorescence qui tapisse la paroi interne de la figue est brunie de façon assez uniforme et revêt un aspect différent de celui d'une inflorescence attaquée par Silba adipata McAlpine

Intérieur d'une figue immature relevant de la chute physiologique

Intérieur d'une figue immature relevant de la chute physiologique
(noter que l'inflorescence est brunie en surface de façon uniforme)

J'observe que l'extrémité des fleurs est brunie, mais intacte (non déchiquetée par une larve...).

Intérieur d'une figue immature relevant de la chute physiologique

Intérieur d'une figue immature relevant de la chute physiologique

 

Intérieur d'une figue immature relevant de la chute physiologique

Intérieur d'une figue immature relevant de la chute physiologique
(noter, en haut, que l'extrémité des fleurs est brunie mais intacte)

Dans certaines des figues relevant de la chute physiologique, l'inflorescence est plus ou moins blanche. Le plus souvent lorsque la figue est encore presque entièrement verte, mais parfois aussi lorsque la peau de la figue est bien colorée de rouge.

Intérieur d'une figue immature relevant de la chute physiologique

Intérieur d'une figue immature relevant de la chute physiologique
(noter que l'inflorescence est relativement blanche alors que la peau est bien colorée de rouge)

 

Intérieur d'une figue immature relevant de la chute physiologique

Intérieur d'une figue immature relevant de la chute physiologique
(sur cette figue de 1,3 cm de diamètre, l'inflorescence est déjà bien développée et la cavité centrale moins accusée)

J'ai trouvé une fois une figue rougie légèrement plus petite que la taille critique dont l'intérieur présentait de façon assez troublante un aspect ressemblant à celui d'une figue dont l'inflorescence a commencé à être dévorée en surface par une toute jeune larve de Silba adipata McAlpine.

Intérieur d'une figue immature relevant de la chute physiologique

Intérieur d'une figue immature relevant de la chute physiologique dont l'aspect de l'inflorescence pourrait
laisser penser qu'elle a commencé à être attaquée par une toute jeune larve de Silba adipata McAlpine

J'ai inspecté minutieusement l'inflorescence de cette figue avec une loupe forte, en m'aidant d'une pince à dissection pour écarter les fleurs, voire les râcler. Je n'ai pas trouvé de larve.

J'ai examiné minutieusement l'épiderme et n'ai pas trouvé de trou de sortie de larve.

Dans le cas où je rencontrerais à nouveau une figue de ce type, il conviendrait que j'examine l'inflorescence avec des grossissements supérieurs à ceux que j'ai pu obtenir, pour vérifier si les extrémités des fleurs sont intactes ou déchiquetées.

En tout état de cause, je ne m'explique pas cet aspect particulier de l'inflorescence...

 

FIGUES ATTAQUEES PAR LA TEIGNE DU FIGUIER

 

Outre les figues relevant de la chute physiologique, j'observe fréquemment des figues rougies de même taille que celles-ci dont le développement a été bloqué par suite des morsures de la chenille de la teigne du Figuier (petit papillon marron) - Choreutis nemorana Hübner.

Figue immature attaquée par la chenille de la teigne du Figuier (développement bloqué)

Figue immature attaquée par la chenille de la teigne du Figuier (développement bloqué)

Cette chenille s'installe au sein d'un cocon entre la toute petite figue immature (saine et verte à l'origine) et le pétiole de la feuille, puis se nourrit de la figue, dont le développement est bloqué et qui rougit.

Figue immature attaquée par la chenille de la teigne du Figuier (développement bloqué)

Figue immature attaquée par la chenille de la teigne du Figuier (développement bloqué)

J'ai remarqué que dans le cas où la chenille s'est installée auprès d'une figue immature à un stade d'évolution bien plus avancé que celui d'une figue relevant de la chute physiologique (donc d'une taille beaucoup plus importante), la figue ne rougit pas.

En fait, le développement de celle-ci n'est alors pas bloqué et elle poursuit son développement jusqu'à la maturité, en conservant les traces des morsures de la chenille. Plus précisément, il s'agit d'une cavité longue et peu profonde qui s'atténue au fur et à mesure de l'accroissement de taille de la figue.

Figue immature attaquée par la chenille de la teigne du Figuier et dont le développement se poursuit

Figue immature attaquée par la chenille de la teigne du Figuier et dont le développement se poursuit

 

Figue immature attaquée par la chenille de la teigne du Figuier et dont le développement se poursuit

Figue immature attaquée par la chenille de la teigne du Figuier et dont le développement se poursuit
(la chenille a quitté son cocon ; la figue conserve les traces de l'attaque sous forme d'une cavité longue et peu profonde qui va sécher)

Voir détails concernant la teigne du Figuier dans l'article de Bernard PEYRE relatif aux insectes (autres que les mouches) qui attaquent les figues.

 

 

Retour début page Début page   Retour au sommaire Sommaire