Silba adipata McAlpine

Présentation      Biologie      Mode de vie      Infestation      Moyens de lutte

 


Accueil > Moyens de lutte > Le piégeage de masse (principe, modalités)

 

Auteur : François DROUET
Photographies : François DROUET

(sauf indications)
Tous droits réservés 

 

 

Piégeage de masse

Principe, modalités

 

 

 

On peut recourir au piégeage de masse contre Silba adipata McAlpine, procédé couramment utilisé pour d'autres ravageurs des fruits, notamment la mouche méditerranéenne des fruits (Ceratitis capitata Wiedemann).

Dans le présent chapitre, je traite de ce moyen de lutte selon le plan suivant : principe, période de piégeage, le piège de type McPhail, la mouche noire du Figuier et le piège, incidence de la couleur du piège, le piège transparent, efficacité d'autres types de pièges.

Dans les chapitres suivants du site, je fournis les comptes rendus d'expériences de piégeage de masse de Silba adipata McAlpine que j'ai relevés dans la littérature et je fais part de mes propres expérimentations avec différents pièges et attractifs alimentaires.

 

PRINCIPE

 

Le piégeage de masse consiste en la mise en oeuvre de pièges gobe-mouches (de type McPhail, par exemple) garnis avec un attractif.

Piège de type McPhail posé sur un figuier (variété bifère 'Grise de la Saint-Jean')

Piège de type McPhail posé sur un figuier (variété bifère 'Grise de la Saint-Jean')

 

Piège de type McPhail posé sur un figuier (variété bifère 'Grise de la Saint-Jean')

Piège de type McPhail posé sur un figuier (variété bifère 'Grise de la Saint-Jean')

Souvent, il s'agit d'un liquide attractif alimentaire. C'est le procédé que j'utilise de façon préférentielle.

Piège McPhail chargé avec une solution aqueuse à 2 % de sulfate d'amonnium

Piège McPhail chargé avec une solution aqueuse à 2 % de sulfate d'amonnium
(Crédit : A. COSTA)

 

Piège McPhail chargé avec une solution aqueuse à 2 % de sulfate d'amonnium

Piège McPhail chargé avec une solution aqueuse à 2 % de sulfate d'amonnium
(ce piège a été posé contre Ceratitis capitata et a capturé quelques individus de Silba adipata)
(Crédit : A. COSTA)

L'attractif alimentaire liquide peut être utilisé seul (les mouches meurent d'épuisement...) ou en association avec des couvercles insecticides (vendus déjà enduits d'insecticide).

Enfin, les pièges peuvent être garnis d'insecticides sous forme solide (par exemple, plaquettes de DDVP à déposer à sec dans le piège). Dans ce cas, il faut également déposer dans le piège un attractif alimentaire sous forme solide.

Piège de type McPhail chargé avec une plaquette d'insecticide DDVP

Piège de type McPhail chargé avec une plaquette d'insecticide DDVP
Crédit : PROBODELT

On peut également recourir à un attractif sexuel pour attirer les mâles (phéromones). Mais, pour Silba adipata McAlpine, je n'ai pas connaissance d'expérimentations des phéromones, ni de disponibilité de produits les utilisant.

L'entreprise espagnole PROBODELT est en pointe pour les moyens de lutte par piégeage de masse, pour différentes cultures et pour plusieurs insectes ravageurs.

Mais elle ne semble pas proposer de moyens de lutte spécifiques pour Silba adipata McAlpine.  En ce qui concerne les mouches qui attaquent les figues, elle ne traite que Ceratitis capitata Wiedemann (cératite, mouche méditerranéenne des fruits) et Drosophila suzukii Matsumura (drosophile à ailes tachetées, drosophile asiatique).

Il convient donc d'examiner les procédés de piégeage de Ceratitis capitata Wiedemann qui peuvent être utilisés pour Silba adipata McAlpine.

 

PERIODE DE PIEGEAGE

 

Les pièges doivent être posés avant que les premières figues immatures n'atteignent la taille critique pour être attaquées par Silba adipata McAlpine, soit un diamètre de 1,5 cm (dès le 20 mars chez moi ; donc pose des pièges première semaine de mars).

Concernant la date d'enlèvement des pièges, il me paraît inefficient de combattre Silba adipata McAlpine sans tenir compte de Ceratitis capitata Wiedemann (et inversement).

Selon mes observations, Silba adipata McAlpine attaque les figues immatures vertes et dures (que Ceratitis capitata Wiedemann n'attaque pas), alors que Ceratitis capitata Wiedemann attaque les figues qui commencent à mollir et à changer de couleur (stade de la véraison), ainsi que les figues mûres.

De ce fait, pour combattre jusqu'au bout Ceratitis capitata Wiedemann, il faut conserver les pièges jusqu'à la dernière figue mûre présente sur l'arbre...

Mais il est utile de continuer à combattre Silba adipata McAlpine, ce que permettent les pièges maintenus car la plupart des appâts sont communs pour les deux mouches.

En effet, j'ai observé que les mouches noires du Figuier restent présentes sur le figuier pour s'y nourrir, en particulier de figues mûres dont elles sont très friandes même si elles ne pondent que de façon très négligeable dans celles-ci.

Cela leur permet aussi d'attaquer les figues immatures se développant sur les unités de croissance les plus tardives des rameaux. Ces figues immatures minoritaires coexistant sur l'arbre avec les figues mûres majoritaires, du fait du mode de croissance du figuier.

Et, dans le cas de proximité d'un figuier dont la récolte est majoritairement mûre avec des figuiers de variétés à époque de maturité plus tardive, les mouches noires présentes sur le figuier (ou celles qui émergeront des pupes sous le figuier) vont attaquer (ponte) les fruits immatures des figuiers de variétés plus tardives.

Selon moi, l'idéal serait de pourvoir les pièges avec de l'appât très attractif pour Silba adipata McAlpine à partir de mars (même s'il est moins, ou pas, attractif pour Ceratitis capitata Wiedemann), puis de les charger avec de l'appât aussi attractif pour les deux espèces dès la date d'apparition de Ceratitis capitata Wiedemann (fin juin dans mon jardin).

Ce principe d'utilisation dans un premier temps d'un appât sélectif surpuissant pour Silba adipata McAlpine serait d'ailleurs plus généralement applicable à un figuier isolé, ou à un verger pour lequel l'évolution des figues vers la maturité est homogène (verger mono-variétal ou verger multi-variétal constitué de variétés de même époque de maturité ; avec, dans les deux cas, absence de différences d'exposition entre parcelles avançant ou retardant la maturité pour certains figuiers).

Dans le cas de voisinage de figuiers d'époques de maturité hétérogènes, le ciblage de Silba adipata McAlpine se ferait uniquement jusqu'au début de mollissement et changement de couleur des figues de la variété d'époque de maturité la plus précoce, qui devrait correspondre à l'entrée en action de Ceratitis capitata Wiedemann. Ou jusqu'à l'apparition de Ceratitis capitata Wiedemann, si celle-ci se produit plus tard.

 

LE PIEGE DE TYPE McPHAIL

 

Un piège de type McPhail est constitué de trois parties : un récipient jaune, un couvercle translucide amovible et un moyen de suspendre le piège à une branche (dans le cas ci-dessous, un lacet vert).  

Piège de type McPhail utilisé pour lutter contre Silba adipata McAlpine

Piège de type McPhail utilisé pour lutter contre Silba adipata McAlpine
(trois parties : récipient jaune, couvercle translucide, lacet vert)

Le fond du récipient jaune a la forme d'un entonnoir renversé, ce qui permet l'entrée des mouches.

Piège de type McPhail utilisé pour lutter contre Silba adipata McAlpine

Piège de type McPhail utilisé pour lutter contre Silba adipata McAlpine
(noter que le fond du piège est un entonnoir renversé permettant l'entrée des mouches)

Le blocage du couvercle sur le récipient jaune s'effectue en le faisant tourner en forçant de façon que les quatre saillies latérales du bas du couvercle viennent s'insérer dans les quatre encoches du bord du récipient.

Piège de type McPhail utilisé pour lutter contre Silba adipata McAlpine

Piège de type McPhail utilisé pour lutter contre Silba adipata McAlpine
(noter l'encoche dans le bord du récipient jaune, permettant le blocage du couvercle)

 

Piège de type McPhail utilisé pour lutter contre Silba adipata McAlpine

Piège de type McPhail utilisé pour lutter contre Silba adipata McAlpine
(noter le système de blocage du couvercle)

Le moyen le plus pratique de suspendre à une branche le piège de type McPhail est un crochet en fil de fer.

Crochet métallique pour piège de type McPhail     Crochet métallique pour piège de type McPhail

Crochet métallique pour piège de type McPhail
(Crédit : PROBODELT)

Malheureusement, la quasi-totalité des pièges de type McPhail proposés actuellement sont munis d'un cordon qu'il faut nouer à la branche par ses deux extrémités, ce qui est peu pratique lorsque l'on a dans les mains un piège rempli de liquide qu'il faut disposer de façon horizontale...

Et ceux qui voudraient confectionner un crochet par eux-mêmes doivent vérifier le dessus du couvercle proposé. Le plus souvent, il comporte deux parties trouées en relief dans lesquelles passent le cordon et qui, situées sur le bord, ne sont pas adaptées à l'utilisation d'un crochet métallique de forme simple.

Pour ma part, j'ai commandé mes pièges McPhail chez une entreprise française dont le site Internet présentait des photographies d'un système d'accrochage composé d'un anneau et d'un crochet métalliques, augurant une pose et une dépose du piège simples et rapides.

Mais, à la réception, j'ai eu la surprise de découvrir que le système d'accrochage des pièges était un lacet vert...

Partie haute d'un piège de type McPhail utilisé pour lutter contre Silba adipata McAlpine

Partie haute d'un piège de type McPhail utilisé pour lutter contre Silba adipata McAlpine

Je n'ai pas demandé la reprise des pièges, mais, à l'usage, je ne trouve pas le système pratique. Et j'imagine ce que cela pourrait donner en perte de temps pour une utilisation en grande quantité dans un verger commercial...

 

LA MOUCHE NOIRE DU FIGUIER ET LE PIEGE

 

J'ai pu observer le comportement de la mouche noire du Figuier vis à vis du piège de type McPhail.

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, elle n'entre pas dans le piège en volant.

Attirée par l'odeur de l'attractif alimentaire, elle se pose dans le bas du piège, à l'extérieur ou à l'intérieur.

Mouche noire du Figuier dans le bas d'un piège de type McPhail pourvu d'un attractif alimentaire liquide

Mouche noire du Figuier dans le bas d'un piège de type McPhail pourvu d'un attractif alimentaire liquide
(la mouche entame la remontée à la marche de l'entonnoir renversé constituant le fond du piège)

Puis la mouche noire du Figuier entame une lente remontée à la marche de l'entonnoir renversé constituant le fond du piège McPhail.

Mouche noire du Figuier approchant à la marche du haut de l'entonnoir renversé d'un piège de type McPhail

Mouche noire du Figuier approchant à la marche du haut de l'entonnoir renversé d'un piège de type McPhail

 

Mouche noire du Figuier approchant à la marche du haut de l'entonnoir renversé d'un piège de type McPhail

Mouche noire du Figuier approchant à la marche du haut de l'entonnoir renversé d'un piège de type McPhail

Arrivée au sommet de l'entonnoir renversé, la mouche noire du Figuier se pose sur la paroi translucide du couvercle par un vol vif.

Mouche noire du Figuier sur la paroi du couvercle, à l'intérieur d'un piège de type McPhail

Mouche noire du Figuier sur la paroi du couvercle, à l'intérieur d'un piège de type McPhail

Elle se déplace par de courts vols vifs d'un bord à l'autre du couvercle où elle se pose sur la paroi, ou vers le dessous du haut du couvercle où elle se pose aussi.

Mouche noire du Figuier posée sur le dessous du haut du couvercle, à l'intérieur d'un piège McPhail

Mouche noire du Figuier posée sur le dessous du haut du couvercle, à l'intérieur d'un piège McPhail
(plus haut sur la photographie, à gauche, une mouche de l'olive)

 

Mouche noire du Figuier posée sur le dessous du haut du couvercle, à l'intérieur d'un piège McPhail

Mouche noire du Figuier posée sur le dessous du haut du couvercle, à l'intérieur d'un piège McPhail
(en bas, ailes repliées ; plus haut, à gauche, une mouche de l'olive)

Note : un effet d'optique peut conduire à donner une convexité globale à l'image ci-dessus. Pour retrouver la bonne perspective, fixez le côté droit de la photographie à mi-hauteur de celle-ci et imaginez que vous regardez l'intérieur d'un cône depuis le bas vers le haut.

Au bout d'un temps assez long (je ne l'ai pas mesuré, mais par analogie avec ce que j'ai constaté dans les boîtes en plastique que j'utilise lors des tests d'émergence, il devrait être de l'ordre de 2 jours), la mouche noire du Figuier, privée de nourriture et épuisée, finit par tomber dans l'attractif liquide déposé dans le fond du piège et y meurt.

Au moment du relevé d'un piège, il y a souvent des mouches (mouches noires du Figuier, cératites et autres...) plaquées sur les parois internes du couvercle translucide.

On peut déplacer le piège sans qu'elles ne s'échappent de celui-ci. Il en va autrement lorsque l'on sépare le couvercle du récipient du bas pour vider celui-ci des insectes morts et renouveler la partie de l'attractif liquide qui s'est évaporée.

Je procède alors de la façon suivante : je place rapidement le couvercle sur une raquette électrique anti-insectes et je le frappe en tous sens pour que les mouches se décrochent et tombent sur la partie métallique de la raquette où elles grillent instantanément.

 

INCIDENCE DE LA COULEUR DU PIEGE

 

OBSERVATIONS DU CIVAMBIO 66

Le piège de type McPhail est utilisé principalement contre Ceratitis capitata Wiedemann (mouche méditerranéenne des fruits), qui est attirée par la couleur jaune de la partie basse (récipient), en sus de l'attractif déposé dans le piège.

Selon Fabian COUSINIÉ, qui a effectué en 2017 son stage de licence professionnelle au CIVAMBIO 66 avec pour sujet l'expérimentation du piégeage de masse de Silba adipata McAlpine, la couleur jaune n'attire pas Silba adipata McAlpine.

Parmi les différents types de pièges expérimentés, ce sont ceux avec des récipients blancs ou transparents qui ont obtenu les meilleurs résultats en nombres de captures d'individus de Silba adipata McAlpine.

Information confirmée (sous réserve d'une année de tests complémentaire) dans l'intervention de Marie SINGER, technicienne en arboriculture au CIVAMBIO 66, lors de la rencontre technique "Lutte contre la mouche de la figue" du 10 octobre 2017 à Saint-Hyppolyte (66).

Silba adipata McAlpine : nombreuses captures dans un piège transparent

Silba adipata McAlpine : nombreuses captures dans un piège transparent
Crédit : Fabian COUSINIÉ

 

OBSERVATIONS DE B. I. KATSOYANNOS

Les observations du CIVAMBIO 66 confirment celles de B. I. KATSOYANNOS, qui a étudié des populations importantes de mouches noires du Figuier et expérimenté des procédés de piégeage dans l'île de Chios (Grèce), en 1981 et 1982.

Les expérimentations ont été menées avec des pièges de marque Rebell (rectangles de plastique jaunes englués sans attractif alimentaire) et des pièges de type McPhail pourvus d'attractifs alimentaires.

B. I. KATSOYANNOS a constaté que les pièges Rebell sont peu ou pas attractifs pour Silba adipata  McAlpine.

Il indique qu'il a été pourtant prouvé par plusieurs auteurs qu'ils sont attractifs pour beaucoup d'espèces de mouches de la famille des Tephrytidae, dont la mouche méditerranéenne des fruits (Ceratitis capitata Wiedemann) et les mouches attaquant la pomme, la cerise et l'olive.

Référence : KATSOYANNOS B. I., 1983, Field observations on the biology and behavior of the black fig fly Silba adipata McAlpine (Diptera, Lonchaeidae) and trapping experiments, Zeitschrift für Angewandte Entomologie Vol. 95, Issue 1-5, pp. 471-476.

 

MES PROPRES OBSERVATIONS

J'ai mené en 2019 une expérimentation de piégeage de Silba adipata  McAlpine utilisant un piège totalement transparent et un piège de type McPhail à partie basse jaune situés l'un à côté de l'autre sur un même figuier.

Les résultats en nombres de captures contredisent de façon nette les observations du CIVAMBIO 66 (détails au sous-chapitre qui suit), sans que je puisse en fournir les raisons.

 

LE PIEGE TRANSPARENT

 

En 2019, j'ai utilisé un piège transparent pour mon expérimentation du sulfate d'ammonium en tant qu'attractif alimentaire.

Silba adipata McAlpine : piège transparent posé dans une touffe de figuier

Silba adipata McAlpine : piège transparent posé dans une touffe de figuier

 

PRESENTATION DU PIEGE

Il existe très peu de modèles de pièges transparents de capacité équivalente au piège McPhail habituel.

J'ai utilisé le piège à guêpes en plastique résistant de la marque ECOGENE.

Piège à guêpes transparent de marque ECOGENE utilisé contre Silba adipata McAlpine

Piège à guêpes transparent de marque ECOGENE utilisé contre Silba adipata McAlpine

Ce piège n'est pas à fond plat. Le fond comporte trois protubérances arrondies et il est troué et fortement retourné en son centre.

Piège à guêpes transparent de marque ECOGENE : fond troué et retourné en son centre

Piège à guêpes transparent de marque ECOGENE : fond troué et retourné en son centre

 

PRATICITE DU PIEGE

Le piège comporte en son sommet un crochet plastique noir résistant mais que je trouve peu pratique pour l'accrochage aux branches.

J'ai donc constitué un crochet d'environ 30 cm de longueur avec du fil de fer galvanisé de 1,5 mm de diamètre que j'ai torsadé et raccordé au crochet en plastique.

Raccord entre la base du crochet-rallonge en fil de fer galvanisé et le crochet plastique du sommet du piège

Raccord entre la base du crochet-rallonge en fil de fer galvanisé et le crochet plastique du sommet du piège

 

Partie supérieure du crochet-rallonge en fil de fer galvanisé de 1,5 mm de diamètre qui a été torsadé

Partie supérieure du crochet-rallonge en fil de fer galvanisé de 1,5 mm de diamètre qui a été torsadé

Le système d'attache d'origine en plastique noir du piège ECOGENE présente un point faible.

Il tient au couvercle transparent par deux languettes fortes insérées dans un trou au sommet de celui-ci. Celles-ci s'écartent au-dessous du trou et bloquent le couvercle par deux encoches (trop) sommaires.

Le poids du piège rempli de liquide attractif est toutefois important pour la tension d'écartement des deux languettes et un espace apparaît entre l'attache et le couvercle.

Le 30 juin 2019, après deux semaines d'utilisation, j'ai retrouvé le piège sur le sol, l'attache en plastique noir étant restée pendue à la rallonge-crochet en fil de fer galvanisé.

Attache en plastique noir désolidarisée du piège transparent qui est tombé

Attache en plastique noir désolidarisée du piège transparent qui est tombé

 

Languettes de jonction de l'attache en plastique noir avec le couvercle du piège transparent

Languettes de jonction de l'attache en plastique noir avec le couvercle du piège transparent

Toutefois, signe de la solidité du plastique fort avec lequel est fabriqué le piège, j'ai retrouvé celui-ci au sol complet et sur sa base (il ne s'était pas ouvert ni renversé).

J'ai dû confectionner (avec un morceau de tuteur plastique pour orchidée) un écarteur permanent pour les deux languettes, permettant à celles-ci de ne pas se désolidariser du couvercle transparent.

Ecarteur permanent placé entre les languettes de jonction de l'attache et du couvercle du piège transparent

Ecarteur permanent placé entre les languettes de jonction de l'attache et du couvercle du piège transparent

 

Ecarteur permanent placé entre les languettes de jonction de l'attache et du couvercle du piège transparent

Ecarteur permanent placé entre les languettes de jonction de l'attache et du couvercle du piège transparent

 

EFFICACITE EN NOMBRES DE CAPTURES 

J'ai utilisé le piège totalement transparent lors de la saison 2019, par suite des préconisations du CIVAMBIO 66.

Les tests de ce groupement de producteurs en agriculture biologique ont montré que ce type de piège (piège à guêpes) attire plus Silba adipata McAlpine que le piège McPhail à partie basse de couleur jaune utilisé contre la mouche méditerranéenne des fruits (Ceratitis capitata Wiedemann).

Silba adipata McAlpine : relevé des captures dans le piège totalement transparent

Silba adipata McAlpine : relevé des captures dans le piège totalement transparent
(noter le très faible nombre de captures)

Toutefois, 18 jours après la pose du piège totalement transparent, constatant le très faible nombre de captures, j'ai placé à 1 m de celui-ci, sur le même figuier et à la même hauteur, un piège de type McPhail avec partie basse de couleur jaune. Les deux pièges étant appâtés avec le même attractif alimentaire (solution aqueuse à 40 g/l de sulfate d'ammonium).

Silba adipata McAlpine : relevé des captures dans le piège McPhail avec partie basse jaune

Silba adipata McAlpine : relevé des captures dans le piège McPhail avec partie basse jaune
(le nombre de captures est beaucoup plus important qu'avec le piège totalement transparent)

Les détails de l'expérimentation (modalités, résultats) figurent au chapitre "Piégeage de masse : expérimentation du sulfate d'ammonium".

Mais les éléments de synthèse fournis ci-après suffisent pour évaluer le manque d'efficacité du piège totalement transparent.

En analysant les prises par piège, je constate que le piège McPhail à partie basse jaune a capturé 79 individus de Silba adipata McAlpine sur une période de 59 jours alors que le piège totalement transparent n'a capturé que 13 individus sur une période de 77 jours.

Le piège de type McPhail à partie basse jaune a donc permis un nombre de captures 6 fois plus important que le piège transparent, sur une période de pose représentant les 3/4 de celle de ce dernier.

Et, si je compare les prises sur la période de 59 jours de coexistence des deux pièges, je déduis une moyenne de 1,34 captures par jour pour le piège McPhail à partie basse jaune et une moyenne de 1 capture tous les cinq jours pour le piège totalement transparent.

Les résultats défavorables au piège totalement transparent que je constate sont en contradiction très nette avec ceux des expérimentations du CIVAMBIO 66.

Sans que je puisse en expliquer les raisons, ne connaissant ni le protocole, ni les attractifs utilisés par cet organisme.

La cause ne peut en être une différence de conception entre pièges transparents car j'ai mis en oeuvre le même modèle de piège (marque ECOGENE) que celui utilisé par le CIVAMBIO 66.

En tout état de cause, pour ma part, j'abandonne l'utilisation du piège totalement transparent dans la lutte contre Silba adipata McAlpine.

 

EFFICACITE D'AUTRES TYPES DE PIEGES

 

Phil WITHERS a établi en 2014 une liste annotée des Lonchaeidae de France continentale.

Au cours des collectes de spécimens, il a remarqué une certaine efficacité de deux pièges initialement non conçus pour les mouches.

Ainsi, l'utilisation de pièges de type Malaise dans deux localités de l'Ain a contribué significativement à enrichir la liste.

Et, plus surprenant, l'utilisation de pièges aériens pour coléoptères (alcool) a permis également des captures de Lonchaeidae. Par exemple, à Montauban-Sur-l'Ouvèze (Drôme), 7 espèces (avec des individus des deux sexes) ont été capturées de cette manière.

L'auteur pense qu'il serait intéressant d'utiliser ce type de pièges de façon plus méthodique pour évaluer si les Lonchaeidae sont préférentiellement attirés par celui-ci.

Référence : WITHERS P., MACGOWAN I., 2014, A preliminary account of the lance flies (Diptera : Lonchaeidae) of continental France, with the description of a new species, Studia dipterologica, vol. 21 (1), pp. 3-10.

 

 

Retour début page Début page   Retour au sommaire Sommaire