Silba adipata McAlpine

Présentation      Biologie      Mode de vie      Infestation      Moyens de lutte

 


Accueil > Moyens de lutte > Filet anti-insectes

 

Auteur : François DROUET
Photographies : François DROUET

(sauf indications)
Tous droits réservés 

 

 

Filet anti-insectes

 

  

 

Le principe du filet anti-insectes est de protéger les fruits par un filet aux mailles assez fines pour empêcher l'insecte d'atteindre les fruits.

Ce procédé est utilisé depuis assez longtemps en maraîchage biologique contre les attaques de diverses mouches des légumes. Il est aussi utilisé pour la protection des petits-fruits, mais il était jusqu'alors peu utilisé pour la protection des fruits (je l'ai vu utilisé essentiellement contre le carpocapse de la pomme et de la poire, Cydia pomonella L.).

L'invasion assez récente des vergers de cerisiers par la drosophile asiatique (Drosophila suzukii Matsumura), qui provoque des dégâts considérables chez les producteurs, a donné un élan nouveau à l'utilisation de filets anti-insectes pour les fruitiers.

Pourtant, je n'ai pas encore vu de filet anti-insectes posé sur des figuiers, que ce soit dans des vergers de production ou dans des jardins. Mais ils sont peut-être déjà utilisés sur certains sites, notamment en agriculture biologique...

Concernant la lutte contre la mouche noire du Figuier, il convient d'utiliser des filets anti-mouches, conçus pour lutter contre la mouche de l'olivier, la mouche de la cerise et la mouche méditerranéenne des fruits.

A titre d'exemple, la société Fil-Pack propose un filet anti-mouches dont le maillage est de 1,7 mm x 1,4 mm.

Cette société propose aussi un filet à maillage plus fin (1,38 mm x 0,83 mm) contre la drosophile asiatique (Drosophila suzukii Matsumura), qui pourrait encore mieux convenir à la lutte contre la mouche noire du Figuier.

Il existe chez d'autres fabricants des voiles avec des maillages encore plus fins utilisés pour interdire la pollinisation, dont on pourrait évaluer l'intérêt par rapport aux filets anti-mouches précités.

La pose des filets anti-mouches en culture d'amateur consiste en l'enveloppement de l'arbre en entier (arbre nécessairement conduit avec un volume réduit).

Je ne m'attarderai pas sur la pose dans les vergers de production (enveloppement d'une rangée d'arbres, selon la technique dite mono-rang, en posant le filet sur plusieurs arbres avec des supports de part et d'autre de la rangée).

Je n'ai jamais expérimenté le filet anti-mouches sur figuier, mais je m'interroge sur une efficacité significative.

En effet, le mode de fructification du Figuier induit un grand nombre de figues en périphérie de l'arbre, avec une disposition de l'ostiole vers l'extérieur de l'arbre lorsque la figue, au stade immature, est toujours dressée. Sans supports extérieurs, le filet n'est pas tendu et un nombre important de figues se trouve en contact avec celui-ci, donc à portée de la mouche noire du Figuier.

Le filet anti-mouches ne serait vraiment efficace que si son maillage interdisait le passage de l'ovipositeur, et non simplement le passage de la mouche noire du Figuier.

Cette réflexion vaut aussi pour les attaques des mouches qui pondent dans la figue ailleurs que dans l'ostiole, c'est à dire dans l'infrutescence à travers l'épiderme, même si ces mouches pondent aussi dans l'ostiole (Ceratitis capitata Wiedemann, principalement ; Drosophila suzukii Matsumura dans une moindre mesure car elle n'attaque en général que les figues en surmaturité, même si elle peut attaquer les figues saines et mûres de certaines variétés).

D'autre part, la pose d'un filet anti-mouches sur un figuier conduit en touffe est particulièrement malaisée, notamment au niveau de la fermeture au sol, indispensable pour éviter l'intrusion de Silba adipata McAlpine par le dessous.

Par ailleurs, par expérience avec les voiles d'hivernage que j'utilise pour des fruitiers gélifs, je crains que le maintien de l'enveloppement total du figuier par grand vent (mistral...) sévissant souvent dans nos régions, soit particulièrement difficile. 

Enfin, il faut noter que la période d'enveloppement de l'arbre est beaucoup plus longue pour le figuier que pour le pommier ou le poirier.

En effet, les attaques de Silba adipata McAlpine commencent dès la dernière semaine de mars (figuiers bifères) et la protection doit être maintenue en période de figues mûres. 

Bien que pendant cette période les attaques de Silba adipata McAlpine soient très réduites, celles de la mouche méditerranéenne des fruits (Ceratitis capitata Wiedemann) sont virulentes (sur mes figuiers, cette dernière apparaît dès le 30 juin...).

 

 

Retour au début de la page Début page   Retour au sommaire Moyens de lutte