Silba adipata McAlpine

Présentation      Biologie      Mode de vie      Infestation      Moyens de lutte

 


Accueil > Moyens de lutte > Obturation de l'ostiole (expérimentation 2)

 

Auteur : François DROUET
Photographies : François DROUET

(sauf indications)
Tous droits réservés 

 

 

L'obturation de l'ostiole

Expérimentation 2

 

 

 

Selon le plan suivant : objectifs, statistiques globales, analyses et conclusions, considérations économiques, déroulé de l'expérimentation.

 

OBJECTIFS

 

La présente expérimentation a pour but d'évaluer le procédé d'obturation de l'ostiole des figues immatures pour empêcher la ponte de Silba adipata McAlpine (qui s'effectue uniquement dans l'ostiole...).

Le support en étant une touffe de la variété unifère 'Bellone' âgée de 20 ans, qui produit régulièrement 400 à 500 figues au cours de la saison. Et l'obturation de l'ostiole étant appliquée à la totalité de la fructification de la saison.

Elle fait suite à un chantier de test mené à partir du 7 avril 2017 sur cent figues fleurs de la variété 'Grise de la Saint-Jean', qui fait l'objet du chapitre précédent.

Lorsque j'ai pu débuter ce chantier de test, les figues fleurs immatures du figuier 'Grise de la Saint-Jean' présentaient quasiment toutes un diamètre de l'ordre de 2 cm, nettement plus important que celui de la taille critique pour l'attaque de Silba adipata McAlpine (1,5 cm).

Dans l'opération planifiée sur la variété 'Bellone', l'obturation de l'ostiole doit intervenir avant que les figues immatures n'atteignent cette taille critique, soit lorsque celles-ci font environ 1 cm de diamètre (dernière semaine de mai, selon mes observations annuelles du grossissement des figues de la variété 'Bellone' dans mon jardin...).

L'expérimentation devrait confirmer la perte rapide d'adhérence de la pastille autocollante sur l'ostiole, observée lors du chantier de test et qui constitue un point très négatif.

Mais elle permettra de vérifier l'hypothèse (émise en fin du chantier de test) du rôle répulsif des traces d'adhésif laissées sur l'ostiole par la pastille autocollante qui s'est partiellement décollée ou qui est tombée. Si cette hypothèse s'infirme, la perte rapide d'adhérence des pastilles autocollantes constituera un élément rédhibitoire pour l'utilisation du procédé (du moins avec les pastilles autocollantes choisies...).

L'expérimentation sera aussi l'occasion de chronométrer à nouveau les temps de pose et de confirmer qu'ils sont tout à fait acceptables en culture d'amateur.

Dans l'idéal, il conviendrait en outre d'évaluer si le diamètre optimal de 25 mm pour les pastilles autocollantes, calculé lors du chantier de test, a lieu d'être retenu dans le cas de pose exclusive sur figues immatures de 1 à 1,5 cm de diamètre.

Pour cela, je pourrais procéder à une simulation de telles pastilles avec un groupe de pastilles de 8 mm de diamètre posées en cercle et en chevauchement les unes sur les autres, comme je l'ai fait lors du chantier de test sur quelques figues de gros diamètre.

Mais je souhaite, de façon peut-être contradictoire, minimiser la zone occultée pour l'obturation de l'ostiole, de façon à laisser à la figue la plus grande surface possible à l'air et au soleil, qui sont ses conditions naturelles de développement. Ce qui conduit à tester la pose individuelle des pastilles de 8 mm de diamètre, déjà utilisées dans le chantier de test.

De plus, le test de groupes de pastilles d'un diamètre global de 25 mm de diamètre concurremment à celui des pastilles de 8 mm posées seules me paraît complexifier une opération déjà lourde à mettre en oeuvre.

Je décide donc de tester seulement l'obturation de l'ostiole avec les pastilles autocollantes de 8 mm de diamètre posées individuellement ; je reporte à une année à venir le test éventuel avec des pastilles de 25 mm de diamètre.

Pour ne pas fausser les résultats de l'expérimentation par des captures d'individus de Silba adipata McAlpine, je n'ai placé en 2017 aucun stick jaune attractif recouvert de glu sur mes trois figuiers (je positionne les sticks habituellement à la mi-mars pour limiter la pression du ravageur).

 

STATISTIQUES GLOBALES

 

Il s'agit des statistiques arrêtées le 22 août 2017, en toute fin de l'expérimentation sur la touffe de 'Bellone' qui a débuté le 4 juin 2017. Soit une durée de l'expérimentation de 2 mois et 18 jours.

Nombre total de figues portées par l'arbre (et ayant toutes eu l'ostiole obturé) : 410.

Figues victimes de la chute physiologique : 97 (soit 24 %).

Figues ayant échappé à la chute physiologique : 313.

Figues attaquées par Silba adipata McAlpine : 120 (soit 38 % des figues ayant échappé à la chute physiologique).

Figues sauvegardées (ayant toutes eu l'ostiole obturé) : 192 (soit 62 % par rapport au nombre de figues ayant échappé à la chute physiologique et 47% par rapport à la totalité des figues de l'arbre).

Chutes de figues provoquées accidentellement : 3 (dont 1 après obturation de l'ostiole et 2 avant obturation de l'ostiole), soit 0,7 %.

Temps global de pose des étiquettes autocollantes (déplacements autour et au sein de la touffe, manipulations des rameaux, pose sur l'ostiole) : 3 h 23 mn.

Soit une moyenne d'environ 30 secondes par figue ; ce qui permet de traiter 1.000 figues en 8 h 20 mn (8,3 h).

 

ANALYSES ET CONCLUSIONS

 

DE L'ADEQUATION DU MOYEN CHOISI PAR RAPPORT A L'OBJECTIF

1. La perte d'adhérence en quelques heures des pastilles autocollantes posées sur l'ostiole, décelée pendant le chantier de test, est confirmée par cette expérimentation concernant 410 figues sur une durée globale de plus de deux mois et demi.

Il s'agit d'une inadéquation spécifique de l'adhésif acrylique avec la nature chimique de la surface de la figue entraînant un défaut d'adhérence rédhibitoire).

Existe-t-il un adhésif adapté au collage sur figue et certifié "contact alimentaire direct" ?

2. Dans le cas de nouvelles expérimentations avec un éventuel adhésif adapté à la pose sur figue, il conviendrait de choisir des pastilles autocollantes de 25 mm de diamètre et de vérifier leur tenue sur l'ostiole dans le temps, lors de l'étirement de l'épiderme sous la pastille dû au développement de la figue.

Mais peut-être faudrait-il plutôt essayer de trouver un adhésif extensible mais assez épais pour interdire la perforation par l'ovipositeur ?

3. Pour la totalité des figues de la touffe, la pastille autocollante posée sur l'ostiole s'est partiellement relevée très rapidement, puis a été lentement déplacée à côté de l'ostiole par la croissance de la figue, bien avant que le stade de maturité ne soit atteint (stade auquel Silba adipata McAlpine ne pond pratiquement plus dans les figues...). 

Il est donc certain qu'un éventuel effet bénéfique ne pourrait pas provenir de l'obturation physique de l'ostiole, mais ne pourrait être que la conséquence d'un effet indirect de la pose des pastilles autocollantes.

Plus précisément, un effet répulsif provenant soit des traces d'adhésif acrylique laissées autour de l'ostiole par les pastilles décollées ou tombées, soit d'une modification physico-chimique de l'ostiole due aux pressions fortes et répétées qui lui sont imposées lors de la pose des pastilles.

4. Toutefois, cette deuxième expérimentation infirme l'hypothèse avancée lors du chantier de test d'un effet répulsif total entravant toute ponte.

Mais elle ne permet pas d'exclure un effet répulsif partiel qui se serait fait sentir seulement pour un certain pourcentage des figues traitées. 

En tout état de cause, s'il existe, cet effet répulsif (des traces d'adhésif ou de la modification physico-chimique engendrée par les pressions) n'aurait pas joué pour au moins le pourcentage de figues attaquées (dans notre cas, 38 % des figues ayant échappé à la chute physiologique).

 

DE L'EFFICACITE CONTRE LES PONTES DE SILBA ADIPATA McALPINE

1. Les figues attaquées par Silba adipata McAlpine représentent 38 % du nombre de figues ayant échappé à la chute physiologique (sachant que la totalité de celles-ci ont été soumises à l'obturation de l'ostiole par une pastille autocollante.)

L'obturation de l'ostiole (du moins avec les pastilles autocollantes déficientes utilisées...) n'est donc pas la solution au résultat proche de 0 % de pontes que je recherche.

2. En toute rigueur, faute d'existence dans mon jardin d'une touffe de figuier de la même variété qui aurait pu servir de témoin, je ne puis dire, pour l'année considérée, s'il s'agit d'un résultat identique à celui que l'on aurait obtenu en l'absence d'obturation de l'ostiole.

Ou si l'obturation de l'ostiole (même avec des pastilles autocollantes déficientes) a permis de minimiser les pertes, qui, en son absence, auraient été bien plus importantes.

3. Mais la comparaison des pertes de l'année de l'expérimentation avec celles des années qui l'ont précédée est une indication intéressante.

Les pertes dues à Silba adipata McAlpine constatées pour les trois années précédentes (années sans aucun dispositif de protection ou piégeage) ont été de 80 à 90 % des figues ayant échappé à la chute physiologique (estimation grossière mais réaliste). Soit entre 10 et 20 % de figues sauvegardées (par rapport au nombre de figues ayant échappé à la chute physiologique).

Si l'on rapporte ces pourcentages au pourcentage de même nature constaté dans l'expérimentation (62 %), on peut affirmer que le nombre de figues sauvegardées a été multiplié par 3 à 6 l'année de l'expérimentation de l'obturation de l'ostiole.

4. Mise à jour de fin 2018 : j'ai volontairement laissé la touffe de 'Bellone' sans protection pendant la saison 2018, qui a suivi celle de l'expérimentation (2017).

Sans avoir fait de comptages, mais n'ayant pu consommer qu'une quinzaine de figues, j'ai estimé à 95 % les pertes sur figues ayant échappé à la chute physiologique, entièrement imputables à Silba adipata McAlpine.

Ce qui renforce l'hypothèse avancée en 2017 d'une action bénéfique (partielle) de l'obturation de l'ostiole avec les moyens déficients utilisés.

 

MODE OPERATOIRE

Il convient de respecter un mode opératoire facile de mise en oeuvre, supprimant les pertes de temps et évitant les meurtrissures de la zone de l'ostiole.

Ce mode opératoire a été déduit du chantier de test (expérimentation 1) et amélioré lors de l'expérimentation 2.

 

TEMPS DE TRAITEMENT

Le temps moyen de traitement d'une figue s'établit à 30 secondes (déplacements autour et au sein de la touffe, manipulations des rameaux, pose de l'étiquette autocollante sur l'ostiole).

Il est meilleur de 10 secondes que celui établi lors du chantier de test.

Il permet de traiter 1.000 figues en une journée de travail (8 h 20 mm).

La charge de travail engendrée par l'obturation des ostioles est donc tout à fait acceptable en culture d'amateur.

 

EFFETS COLLATERAUX EVENTUELS

1. Le pourcentage de chutes de jeunes figues provoquées par les déplacements dans la touffe et par les manipulations est négligeable (de l'ordre de 0,7 %).

2. Le taux de chute physiologique (près de 24 % des figues de la touffe) me paraît nettement plus important que celui que je constate habituellement (bien que je n'aie jamais mesuré le pourcentage habituel de chute physiologique sur mes figuiers...).

Je suspecte que les pressions fortes et répétées exercées dans la zone de l'ostiole des toutes petites figues en raison de la mauvaise adhérence des pastilles autocollantes provoquent chez certaines de celles-ci un phénomène conduisant à un arrêt du développement, un virement à la couleur rouge et une chute en quelques jours.

Si des expérimentations complémentaires venaient à être lancées, ce point devrait impérativement être vérifié (même si les pressions dans la zone de l'ostiole disparaissaient en raison d'une bonne adhérence des nouvelles pastilles autocollantes...).

 

QUALITE DE LA RECOLTE

L'obturation de l'ostiole n'a engendré aucune dégradation de goût ou de texture des figues lors de leur consommation, ni provoqué de variation du calibre habituel des figues mûres.

Mais l'obturation totale de l'ostiole par les pastilles ayant été de courte durée (48 heures dans le meilleur des cas), du fait du rapide décollement partiel de celles-ci, ces résultats qualitatifs sont à réévaluer en cas d'obturation totale de l'ostiole jusqu'au stade de maturité.

 

CONSIDERATIONS ECONOMIQUES

 

VERGER D'AMATEUR

En verger d'amateur, l'obturation de l'ostiole n'a pour coûts que l'achat des étiquettes autocollantes. A l'unité, le rouleau de 1.500 étiquettes autocollantes coûte 200 € TTC.

Taux de perte lors des manipulations : 5 %.

Soit un coût de l'étiquette autocollante (donc un coût pour une figue) de : 200 / (1.500 x 0.95) = 0,14 euros.

 

VERGER COMMERCIAL

En verger commercial, il convient de calculer le seuil de rentabilité du traitement d'obturation et de prendre en considération les limites de faisabilité en termes de nombre de personnes à mettre en oeuvre en parallèle sur une courte période.

Bernard PEYRE, ancien producteur de figues, m'a communiqué le calcul de rentabilité ci-après.

 

Bases du calcul de rentabilité (valeurs 2018)

Prix moyen expédition figue type 'Bourjassote Noire' bio origine France, calculé à partir des  prix moyens mensuels publiés par le RNM (réseau national des marchés) : 7,50 euros HT par kg.

NB : le prix expédition est le prix de la figue emballée départ station de conditionnement (coopérative ou autres) vers les clients en aval (grossistes, distributeur, vente directe).  

Prix moyen producteur, marchandise 1er choix commercialisée en frais (estimé à 60 % du prix expédition, par analogie avec les estimations faites en France pour la pêche nectarine) :  4,50 euros HT par kg.

Prix moyen producteur sur la totalité de la récolte apportée (en considérant 10 à 12 % de déchets et 2e choix) : 3,80 euros HT par kg.

Rendement potentiel du verger type  'Bourjassote Noire' conduit en bio :  14 T/ha.

Poids moyen d'une figue 'Bourjassote Noire' : 57 g.

Nombre de figues produites par hectare : 14.000.000 / 57 = 246.000.

Temps global moyen de traitement d'une figue : 30 secondes.

Prix de l'heure de main d'oeuvre : 11 euros.

Coûts des étiquettes autocollantes : 160 euros HT le rouleau de 1500, soit, en considérant une perte de manipulation de 5 % : 0,11  euros HT l'étiquette. Coût estimé avec réduction de 30 % pour quantités : 0,08 euros HT l'étiquette.

 

Calcul de rentabilité (valeurs 2018)

Temps de traitement d'obturation de l'ostiole pour un hectare :  30 secondes  x  246.000 = 2.050 heures.

Coûts de main d'oeuvre pour un hectare : 11 x 2.050 = 23.000 euros (arrondi supérieur)

Coûts des étiquettes autocollantes pour un hectare : 0,08 euros x  246.000 = 20.000 euros (arrondi supérieur)

Coût total de traitement d'un hectare : 23.000 + 20.000 = 43.000 euros.

Point mort pour un hectare : 43.000 /  3.80 = 11.300 kg, soit 11,3 tonnes.

Conclusion : l'obturation de l'ostiole serait  rentable à partir d'une perte entraînée par la mouche noire du figuier de 11,3 tonnes/ha, soit environ 81 % du rendement potentiel, ce qui est un cas très exceptionnellement rencontré chez un producteur.

Il faut souligner que le calcul de rentabilité prend pour hypothèse une efficacité totale du traitement d'obturation de l'ostiole (suppression de la défaillance d'adhérence sur figues des étiquettes autocollantes...), ce qui n'est pas le cas au terme des deux expérimentations.

 

Limites de faisabilité

Le traitement d'obturation de l'ostiole se heurte à des limites de faisabilité en termes de nombre de personnes à mobiliser sur une courte période.

Pour un hectare, il faut assurer 2.050 heures de travail, soit : 2.050 / 8 = 256 journées de travail, soit 43 semaines de travail (6 journées de travail par semaine).

A répartir sur 3 semaines (période entre l'atteinte de la  taille critique d'attaque de Silba adipata McAlpine pour les premières figues et la fin du passage à la taille critique de la quasi-totalité des figues de l'arbre).

Soit 43 / 3 = 14 personnes pendant 3 semaines pour obturer les ostioles des figues produites sur un hectare.

Ces personnes ne pouvant pas enchaîner sur la récolte des figues, qui n'a lieu que plusieurs semaines après la fin de l'obturation des ostioles.

Il s'agit d'un déploiement de ressources à l'hectare (embauches / contrat très courts) difficilement réalisable par le producteur.

 

DEROULÉ DE L'EXPÉRIMENTATION

 

SURVEILLANCE DE LA TAILLE DES FIGUES EN FORMATION

J'ai surveillé le développement des figues de la touffe de la variété unifère 'Bellone' sur lesquelles l'expérimentation est prévue.

Le 22 avril 2017, elles ont la forme de petits points verts de 2 mm de diamètre à l'aisselle des feuilles, sur le bois venant de se développer.

Le 13 mai 2017, nouvelle inspection (avec, à nouveau, mesures au pied à coulisse) : les petites figues sont devenues rougeâtres et constituent des boules minuscules de 3 mm de diamètre.

Le 28 mai 2017, nouvelles observations et mesures : les petites figues sont devenues vertes, ont pris leur forme caractéristique et présentent un diamètre de 0,6 à 1,1 cm. Je préfère attendre qu'un nombre assez important de figues avoisine le diamètre de 1,5 cm pour commencer le test.

Le 4 juin 2017, j'examine à nouveau les petites figues en formation sur la touffe de la variété 'Bellone'. Accaparé par une étude sur la floraison du Feijoa, j'ai laissé passer une semaine depuis l'observation précédente et je suis surpris de la rapidité d'accroissement des plus développées des petites figues, qui dépassent largement la taille critique de 1,5 cm de diamètre...

Je décide de commencer la pose sans plus tarder.

 

SEANCES DE POSE DES ETIQUETTES AUTOCOLLANTES
 

Première séance de pose des étiquettes autocollantes

J'ai effectué le 4 juin 2017 au matin une première séance de pose d'étiquettes autocollantes sur l'ostiole de figues en formation de la touffe de la variété 'Bellone'. J'ai traité 80 figues.

Les mesures effectuées après la pose à l'aide d'un pied à coulisse font apparaître pour la très grande partie des figues traitées un diamètre variant entre 1,4 et 1,8 cm. Quelques figues présentant un diamètre de 1,3 cm, quelques autres un diamètre de 2 cm.

J'aurais aimé commencer avec un maximum de figues d'un diamètre légèrement inférieur ou égal à 1,5 cm, mais je n'ai pas été assez vigilant...

Figue immature avec l'ostiole obturé pour empêcher la ponte de Silba adipata McAlpine

Figue immature avec l'ostiole obturé pour empêcher la ponte de Silba adipata McAlpine
(pastille autocollante certifiée "contact alimentaire direct" ; variété unifère 'Bellone')

 

Figue immature avec l'ostiole obturé pour empêcher la ponte de Silba adipata McAlpine

Figue immature avec l'ostiole obturé pour empêcher la ponte de Silba adipata McAlpine
(pastille autocollante certifiée "contact alimentaire direct" ; variété unifère 'Bellone')

J'ai effectué la pose à vitesse normale, sans traîner mais sans me précipiter.

J'ai traité des rameaux assez facilement accessibles, dont certains ont cependant nécessité d'être ramenés vers moi et d'être tenus recourbés de la main gauche pendant la pose des étiquettes autocollantes avec la main droite.

Les figues traitées se situaient à une hauteur variant entre 0,80 m et 2,5 m.

Je n'ai constaté aucune chute de figues au cours des manipulations.

Temps de traitement des 80 figues : 26 minutes.

Le temps moyen de traitement d'une figue lors de cette première séance de pose s'établit à 19,5 secondes.

 

Séance de pose n° 2

Le 4 juin 2017, en fin d'après-midi, j'ai complété le travail du matin par une deuxième séance de pose d'étiquettes autocollantes, concernant 80 nouvelles figues.

J'ai traité des rameaux moins accessibles (intérieur de la touffe, au-dessous de 0,80 m et au-dessus de 2, 5 m).

Et j'ai complété sur des rameaux très accessibles par des figues plus petites que celles sélectionnées lors de la première séance (ce qui a conduit à ce que les figues de diamètre 1,3 à 1,4 cm soient majoritaires dans le lot traité au cours de cette deuxième séance de pose).

Temps de traitement : 35 minutes.

Le temps moyen de traitement d'une figue lors de cette deuxième séance de pose s'établit à 26 secondes.

Figue immature de diamètre 1,3 cm avec l'ostiole obturé pour empêcher la ponte de Silba adipata McAlpine

Figue immature de diamètre 1,3 cm avec l'ostiole obturé pour empêcher la ponte de Silba adipata McAlpine
(pastille autocollante certifiée "contact alimentaire direct" ; variété unifère 'Bellone')

 

Figue immature de diamètre 1,3 cm avec l'ostiole obturé pour empêcher la ponte de Silba adipata McAlpine

Figue immature de diamètre 1,3 cm avec l'ostiole obturé pour empêcher la ponte de Silba adipata McAlpine
(pastille autocollante certifiée "contact alimentaire direct" ; variété unifère 'Bellone')

 

Séance de pose n° 3

Le 6 juin 2017, soit 48 h après les deux premières séances de pose d'étiquettes autocollantes, j'ai obturé l'ostiole de 150 nouvelles figues de la touffe de la variété 'Bellone'.

Compte tenu du court délai écoulé depuis les séances de pose précédentes, je n'ai eu à traiter que des figues d'un diamètre de 1,1 à 1,3 cm. J'ai oeuvré sur tous types de rameaux (accessibles car en périphérie ; ou plus difficiles à atteindre : bas, en hauteur, à l'intérieur).

Temps de traitement : 1 h 20.

Le temps moyen de traitement d'une figue au cours de cette troisième séance de pose s'établit à 32 secondes.

J'ai eu à déplorer le détachement de 2 figues (une sur laquelle j'ai trop forcé latéralement et l'autre que j'ai fait tomber avec l'épaule en pénétrant dans la touffe).

Lors de cette séance de pose, j'ai perfectionné le mode opératoire : pour me débarrasser des pastilles collées aux mains et dont il est très difficile de se dépêtrer lorsque l'on essaie de les faire tomber au sol, je les colle sur le revers des feuilles...

J'ai également pu confirmer qu'il vaut mieux travailler en chemise à manches longues pour éviter les attaques du latex sur la peau car la pose des pastilles autocollantes au-delà de la périphérie de la touffe impose des contacts fréquents et prolongés avec les feuilles du figuier.

J'ai pu constater que la quasi-totalité des étiquettes autocollantes posées 48 h auparavant étaient déjà assez fortement décollées.

Décollement de deux pastilles autocollantes posées sur l'ostiole de figues immatures

Décollement de deux pastilles autocollantes posées sur l'ostiole de figues immatures
(48 h après leur pose ; variété unifère 'Bellone')

 

Décollement d'une pastille autocollante posée 48 h auparavant sur l'ostiole d'une figue immature

Décollement d'une pastille autocollante posée 48 h auparavant sur l'ostiole d'une figue immature
(noter les zones plus claires de la pastille qui trahissent par transparence le décollement)

 

Décollement d'une pastille autocollante posée 48 h auparavant sur l'ostiole d'une figue immature

Décollement d'une pastille autocollante posée 48 h auparavant sur l'ostiole d'une figue immature
(variété unifère 'Bellone')

Je ne suis pas surpris de ces décollements précoces, qui confirment ce que j'ai constaté lors du chantier de test et j'ai espoir que mon hypothèse du rôle répulsif des traces d'adhésif acrylique laissées dans la région de l'ostiole par les pastilles partiellement décollées ou tombées se confirme...

 

Séance de pose n° 4

Le 8 juin 2017, soit 48 h après la troisième séance de pose, j'ai obturé l'ostiole de 40 nouvelles figues de la touffe de la variété 'Bellone'.

Temps de traitement : 30 mn.

Le temps moyen de traitement d'une figue au cours de cette quatrième séance s'établit à 45 secondes.

Il est anormalement long car j'ai dû chercher assez longuement les figues à traiter. Je n'ai d'ailleurs trouvé que des figues d'un diamètre de 1,1 à 1,3 cm.

Pour éviter d'avoir à rechercher trop longuement les figues à traiter, je pense à deux optimisations de la méthode de pose.

En premier lieu, une fois traitées toutes les figues ayant atteint la taille critique (1,5 cm), il convient de laisser s'écouler entre deux séances de pose un délai supérieur à celui que j'ai observé (2 jours). Je vais essayer le délai de 4 jours.

En second lieu, il faut traiter dès que possible les figues en cours de développement, c'est à dire, selon mes observations et mesures, dès qu'elle atteignent un diamètre de 0,8 à 1 cm, de façon à traiter le maximum de figues en une seule séance de pose.

Au cours de cette quatrième séance de pose, j'ai pu constater que les étiquettes autocollantes d'une dizaine de figues sont déjà tombées et qu'une grande partie des étiquettes posées sur les autres figues est largement décollée.

Malgré la petite taille des figues traitées, je n'ai eu à déplorer aucune perte consécutive aux manipulations.

J'ai ramassé sur l'arbre 4 petites figues qui commençaient à rougir (diamètre de 1,1 à 1, 3 cm), dont 2 avec l'ostiole obturé. Je les ai placées dans une boîte en plastique fermée par un film plastique alimentaire maintenu par un élastique, à des fins de test d'émergence de larves.

Récapitulatif depuis le début de l'expérimentation sur la touffe de la variété unifère 'Bellone' : le nombre total de figues dont j'ai obturé l'ostiole s'élève à 350, en quatre séances cumulant 2 h et 51 mn de travail.

 

Séance de pose n° 5

Le 12 juin 2017, soit 4 jours après la quatrième séance de pose et d'observation, je suis allé examiner les figues à l'ostiole obturé sur la touffe de la variété unifère 'Bellone' et j'ai traité sur celle-ci un nouveau lot de petites figues immatures. 
 

Pose de nouvelles étiquettes autocollantes

Plus précisément, j'ai procédé à la pose d'étiquettes autocollantes sur les ostioles de 55 figues de très petit diamètre (0,8 à 1,2 cm).

Malgré la très petite taille des figues traitées, je n'ai eu à déplorer aucune perte consécutive aux manipulations.

Temps de traitement : 29 mn.

Le temps moyen de traitement d'une figue au cours de cette cinquième séance de pose s'établit à 32 secondes.

Récapitulatif depuis le début de l'expérimentation sur la touffe de la variété unifère 'Bellone' : le nombre total de figues dont j'ai obturé l'ostiole s'élève à 405, en cinq séances cumulant 3 h et 20 mn de travail. 
 

Observation des figues

Lors de cette cinquième séance, j'ai ramassé sur l'arbre une figue d'un diamètre supérieur à celui de la taille critique qui avait rougi, signe de son attaque par Silba adipata McAlpine. D'un diamètre de 2,2 cm, elle avait eu l'ostiole obturé mais l'étiquette était largement décollée. Elle ne présentait pas de trou de sortie de larve.

J'ai ouvert cette figue. Elle présentait les symptômes internes d'attaque de Silba adipata McAlpine et j'ai trouvé une larve de très petite taille.

Fait nouveau : lors de cette cinquième séance, j'ai constaté qu'un nombre significatif de figues en formation de toute petite taille avait commencé à tourner au rouge violacé, de manière plus ou moins prononcée et principalement dans la zone de l'ostiole (ce changement de couleur traduisant une impossibilité de poursuivre leur développement).

J'ai collecté sur l'arbre 47 figues de ce type : 17 figues d'un diamètre de 1,2 à 1,4 cm (ayant toutes l'ostiole obturé), 30 figues de diamètre inférieur à 1,2 cm (dont 17 avec l'ostiole obturé).

J'ai placé chacun des lots précités de 17 et 30 figues dans une boîte plastique fermée par un film plastique alimentaire maintenu par un élastique, à des fins de test d'émergence de larves.

Préalablement, j'ai inspecté soigneusement toutes les figues avec un loupe et je n'ai détecté aucun orifice de sortie de larve.

Pour les figues de diamètre inférieur à 1,5 cm, je sais par expérience que le virage au rouge violacé relève de l'habituelle chute physiologique, mais je souhaite le confirmer.

Toutefois, un nombre important de petites figues ayant tourné au rouge violacé dans le délai de 4 jours séparant les quatrième et cinquième séances de pose d'étiquettes autocollantes, je m'interroge sur un lien éventuel avec l'obturation de l'ostiole.

Plus précisément, je me demande si l'impossibilité pour la figue de poursuivre son développement, qui se traduit par l'apparition du rouge violacé sur l'épiderme, ne serait pas consécutive aux pressions exercées sur les écailles ostiolaires et dans la zone périphérique de l'ostiole lors du lissage de l'étiquette autocollante (effectué énergiquement en raison des difficultés d'adhérence optimale).

La prochaine observation, prévue dans 4 jours, devrait m'éclairer sur ce point...

J'ai noté que les autres figues sur l'arbre (sans aucune trace de rouge violacé sur l'épiderme) avaient leur l'étiquette autocollante largement décollée (90 %) ou l'avaient perdue (10 %). Certaines ayant atteint le diamètre de 2,4 cm.

 

Séance de pose n° 6

Le 20 juin 2017, soit 8 jours après la cinquième séance de pose et d'observation, j'examine à nouveau la touffe de la variété unifère 'Bellone' sur laquelle je réalise l'expérimentation.
 

Recherche de nouvelles figues à traiter

Lors de la séance précédente, j'ai traité des figues de très petite taille (diamètre de 0,8 cm à 1,2 cm) et une partie de ces toutes petites figues ne portent plus l'étiquette autocollante que j'avais posée.

Je ne peux pas les reconnaître car elles ne présentent pas de cicatrices de lissage avec l'ongle autour de l'ostiole (consécutivement aux enseignements du chantier de test, je réalise le lissage avec le dessous du doigt)

Ainsi, je rencontre une grande difficulté pour trouver les minuscules nouvelles figues à traiter.

J'essaie donc de repérer celles-ci en observant leur position relative par rapport aux figues de plus grosse taille qui ont été traitées et en tenant compte des unités de croissance du rameau.

Au terme de l'inspection minutieuse des rameaux, je ne détecte aucune nouvelle figue à traiter.
 

Décollement et perte des étiquettes autocollantes

Je constate que le décollement des étiquettes autocollantes s'est produit également sur les figues traitées lors de la séance précédente, comme de règle générale.

Pour toutes les figues de la touffe, l'étiquette est soit largement décollée, soit tombée (les figues ayant perdu leur étiquette représentant environ 20 % du total).

La plus grande partie des figues ayant eu l'ostiole obturé présente désormais un diamètre compris entre 2,4 et 2,8 cm, certaines étant de plus grosse taille (diamètre de 3 à 3,3 cm).

Je remarque pour certaines des figues traitées des traces importantes d'adhésif acrylique sous l'étiquette décollée.

Décollement d'une pastille autocollante avec traces d'adhésif acrylique sur l'ostiole d'une figue immature

Décollement d'une pastille autocollante avec traces d'adhésif acrylique sur l'ostiole d'une figue immature
(variété unifère 'Bellone')

 

Traces d'adhésif acrylique autour de l'ostiole sous une pastille autocollante décollée

Traces d'adhésif acrylique autour de l'ostiole sous une pastille autocollante décollée
(variété unifère 'Bellone')

 

Traces d'adhésif acrylique autour de l'ostiole sous une pastille autocollante décollée

Traces d'adhésif acrylique autour de l'ostiole sous une pastille autocollante décollée
(variété unifère 'Bellone')
 

Observation des figues relevant de la chute physiologique

Ayant eu à ramasser sur l'arbre lors de la séance précédente 47 figues qui avaient commencé à rougir alors que leur taille était inférieure à la taille critique pour l'attaque de la mouche noire du Figuier (diamètre 1,5 cm), je suis particulièrement attentif à la détection de figues du même type lors de la présente séance.

J'en collecte 35, sur l'arbre et au sol, d'un diamètre variant entre 0,6 et 1,2 cm (à l'exception de l'une d'entre elles, ayant un diamètre de 1,3 cm). Sur l'arbre, certaines de ces figues minuscules au développement bloqué n'avaient pas encore commencé à rougir, mais se sont détachées lorsque je les ai soumises à une faible pression du doigt.

Je suis allé regardé les trois boîtes fermées par un film alimentaire transparent dans lesquelles, à l'issue des deux séances précédentes, j'avais placé pour tests d'émergence 51 figues de diamètre inférieur à 1,5 cm ayant rougi.

Je n'ai constaté aucune émergence de larves, ce qui confirme qu'elles n'ont pas subi d'attaques de Silba adipata McAlpine.

Habituellement, le blocage du développement des figues de très petite taille procède du processus de la chute physiologique.

Mais, leur nombre me semble anormalement important.

En toute rigueur, je ne peux pas exclure que le blocage du développement d'une partie d'entre elles soit imputable aux pressions fortes et répétées que j'ai exercées dans la région de l'ostiole pour lisser les étiquettes autocollantes (dans un pourcentage restant à déterminer).
 

Ramassage des figues attaquées par la mouche noire du Figuier

Lors de cette sixième séance, je repère deux figues de taille supérieure à la taille critique ayant entièrement rougi sur les rameaux, donc ayant été attaquées par la mouche noire du Figuier (diamètres mesurés : 2,4 cm et 2,6 cm). J'en ramasse une troisième au sol (diamètre : 2,6 cm). Toutes trois portent un trou de sortie de larve.

Si j'étais passé plus tôt inspecter la touffe, je les aurais détectées avant que la larve ne quitte la figue. J'en tire pour leçon que si les séances d'observation et de pose pour l'obturation de l'ostiole doivent être espacées de quatre à huit jours, l'inspection prophylactique pour collecter les figues attaquées contenant encore les larves doit être maintenue au rythme de tous les deux jours...

J'ai ouvert les trois figues et j'ai constaté les symptômes internes d'attaque de Silba adipata McAlpine, mais je n'ai pas trouvé d'autre larve que celle déjà sortie de chacune d'entre elles.

Les deux figues attaquées encore sur l'arbre étaient très proches l'une de l'autre, se touchant presque. Elles se situaient sur un court rameau positionné à environ deux mètres du sol, porteur de six figues ayant dépassé la taille critique, toutes traitées par étiquette autocollante sur l'ostiole ; une des quatre figues saines restant sur le rameau avait un diamètre supérieur à ceux des deux figues attaquées.

Les trois figues attaquées portaient encore leur étiquette autocollante, mais celle-ci, relevée, laissait apparaître largement l'ostiole.

A ce stade de l'expérimentation, cela porte à 4 le nombre des figues attaquées après que l'étiquette autocollante obturant leur ostiole s'est largement décollée.
 

Récapitulatif depuis le début de l'expérimentation sur la touffe de la variété unifère 'Bellone'

Nombre de séances de pose et/ou d'observation entre le 4 juin 2017 et le 20 juin 2017 : 6.

Nombre total de figues dont j'ai obturé l'ostiole : 405, en cinq séances cumulant 3 h et 20 mn de travail. 

Nombre de figues ayant rougi avant d'atteindre la taille critique d'attaque de Silba adipata McAlpine : 4 + 48 + 35 = 87.

Nombre de figues (toutes traitées) attaquées par Silba adipata McAlpine : 4.

Nombre de figues (toutes traitées) restant sur la touffe : 405 - 87 - 4 = 314.

 

INSPECTIONS PROPHYLACTIQUES

N'ayant détecté aucune nouvelle figue sur laquelle obturer l'ostiole lors de la sixième séance de pose, je décide de procéder à des inspections prophylactiques de la touffe de la variété 'Bellone' (ramassage au plus tôt des figues attaquées, avant que les larves ne les quittent).

Selon l'expérience des années précédentes, le rythme initial à respecter est d'une inspection  tous les deux jours.
 

Inspection prophylactique n° 1 (22 juin 2017)

Deux jours après la dernière séance de pose, soit  le 22 juin 2017, j'examine à nouveau la touffe de la variété 'Bellone'

Nombre de figues (toutes traitées) attaquées par Silba adipata McAlpine : 18 (portant le total à 22 depuis le début de l'expérimentation).

Dont : 2 figues avec un trou de sortie de larve et 10 figues portant encore l'étiquette autocollante (largement décollée et souvent décentrée par rapport à l'ostiole du fait de la croissance de la figue).

Diamètres des figues attaquées (cm) : 1,8 ; 2 ; 2,2 ; 2,3 ; 2,4 ; 2,6 (2) ; 2,7 (3) ; 2,8 (4) ; 2,9 ; 3 ; 3,2 ; 3,3.

Les figues attaquées ont toutes été ramassées sur l'arbre. Elles se situaient aussi bien en périphérie de la touffe qu'à l'intérieur de celle-ci, à des hauteurs variant de 0,30 m à 2,20 m (hauteur de la touffe : 2,50 m).

Leur ouverture a confirmé l'attaque de Silba adipata McAlpine par les symptômes internes et, pour certaines, le repérage d'une à trois larves.

Nombre de figues ayant rougi avant d'atteindre la taille critique d'attaque de Silba adipata McAlpine : 5 (diamètre de 0,8 à 1,4 cm), portant le total à 92 depuis le début de l'expérimentation.

Vérification de l'absence de symptômes d'attaque de Silba adipata McAlpine par ouverture des plus grosses d'entre elles.

Nombre de figues (toutes traitées) restant sur la touffe : 314 - 18 - 5 = 291.

 

Inspection prophylactique n° 2 (23 juin 2017)

J'ai collecté le 22 juin 2017 un nombre important de figues attaquées et je sais par expérience qu'un taux de perte quotidien de l'ordre d'une dizaine de figues pourrait se constater jusqu'à la fin du mois de juin.  

Je décide donc d'inspecter quotidiennement la touffe de la variété 'Bellone' à des fins prophylactiques et j'examine à nouveau celle-ci le 23 juin 2017.

Nombre de figues (toutes traitées) attaquées par Silba adipata McAlpine : 21 (portant le total à 43 depuis le début de l'expérimentation).

Dont : aucune figue avec un trou de sortie de larve et 16 figues portant encore l'étiquette autocollante (largement décollée et, le plus souvent, décentrée par rapport à l'ostiole du fait de la croissance de la figue).

Diamètres des figues attaquées (cm) : 2,2 ; 2,4 (3) ; 2,6 (4) ; 2,7 (2) ; 2,8 (4) ; 2,9 (2) ; 3 (2) ; 3,1 ; 3,2 (2).

Les figues attaquées ont toutes été ramassées sur l'arbre. Elles se situaient aussi bien en périphérie de la touffe qu'à l'intérieur de celle-ci, à des hauteurs variant de 0,30 m à 2,40 m (hauteur de la touffe : 2,50 m).

Leur ouverture a confirmé l'attaque de Silba adipata McAlpine par les symptômes internes et, pour certaines, le repérage d'une à deux larves.

Nombre de figues ayant rougi avant d'atteindre la taille critique d'attaque de Silba adipata McAlpine : 1 (diamètre : 0,9 cm), portant le total à 93 depuis le début de l'expérimentation.

J'ai ouvert cette figue et ai constaté l'absence de symptômes d'attaque de Silba adipata McAlpine.

Nombre de figues (toutes traitées) restant sur la touffe : 291 - 21 - 1 = 269.

En deux jours, j'ai ramassé 39 figues attaquées qui avaient subi l'obturation de l'ostiole : mon hypothèse du rôle répulsif des traces laissées par l'adhésif acrylique des étiquettes autocollantes autour de l'ostiole doit être abandonnée...

Au cours de la dernière inspection prophylactique, j'ai d'ailleurs observé une mouche noire du Figuier posée sur l'étiquette autocollante décollée obturant partiellement l'ostiole d'une figue.

Mouche noire du Figuier posée sur l'étiquette autocollante obturant l'ostiole

Mouche noire du Figuier posée sur l'étiquette autocollante obturant l'ostiole
(variété unifère 'Bellone')

Elle a déployé sa trompe buccale et a léché la surface de l'étiquette. Elle a quitté ensuite l'étiquette et s'est attardée dans la région de l'ostiole en marchant lentement, mais sans pondre.

Silba adipata McAlpine posée sur l'étiquette autocollante obturant l'ostiole

Silba adipata McAlpine posée sur l'étiquette autocollante obturant l'ostiole
(variété unifère 'Bellone')

Dans le meilleur des cas, l'adhésif acrylique pourrait être répulsif tant qu'il n'a pas séché.

La taille des figues attaquées ramassées les 22 et 23 juin 2017 est légèrement plus importante que la taille modale des figues attaquées que je constate au fil des années sur la touffe de la variété 'Bellone'.

La pose des étiquettes autocollantes pourrait jouer un effet retardateur (temps de décollement des étiquettes et, peut-être, temps de séchage de l'adhésif acrylique).

 

Inspection prophylactique n° 3 (24 juin 2017)

Nombre de figues (toutes traitées) attaquées par Silba adipata McAlpine : 13 (portant le total à 56 depuis le début de l'expérimentation).

Dont : 5 figues avec un trou de sortie de larve et 10 figues portant encore l'étiquette autocollante (largement décollée et décentrée par rapport à l'ostiole du fait de la croissance de la figue).

Diamètres des figues attaquées (cm) : 2,4 ; 2,5 ; 2,6 (2) ; 2,7 (4) ; 2,8 ; 2,9 ; 3 ; 3,1 ; 3,2.

Les figues attaquées ont toutes été ramassées sur l'arbre. Elles se situaient aussi bien en périphérie de la touffe qu'à l'intérieur de celle-ci, à des hauteurs variant de 0,30 m à 2,40 m (hauteur de la touffe : 2,50 m).

Leur ouverture a confirmé l'attaque de Silba adipata McAlpine par les symptômes internes et, pour certaines, le repérage d'une larve.

Je n'ai pas trouvé de figues ayant rougi avant d'atteindre la taille critique d'attaque de Silba adipata McAlpine : le total de celles-ci depuis le début de l'expérimentation reste donc à 93.

Nombre de figues (toutes traitées) restant sur la touffe : 269 - 13 = 256.

 

Inspection prophylactique n° 4 (25 juin 2017)

Nombre de figues (toutes traitées) attaquées par Silba adipata McAlpine : 17 (portant le total à 73 depuis le début de l'expérimentation).

Figues de la variété unifère 'Bellone' attaquées par Silba adipata McAlpine

Figues de la variété unifère 'Bellone' attaquées par Silba adipata McAlpine
(collecte du 25 juin 2017, au cours du test de l'obturation de l'ostiole)

Parmi celles-ci : 6 avec un trou de sortie de larve, 1 avec deux trous de sortie de larve et 1 avec trois trous de sortie de larve ; 15 figues portent encore l'étiquette autocollante (largement décollée et, le plus souvent, décentrée par rapport à l'ostiole du fait de la croissance de la figue).

Figues de la variété unifère 'Bellone' attaquées par Silba adipata McAlpine

Figues de la variété unifère 'Bellone' attaquées par Silba adipata McAlpine
(noter que les étiquettes autocollantes sont décollées et excentrées par rapport à l'ostiole)

Diamètres des figues attaquées (cm) : 2,5 (2) ; 2,6 (2) ; 2,7 (7) ; 2,8 ; 2,9 ; 3 (2) ; 3,2 ; 3,9. Il faut noter que la figue de 3,9 cm de diamètre constitue le record de taille pour les figues attaquées que j'ai rencontrées au cours de mes trois années d'observation (record précédent : 3,4 cm).

Les figues attaquées ont toutes été ramassées sur l'arbre. Elles se situaient aussi bien en périphérie de la touffe qu'à l'intérieur de celle-ci, à des hauteurs variant de 1 m à 2,40 m (hauteur de la touffe : 2,50 m).

Leur ouverture a confirmé l'attaque de Silba adipata McAlpine par les symptômes internes et, pour certaines, le repérage d'une larve.

Je n'ai pas trouvé de figues ayant rougi avant d'atteindre la taille critique d'attaque de Silba adipata McAlpine : le total de celles-ci depuis le début de l'expérimentation reste donc à 93.

Nombre de figues (toutes traitées) restant sur la touffe : 256 - 17 = 239.

 

Inspection prophylactique n° 5 (26 juin 2017)

Nombre de figues (toutes traitées) attaquées par Silba adipata McAlpine : 16 (portant le total à 89 depuis le début de l'expérimentation).

Parmi celles-ci : 4 avec un trou de sortie de larve ; 13 figues portent encore l'étiquette autocollante (largement décollée et, le plus souvent, décentrée par rapport à l'ostiole du fait de la croissance de la figue).

Diamètres des figues attaquées (cm) : 2,3 ; 2,4 ; 2,6 ; 2,8 (6) ; 2,9 (5) ; 3,1 ; 3,2.

Les figues attaquées ont toutes été ramassées sur l'arbre. Elles se situaient aussi bien en périphérie de la touffe qu'à l'intérieur de celle-ci, à des hauteurs variant de 0,40 m à 2,40 m (hauteur de la touffe : 2,50 m).

Leur ouverture a confirmé l'attaque de Silba adipata McAlpine par les symptômes internes et, pour certaines, le repérage d'une larve.

Je n'ai pas trouvé de figues ayant rougi avant d'atteindre la taille critique d'attaque de Silba adipata McAlpine : le total de celles-ci depuis le début de l'expérimentation reste donc à 93.

Nombre de figues (toutes traitées) restant sur la touffe : 239 - 16 = 223.

 

Inspection prophylactique n° 6 (27 juin 2017)

Baisse significative du nombre de figues (toutes traitées) attaquées par Silba adipata McAlpine : 8 (portant le total à 97 depuis le début de l'expérimentation).

Aucune avec trous de sortie de larve ; 5 figues portent encore l'étiquette autocollante (largement décollée et, le plus souvent, décentrée par rapport à l'ostiole du fait de la croissance de la figue).

Diamètres des figues attaquées (cm) : 2,2 ; 2,4 (2) ; 2,5 ; 2,6 (2) ; 2,8 (2).

Les figues attaquées ont toutes été ramassées sur l'arbre. Elles se situaient aussi bien en périphérie de la touffe qu'à l'intérieur de celle-ci, à des hauteurs variant de 0,50 m à 2,40 m (hauteur de la touffe : 2,50 m).

Leur ouverture a confirmé l'attaque de Silba adipata McAlpine par les symptômes internes et, pour certaines, le repérage d'une larve.

J'ai trouvé 2 figues ayant rougi avant d'atteindre la taille critique d'attaque de Silba adipata McAlpine. Le total des figues de ce type depuis le début de l'expérimentation passe donc à 95.

Elles portaient toutes deux sur l'ostiole une étiquette autocollante largement décollée.

Nombre de figues (toutes traitées) restant sur la touffe : 223 - 8 - 2 = 213.

Lors de cette inspection, j'ai noté qu'en fin de certains rameaux apparaissent deux à trois figues minuscules en formation. Je vais surveiller leur développement pour essayer de poser sur leur ostiole une étiquette autocollante.

 

Inspection prophylactique n° 7 (28 juin 2017)

Nombre de figues (toutes traitées) attaquées par Silba adipata McAlpine : 7 (portant le total à 104 depuis le début de l'expérimentation).

Aucune avec trous de sortie de larve ; les 7 figues portent encore l'étiquette autocollante, largement décollée. Pour toutes, l'étiquette est en outre décentrée par rapport à l'ostiole du fait de la croissance de la figue.

Diamètres des figues attaquées (cm) : 2,8 ; 2,9 ; 3 (2) ; 3,1 ; 3,2 ; 3,4.

Les figues attaquées ont toutes été ramassées sur l'arbre. Elles se situaient aussi bien en périphérie de la touffe qu'à l'intérieur de celle-ci, à des hauteurs variant de 1,50 m à 2,40 m (hauteur de la touffe : 2,50 m).

Leur ouverture a confirmé l'attaque de Silba adipata McAlpine par les symptômes internes et, pour certaines, le repérage d'une larve.

J'ai trouvé 1 figue ayant rougi avant d'atteindre la taille critique d'attaque de Silba adipata McAlpine. Le total des figues de ce type depuis le début de l'expérimentation passe donc à 96.

Elle portait sur l'ostiole une étiquette autocollante largement décollée. J'ai ouvert cette figue et ai constaté l'absence de symptômes d'attaque de Silba adipata McAlpine.

Nombre de figues (toutes traitées) restant sur la touffe : 213 - 7 - 1 = 205.

 

Inspection prophylactique n° 8 (29 juin 2017)

Nombre de figues attaquées par Silba adipata McAlpine : 1 (portant le total à 105 depuis le début de l'expérimentation).

L'étiquette autocollante est tombée. Pas de trous de sortie de larve. Diamètre : 2,9 cm.

La figue attaquée a été ramassée sur l'arbre. A 1,50 m de hauteur, en périphérie de la touffe (hauteur de la touffe : 2,50 m).

Son ouverture a confirmé l'attaque de Silba adipata McAlpine par les symptômes internes.

Je n'ai trouvé aucune figue ayant rougi avant d'atteindre la taille critique d'attaque de Silba adipata McAlpine. Le total des figues de ce type depuis le début de l'expérimentation reste donc à 96.

Nombre de figues (toutes traitées) restant sur la touffe : 205 - 1 = 204.

 

Inspection prophylactique n° 9 (30 juin 2017)

Nombre de figues (toutes traitées) attaquées par Silba adipata McAlpine : 3 (portant le total à 108 depuis le début de l'expérimentation).

Aucune avec trous de sortie de larve ; les 3 figues portent encore leur étiquette autocollante, largement décollée. Pour toutes, l'étiquette est en outre décentrée par rapport à l'ostiole du fait de la croissance de la figue.

Diamètres des figues attaquées (cm) : 2,4 ; 3 ; 3,1.

Les figues attaquées ont toutes été ramassées sur l'arbre. Deux se situaient en périphérie de la touffe (hauteurs : 1,60 m et 2,20 m) et une se trouvait à l'intérieur de la touffe, à 0,60 m de hauteur (hauteur de la touffe : 2,50 m).

Leur ouverture a confirmé l'attaque de Silba adipata McAlpine par les symptômes internes et, pour une, le repérage d'une larve.

Je n'ai trouvé aucune figue ayant rougi avant d'atteindre la taille critique d'attaque de Silba adipata McAlpine. Le total des figues de ce type depuis le début de l'expérimentation reste donc à 96.

Nombre de figues (toutes traitées) restant sur la touffe : 204 - 3 = 201.

 

Inspection prophylactique n° 10 (1er juillet 2017)

Nombre de figues attaquées par Silba adipata McAlpine : 1 (portant le total à 109 depuis le début de l'expérimentation).

L'étiquette autocollante est tombée. Pas de trous de sortie de larve. Diamètre : 2,8 cm.

La figue attaquée a été ramassée sur l'arbre. A 1,80 m de hauteur, en périphérie de la touffe (hauteur de la touffe : 2,50 m).

Son ouverture a confirmé l'attaque de Silba adipata McAlpine par les symptômes internes.

Je n'ai trouvé aucune figue ayant rougi avant d'atteindre la taille critique d'attaque de Silba adipata McAlpine. Le total des figues de ce type depuis le début de l'expérimentation reste donc à 96.

Nombre de figues (toutes traitées) restant sur la touffe : 201 - 1 = 200.

 

Inspection prophylactique n° 11 (2 juillet 2017)

Nombre de figues attaquées par Silba adipata McAlpine : 1 (portant le total à 110 depuis le début de l'expérimentation).

Diamètre : 2,7 cm. Pas de trous de sortie de larve ; l'étiquette autocollante qui avait été posée sur l'ostiole est tombée.

La figue attaquée a été ramassée sur l'arbre. Elle se situait en périphérie de la touffe à une hauteur de 1,80 m (hauteur de la touffe : 2,50 m).

Son ouverture a confirmé l'attaque de Silba adipata McAlpine par les symptômes internes.

J'ai trouvé une figue ayant rougi avant d'atteindre la taille critique d'attaque de Silba adipata McAlpine. Le total des figues de ce type depuis le début de l'expérimentation passe donc à 97.

Elle portait sur l'ostiole une étiquette autocollante largement décollée. J'ai ouvert cette figue et ai constaté l'absence de symptômes d'attaque de Silba adipata McAlpine.

Nombre de figues (toutes traitées) restant sur la touffe : 200 - 1 - 1 = 198.

 

Inspection prophylactique n° 12 (5 juillet 2017)

Compte tenu de la baisse sensible des attaques que j'ai constatée lors des quatre dernières inspections prophylactiques (comme tous les ans, à partir de la fin juin), j'ai décide de ne plus passer examiner la touffe tous les jours.

J'examine à nouveau la touffe de la variété unifère 'Bellone' trois jours après la dernière inspection, soit le 5 juillet 2017.

Nombre de figues attaquées par Silba adipata McAlpine : 2 (portant le total à 112 depuis le début de l'expérimentation).

Une des deux figues porte un trou de sortie de larve. Son étiquette autocollante est tombée. Sur l'autre figue, l'étiquette autocollante est toujours présente, mais largement décollée. Cette étiquette est en outre décentrée par rapport à l'ostiole du fait de la croissance de la figue.

Diamètres des figues attaquées (cm) : 2,3 ; 2,5.

Les deux figues attaquées ont été ramassées sur l'arbre. L'une en périphérie de la touffe à 1 m de hauteur et l'autre à l'intérieur de la touffe, à 0,50 m de hauteur (hauteur de la touffe : 2,50 m).

Leur ouverture a confirmé l'attaque de Silba adipata McAlpine par les symptômes internes.

Je n'ai trouvé aucune figue ayant rougi avant d'atteindre la taille critique d'attaque de Silba adipata McAlpine. Le total des figues de ce type depuis le début de l'expérimentation reste donc à 97.

Nombre de figues (toutes traitées) restant sur la touffe : 198 - 2 = 196.

 

Inspection prophylactique n° 13 et pose d'étiquettes autocollantes (12 juillet 2017)

J'examine à nouveau la touffe de la variété unifère 'Bellone' sept jours après la dernière inspection, soit le 12 juillet 2017.

Nombre de figues (toutes traitées) attaquées par Silba adipata McAlpine : 4 (portant le total à 116 depuis le début de l'expérimentation).

Diamètres des figues attaquées (cm) : 1,7 ; 1,9 ; 2,4 ; 2,6.

Deux figues, de couleur verte, ont été ramassées sur l'arbre, en périphérie, à 0,40 m et 1,80 m de hauteur (hauteur de la touffe : 2,50 m). Les deux autres, entièrement violettes, ont été ramassées au sol.

Les quatre figues ont perdu leur étiquette autocollante. Les deux de couleur verte ne présentent pas de trous de sortie de larve ; les deux autres présentent respectivement un et deux trous de sortie de larve.

L'ouverture des quatre figues a confirmé l'attaque de Silba adipata McAlpine par les symptômes internes.

Je n'ai trouvé aucune figue ayant rougi avant d'atteindre la taille critique d'attaque de Silba adipata McAlpine. Le total des figues de ce type depuis le début de l'expérimentation reste donc à 97.

Au cours de cette séance, j'ai posé (en une minute environ) une étiquette autocollante sur l'ostiole de trois nouvelles petites figues proches de la taille critique, apparues en fin de rameaux (cela porte à 405 + 3 = 408 le nombre de figues dont l'ostiole a été obturé et à 3 h 21 mn le temps global de pose d'étiquettes autocollantes sur les ostioles ).

Et j'ai fait tomber d'un coup d'épaule involontaire une figue immature déjà bien développée.

Nombre de figues restant sur la touffe (toutes ont eu l'ostiole obturé) : 196 - 4 + 3 - 1 = 194.

 

Inspection prophylactique n° 14 (18 juillet 2017)

J'examine à nouveau la touffe de la variété unifère 'Bellone' six jours après la dernière inspection, soit le 18 juillet 2017.

Nombre de figues attaquées par Silba adipata McAlpine : 2 (portant le total à 118 depuis le début de l'expérimentation).

Diamètres des deux figues attaquées (cm) : 2,2 ; 2,5.

Une figue, entièrement violette, a été ramassée au sol. L'autre, en grande partie encore verte, a été ramassée sur l'arbre, en périphérie, à 1,80 m du sol (hauteur de la touffe : 2,50 m).

Toutes deux ont perdu leur étiquette autocollante. La figue violette présente trois trous de sortie de larve, l'autre en présente un.

L'ouverture des deux figues confirme l'attaque de Silba adipata McAlpine par les symptômes internes.

Je n'ai trouvé aucune figue ayant rougi avant d'atteindre la taille critique d'attaque de Silba adipata McAlpine. Le total des figues de ce type depuis le début de l'expérimentation reste donc à 97.

Nombre de figues restant sur la touffe (toutes ont eu l'ostiole obturé) : 194 - 2 = 192.

 

Inspection prophylactique n° 15 (26 juillet 2017) 

J'examine à nouveau la touffe de la variété unifère 'Bellone' huit jours après la dernière inspection, soit le 26 juillet 2017.
 

Examen des figues

Nombre de figues attaquées par Silba adipata McAlpine : 2 (portant le total à 120 depuis le début de l'expérimentation).

Diamètres des deux figues attaquées (cm) : 1,7 ; 2,2.

Une figue, entièrement violet noir, a été ramassée au sol. L'autre, en grande partie rouge, a été ramassée sur l'arbre, au centre de la touffe et à 2 m du sol (hauteur de la touffe : 2,50 m).

La figue ramassée au sol n'est plus pourvue de son étiquette autocollante, l'autre la porte encore. La figue ramassée au sol présente un trou de sortie de larve, l'autre en est dépourvue.

L'ouverture des deux figues confirme l'attaque de Silba adipata McAlpine par les symptômes internes.

Je n'ai trouvé aucune figue ayant rougi avant d'atteindre la taille critique d'attaque de Silba adipata McAlpine. Le total des figues de ce type depuis le début de l'expérimentation reste donc à 97.

Lors de l'inspection prophylactique, je repère une petite figue immature apparue au bout d'un rameau, à environ 1 m du sol, dont le diamètre est d'environ 1 cm.

J'obture son ostiole avec une pastille autocollante, ce qui porte à 409 (408 + 1) le nombre de figues dont l'ostiole a été obturé.

J'ajoute 1 mn au temps global de pose des étiquettes autocollantes, le portant à 3 h 22 mn.

Nombre de figues restant sur la touffe (toutes ont eu l'ostiole obturé) : 192 - 2 + 1 = 191.
 

Constat de véraison pour certaines figues

Au cours de cette inspection, je constate que 12 figues sont au stade de la véraison (dont quatre sont déjà entièrement rouge violacé). Leur diamètre varie de 3,4 à 4,2 cm.

Je suis relativement surpris de la précocité de la véraison, celle-ci n'étant habituellement atteinte dans mon jardin que courant août pour la variété 'Bellone'.

Figue de la variété unifère 'Bellone' proche de la maturité (ostiole ayant été obturé)

Figue de la variété unifère 'Bellone' proche de la maturité (ostiole ayant été obturé)

La plupart des figues ayant commencé à tourner porte encore l'étiquette autocollante, fortement relevée.

Figue de la variété unifère 'Bellone' proche de la maturité (ostiole ayant été obturé)

Figue de la variété unifère 'Bellone' proche de la maturité (ostiole ayant été obturé)
(noter que la pastille autocollante, bien que très relevée, n'est pas tombée)
 

Constat de la position excentrée des étiquettes autocollantes par rapport à l'ostiole

De près, j'observe que sur les figues ayant atteint un certain volume l'étiquette autocollante relevée est nettement excentrée par rapport à l'ostiole.

Figue de la variété unifère 'Bellone' avec étiquette autocollante excentrée par rapport à l'ostiole

Figue de la variété unifère 'Bellone' avec étiquette autocollante excentrée par rapport à l'ostiole

 

Figue de la variété unifère 'Bellone' avec étiquette autocollante excentrée par rapport à l'ostiole

Figue de la variété unifère 'Bellone' avec étiquette autocollante excentrée par rapport à l'ostiole

La position excentrée de l'étiquette autocollante par rapport à l'ostiole s'explique par un double phénomène : d'une part, l'accroissement du diamètre de la figue depuis la pose, qui éloigne l'étiquette de l'ostiole ; d'autre part l'élargissement de l'ostiole au fur et à mesure de l'avancée vers la maturité, qui accroît la distance entre le point de fixation de l'étiquette relevée et l'extrémité de l'ostiole qui est à l'opposé de celui-ci.

Figue de la variété unifère 'Bellone' avec étiquette autocollante relevée et excentrée par rapport à l'ostiole

Figue de la variété unifère 'Bellone' avec étiquette autocollante relevée et excentrée par rapport à l'ostiole
(figue commençant à virer vers la couleur de maturité)

 

Etiquette autocollante relevée et excentrée par rapport à l'ostiole d'une figue de la variété unifère 'Bellone'

Etiquette autocollante relevée et excentrée par rapport à l'ostiole d'une figue de la variété unifère 'Bellone'
(noter, autour de l'ostiole, l'empreinte de la position initiale de l'étiquette autocollante)
 

Observation d'une marque circulaire correspondant à la pose initiale de l'étiquette autocollante

Je remarque sur les agrandissements photographiques que l'étiquette autocollante a laissé autour de l'ostiole une marque circulaire générée par sa position initiale (juste après la pose).

Empreinte circulaire autour de l'ostiole de la position initiale de l'étiquette autocollante

Empreinte circulaire autour de l'ostiole de la position initiale de l'étiquette autocollante

Le diamètre de l'empreinte, bien plus important que celui de l'étiquette autocollante, traduit l'accroissement de volume de la figue et la dilatation de l'ostiole depuis la pose de l'étiquette autocollante.

Empreinte circulaire autour de l'ostiole de la position initiale de l'étiquette autocollante

Empreinte circulaire autour de l'ostiole de la position initiale de l'étiquette autocollante

 

Empreinte circulaire autour de l'ostiole de la position initiale de l'étiquette autocollante

Empreinte circulaire autour de l'ostiole de la position initiale de l'étiquette autocollante

L'empreinte de la position initiale de l'étiquette autocollante semble résulter du dépôt de l'adhésif acrylique, dont les traces autour de l'ostiole sont relativement importantes jusqu'à la maturité.

Par suite de cette observation, on peut s'interroger sur leur éventuel rôle répulsif de Silba adipata McAlpine pour certaines figues sur lesquelles elles seraient en quantité suffisante.

Etant entendu que, compte tenu du nombre important d'attaques de Silba adipata McAlpine constatées depuis le début de l'expérimentation sur les figues ayant eu l'ostiole obturé, il est exclu que l'éventuel rôle répulsif soit total et puisse pallier le défaut d'adhérence des pastilles autocollantes, qui ne permet pas à l'obturation de l'ostiole de jouer son rôle de barrière physique complète et permanente.

En tout état de cause, le rapport figues attaquées (120) sur figues traitées (410) s'établissant à environ 30 %, l'éventuel rôle répulsif partiel serait d'une efficacité insuffisante pour justifier l'utilisation de l'obturation de l'ostiole avec les pastilles autocollantes déficientes choisies.

 

Inspection prophylactique n° 16 (4 août 2017)

J'examine à nouveau la touffe de la variété unifère 'Bellone' neuf jours après la dernière inspection, soit le 4 août 2017.

Je ne trouve aucune figue attaquée par Silba adipata McAlpine (au sol ou sur l'arbre), ni aucune figue ayant rougi avant d'atteindre la taille critique d'attaque de Silba adipata McAlpine.

En conséquence, le total des figues attaquées reste à 120, et celui des figues victimes de la chute physiologique reste à 97.

Lors de l'inspection prophylactique, je repère une petite figue immature apparue au bout d'un rameau, à environ 1,50 m du sol, dont le diamètre est d'environ 1 cm.

J'obture son ostiole avec une pastille autocollante, ce qui porte à 410 (409 + 1) le nombre de figues dont l'ostiole a été obturé.

J'ajoute 1 mn au temps global de pose des étiquettes autocollantes, le portant à 3 h 23 mn.

Nombre de figues sauvegardées (toutes ont eu l'ostiole obturé) : 191+ 1 = 192.

Depuis le 26 juillet, date à laquelle j'ai observé une dizaine de figues au stade de la véraison, j'ai consommé quelques figues lors de mes passages près de la touffe de 'Bellone'. Je n'ai noté aucune altération de goût ni de texture pour ces figues par rapport à celles des années précédentes, qui n'avaient pas eu l'ostiole obturé. De même, je n'ai pas observé de variation du calibre habituel des figues mûres pour la variété.

Ce jour, je remarque un nombre significatif de figues mûres et j'en récolte une cinquantaine.

Au cours de la récolte, je remarque une mouche méditerranéenne des fruits (cératite, Ceratitis capitata Wiedemann) posée sur une feuille, à proximité d'un groupe de figues ayant tourné.

Considérant que l'essentiel des enseignements de mon expérimentation de l'obturation de l'ostiole est acquis, je décide de poser deux sticks englués jaunes de marque ADOLIVE sur la touffe de 'Bellone', afin de limiter la pression des cératites sur les figues sauvegardées de la mouche noire du Figuier qui ont commencé à tourner.

 

Inspection prophylactique n° 17 (11 août 2017)

J'examine à nouveau la touffe de la variété unifère 'Bellone' une semaine après la dernière inspection, soit le 11 août 2017.

Je ne trouve aucune figue attaquée par Silba adipata McAlpine (au sol ou sur l'arbre), ni aucune figue ayant rougi avant d'atteindre la taille critique d'attaque de Silba adipata McAlpine.

En conséquence, le total des figues attaquées reste à 120, celui des figues victimes de la chute physiologique reste à 97 et celui des figues sauvegardées à 192.

Depuis la fin juillet, je récolte régulièrement des figues mûres, ayant toutes eu l'ostiole obturé et dont beaucoup possèdent encore leur étiquette autocollante (relevée et excentrée par rapport à l'ostiole). Ces figues ne présentent aucune altération de goût ou de texture, ni variation de calibre, par rapport à celles des années précédentes, qui n'avaient pas eu l'ostiole obturé.

Au cours des récoltes, j'examine les captures réalisées sur les deux sticks jaunes englués que j'ai posés le 4 août.

Ceux-ci jouent leur rôle de limiteurs de pression d'attaques des mouches. Trois jours après leur pose, j'avais identifié sur les sticks 1 individu de Silba adipata McAlpine et 6 individus de Ceratitis capitata Wiedemann. A ce jour, soit quatre jours après, ces nombres n'ont pas varié.

Je remarque malgré tout sur de nombreuses figues mûres ou au stade de la véraison des indices d'attaques de Ceratitis capitata Wiedemann (points de latex séché aux endroits où l'épiderme a été perforé par l'ovipositeur).

Indices de deux piqûres de ponte de Ceratitis capitata Wiedemann sur figue mûre 'Bellone'

Indices de deux piqûres de ponte de Ceratitis capitata Wiedemann sur figue mûre 'Bellone'
(noter les deux points de latex séché au-dessous de l'ostiole, le second décalé vers la gauche)

 

Indices de deux piqûres de ponte de Ceratitis capitata Wiedemann sur figue mûre 'Bellone'

Indices de deux piqûres de ponte de Ceratitis capitata Wiedemann sur figue mûre 'Bellone'
(le latex blanchâtre a suinté à la surface de la figue par les trous de ponte et a séché)

Ainsi les figues sauvegardées de Silba adipata McAlpine sont désormais la proie de Ceratitis capitata Wiedemann, ce qui illustre bien la nécessité de synchroniser correctement les luttes contre chacun de ces deux ravageurs pour sauver la récolte...

Au cours de la semaine, j'ai ramassé au sol 3 figues mûres dont l'épiderme était dépourvu de trous de sortie de larve et dont l'intérieur pourri contenait des larves qui m'ont paru être des larves de cératite.

Les larves de Ceratitis capitata Wiedemann étant difficiles à distinguer des larves de Silba adipata McAlpine lorsqu'elles sont jeunes, j'ai décidé de pratiquer des tests d'émergence.

A cet effet, j'ai placé dans une boîte en plastique fermée par un film alimentaire transparent (maintenu sur le pourtour par un élastique) chacune des trois figues mûres pourries que j'ai ramassées durant la semaine.

 

Inspection prophylactique n° 18 (22 août 2017)

J'examine à nouveau la touffe de la variété unifère 'Bellone' onze jours après la dernière inspection, soit le 22 août 2017.

Je ne trouve aucune figue attaquée par Silba adipata McAlpine (au sol ou sur l'arbre), ni aucune figue ayant rougi avant d'atteindre la taille critique d'attaque de Silba adipata McAlpine.

En conséquence, le total des figues attaquées reste à 120, celui des figues victimes de la chute physiologique reste à 97 et celui des figues sauvegardées à 192.

La récolte, commencée fin juillet, touche à sa fin ce jour avec deux figues mûres ramassées. Elle a duré trois semaines. 

Il reste sur l'arbre seulement trois figues. Il s'agit de figues immatures, d'environ 2,5 cm de diamètre, apparues tardivement sur les unités de croissance les plus hautes des rameaux de la face est de la touffe et ayant subi l'obturation de l'ostiole.

 

DERNIERES OBSERVATIONS

Les trois figues immatures restant sur l'arbre à la date de la dernière inspection prophylactique (et dont l'ostiole avait été obturé) on mené leur maturité à terme sans être infestées, ni par Silba adipata McAlpine, ni par Ceratitis capitata Wiedemann.

Par ailleurs, j'ai suivi l'évolution des trois figues mûres infestées placées en tests d'émergence le 11 août 2017, à raison d'une figue par boîte. L'une a libéré 19 larves, une autre 17 larves et la troisième 3 larves. Comme je m'y attendais à la vue des pupes qui ont suivi, ce sont des adultes de la mouche méditerranéenne des fruits (Ceratitis capitata Wiedemann) qui ont émergé.

Aucune de ces trois figues mûres infestées n'a libéré d'individus de Silba adipata McAlpine (ni de Drosophila suzukii Matsumura...).

 

 

Retour au début de page Début page   Retour au sommaire Sommaire