Silba adipata McAlpine

Présentation      Biologie      Mode de vie      Infestation      Moyens de lutte

 


Accueil > Moyens de lutte > Piégeage de masse (sulfate d'ammonium)

 

Auteur : François DROUET
Photographies : François DROUET

(sauf indications)
Tous droits réservés 

 

 

Piégeage de masse

(Expérimentation du sulfate d'ammonium)

 

 

 

Dans le présent chapitre, je rapporte mon expérimentation de piégeage de masse de Silba adipata McAlpine avec le sulfate d'ammonium en attractif alimentaire.

 

Le sulfate d'ammonium est utilisé en œnologie comme activateur de croissance des levures, mais il m'a été impossible de le trouver dans les jardineries et coopératives agricoles de ma région. J'ai dû le commander sur Internet à l'un des rares fournisseurs qui le proposent.

Sulfate d'ammonium utilisé comme attractif alimentaire pour le piégeage de masse de Silba adipata McAlpine

Sulfate d'ammonium utilisé comme attractif alimentaire pour le piégeage de masse de Silba adipata McAlpine

 

PARTIE 1 : RELEVÉ DES CONCLUSIONS

 

Pour mon expérimentation, j'ai utilisé le sulfate d'ammonium en solution aqueuse à 4 % (40 g/l) dans deux types de pièges : un piège totalement transparent et un piège de type McPhail à partie basse jaune.

Conclusion 1 : les résultats de l'expérimentation sont nettement défavorables au piège totalement transparent, dont j'abandonne l'utilisation dans la lutte contre Silba adipata McAlpine.

Conclusion 2 : le piège de type McPhail à partie basse jaune est en grande partie inefficace pour contrer les actions de Silba adipata McAlpine (perte de récolte : 76 %). Mais son utilisation augmente le nombre de figues sauvegardées de façon significative (par rapport à la perte de 90 % constatée sans la présence du piège). Il est donc intéressant de le poser dans l'attente d'un moyen de lutte vraiment efficace.

Conclusion 3 : l'absence d'augmentation du nombre de captures pendant  la deuxième quinzaine du mois de juin, au cours de laquelle 90 % des attaques se sont concentrées, semble indiquer une absence d'augmentation de la population d'individus de Silba adipata McAlpine sur le figuier pendant cette période d'attaques intenses.

Conclusion 4 : l'observation précédente et le constat de 76 % de pertes malgré la présence de deux pièges semblent conforter mon hypothèse relative au piégeage de masse de Silba adipata McAlpine (qui se renforce au fur et à mesure qu'augmente le nombre de mes années d'observation de l'espèce, mais qui reste une hypothèse...).

Hypothèse : le faible nombre d'individus de Silba adipata McAlpine fréquentant de façon permanente le figuier (le plus souvent 1 à 3, rarement 4 ou 5, exceptionnellement 6 - selon mes observations) et semblant se maintenir au même niveau malgré les captures (par un taux de remplacement idoine) possèdent la capacité de nuisance suffisante pour infliger de lourds dégâts à la récolte malgré la mise en oeuvre d'un piégeage de masse, quelle que soit la nature de celui-ci.

 

PARTIE 2 : COMPTE-RENDU DE L'EXPERIMENTATION

 

Je rapporte ci-après mon expérimentation selon le plan suivant : dates et conditions de l'expérimentation, relevés des pièges, décomptes des captures, analyses relatives aux nombres de captures, analyses relatives à la répartition des captures, décomptes des figues, analyses relatives aux nombres de figues.

 

DATES ET CONDITIONS DE L'EXPERIMENTATION

 

MODALITES INITIALES

Le 13 juin 2019, j'ai posé un piège sur une touffe dense de la variété unifère 'Bellone', âgée de 20 ans et qui, par suite d'une transplantation à l'âge de 15 ans pour laquelle elle a été rabattue, mesure 3 m de haut pour 3,5 m de large.

Le piège posé était de type piège à guêpes transparent avec le fond troué et retourné.

Selon les résultats des tests menés par le CIVAMBIO 66, celui-ci attire plus Silba adipata McAlpine que le piège McPhail à partie basse de couleur jaune utilisé contre la mouche méditerranéenne des fruits (Ceratitis capitata Wiedemann).

Silba adipata McAlpine : piège transparent à fond retourné dans touffe de figuier de la variété 'Bellone'

Silba adipata McAlpine : piège transparent à fond retourné dans touffe de figuier de la variété 'Bellone'

Le piège était chargé avec une solution aqueuse à 40 g/l de sulfate d'ammonium en poudre.

Ceux qui utilisent le sulfate d'ammonium dosent habituellement la solution aqueuse à 20 g/l, mais j'ai souhaité conserver le même dosage que celui que j'ai utilisé dans mes tests avec le phosphate diammonique de façon à comparer les résultats des deux produits avec la même concentration.

Le piège était suspendu en périphérie ouest de la touffe, à 1,80 m du sol dans une zone de fréquentation habituelle par Silba adipata McAlpine.

J'ai commencé le test le 13 juin car c'est la date à laquelle certaines des figues 'Bellone' ont atteint un diamètre de 1,5 cm, qui constitue la taille critique d'attaque de Silba adipata McAlpine.

A titre d'information, j'indique qu'à la date  du 1er juin, les figues les plus grosses sur la touffe de la variété unifère 'Bellone' faisaient seulement 0,5 cm de diamètre, soit le tiers de la taille critique pour l'attaque de Silba adipata McAlpine.

Le dernier relevé du piège a eu lieu le 28 août, date à laquelle j'ai ramassé les dernières figues mûres et constaté qu'il ne restait plus de figues immatures sur l'arbre.

L'expérimentation a donc duré deux mois et demi (du 13 juin au 28 août 2019).

 

ADAPTATION DE L'EXPERIMENTATION

Le  1er juillet (soit après 19 jours de piégeage), les décomptes des captures (1 femelle) et des figues attaquées (218) étaient suffisants pour conclure à l'inefficacité du sulfate d'ammonium (solution aqueuse à 40 g/l) déposé en appât dans un piège transparent à fond retourné.

J'ai donc décidé de poser à côté du piège inefficace un piège de type McPhail (partie récipient de couleur jaune, partie couvercle transparente) appâté avec le même attractif (sulfate d'ammonium en solution aqueuse 40 g/l) pour comparer l'efficacité de l'un par rapport à l'autre.

Silba adipata McAlpine : piège transparent et piège McPhail dans touffe de figuier (variété 'Bellone')

Silba adipata McAlpine : piège transparent et piège McPhail dans touffe de figuier (variété 'Bellone')

 

RELEVÉS DES PIEGES

 

Je ne me suis fixé aucune fréquence précise de relevé du piège, mais j'essaye de ne pas dépasser le délai d'une semaine entre deux relevés.

Lors de chaque relevé le piège est nettoyé et le liquide attractif est complété ou renouvelé.

Concomitamment à chaque relevé du piège, je recherche et ramasse sur l'arbre les figues attaquées par Silba adipata McAlpine (ramassage prophylactique, mais aussi examen des figues ramassées pour alimenter une étude de la répartition des attaques dans la saison, couplée à l'expérimentation des pièges).

Nombre de relevés effectués depuis la pose du piège le 13 juin : 18.

Dates des relevés : 21, 25, 28 et 30 juin ; 1er, 3, 5, 8, 15, 17, 19, 23 et 28 juillet ; 3, 10, 16, 23 et 28 août.

Le relevé du 28 août est le dernier de l'expérimentation car lors de ce relevé j'ai ramassé les dernières figues mûres de l'arbre.

 

DÉCOMPTE DES CAPTURES

 

PIEGE TRANSPARENT

A la date du dernier relevé (28 août), soit après 77 jours de piégeage (pose du piège le 13 juin), le décompte des captures s'établit comme suit :

- Mouche noire du Figuier (Silba adipata McAlpine) : 13 (9 femelles et 4 mâles).

- Mouche méditerranéenne des fruits (cératite, Ceratitis capitata Wiedemann) :125 (en majorité des femelles).

- Autres mouches et insectes divers (hors insectes de taille de l'ordre d'un millimètre) : 235.

Répartition des captures de Silba adipata McAlpine :

13 juin au 8 juillet (26 jours) : 1 femelle ; 9 juillet au 15 juillet (7 jours) : 1 femelle ; 16 juillet au 3 août (19 jours) : aucune capture ; 4 au 10 août (7 jours) : 1 mâle ; 11 au 16 août (6 jours) : 3 (1 femelle et 2 mâles) ; 17 au 23 août (7 jours) : 4 (3 femelles et 1 mâle) ; 24 au 28 août (5 jours) : 3 femelles. 

Silba adipata McAlpine : relevé du piège totalement transparent

Silba adipata McAlpine : relevé du piège totalement transparent

 

PIEGE McPHAIL AVEC PARTIE BASSE JAUNE

A la date du dernier relevé (28 août ; fin de l'expérimentation), soit après 59 jours de piégeage (pose du piège le 1er juillet), le décompte des captures s'établit comme suit :

- Mouche noire du Figuier (Silba adipata McAlpine) : 79 (45 femelles et 34 mâles).

- Mouche méditerranéenne des fruits (cératite, Ceratitis capitata Wiedemann) : 135 (en majorité des femelles).

- Autres mouches et insectes divers (hors insectes de taille de l'ordre d'un millimètre) : 300.

Répartition des captures de Silba adipata McAlpine :

1er juillet au 8 juillet (8 jours) : 2 femelles ; 9 juillet au 15 juillet (7 jours) : 7 (5 femelles et 2 mâles) ; 16 juillet au 17 juillet (2 jours) : 2 (1 femelle et 1 mâle) ; 18 au 19 juillet (2 jours) : 7 (4 femelles et 3 mâles) ; 20 au 23 juillet (4 jours) : 4 (1 femelle et 3 mâles) ; 24 au 28 juillet (5 jours) : 5 (2 femelles et 3 mâles) ; 29 juillet au 3 août (6 jours) : 7 (5 femelles et 2 mâles) ; 4 au 10 août (7 jours) : 5 (1 femelle et 4 mâles) ; 11 au 16 août (6 jours) : 19 (8 femelles et 11 mâles) ; 17 au 23 août (7 jours) : 14 (10 femelles et 4 mâles) ; 24 au 28 août (5 jours) : 7 (6 femelles et 1 mâle).

Silba adipata McAlpine : relevé du piège McPhail avec partie basse jaune

Silba adipata McAlpine : relevé du piège McPhail avec partie basse jaune

 

ANALYSES RELATIVES AUX NOMBRES DE CAPTURES

 

Pour la durée de l'expérimentation, le cumul des captures de Silba adipata McAlpine des deux pièges s'élève à 92 (54 femelles et 38 mâles, soit 59 % de femelles).

En analysant les captures par piège, je constate que le piège McPhail à partie basse jaune a capturé 79 individus de Silba adipata McAlpine sur une période de 59 jours alors que le piège totalement transparent n'a capturé que 13 individus sur une période de 77 jours.

Le piège de type McPhail à partie basse jaune a donc permis un nombre de captures 6 fois plus important que le piège transparent, sur une période de pose représentant les 3/4 de celle de ce dernier.

Et, si je compare les captures sur la période de 59 jours de coexistence des deux pièges, je déduis une moyenne de 1,34 captures par jour pour le piège McPhail à partie basse jaune et une moyenne de 1 capture tous les cinq jours pour le piège totalement transparent.

Conclusion 1 : les résultats sont nettement défavorables au piège totalement transparent.

Ils sont en contradiction avec ceux des expérimentations du CIVAMBIO 66 (voir chapitre "Piégeage de masse : principes, modalités" -  sous-chapitre "Incidence de la couleur du piège").

Sans que je puisse en expliquer les raisons, ne connaissant ni le protocole, ni les attractifs utilisés par cet organisme.

La cause ne peut en être une différence de conception entre pièges transparents car j'ai mis en oeuvre le même modèle de piège (marque ECOGENE) que celui utilisé par le CIVAMBIO 66.

En tout état de cause, pour ma part, j'abandonne l'utilisation du piège totalement transparent dans la lutte contre Silba adipata McAlpine.

Pour le piège le plus performant des deux (type McPhail à partie basse jaune, appâté avec une solution aqueuse de 40 g/l de sulfate d'ammonium), la moyenne quotidienne du nombre de captures est faible (1,34).

Néanmoins, ce n'est pas la moyenne quotidienne des captures qui témoignent de l'efficacité d'un piège, mais le pourcentage de figues sauvegardées des attaques de Silba adipata McAlpine (le nombre de captures est un indicateur de présence des mouches et un indice de comparaison de l'attractivité des différent pièges et appâts).

L'utilisation du deuxième piège reste donc conditionnée au gain de figues sauvegardées qu'il permet d'obtenir par rapport à une récolte obtenue sans qu'il ne soit posé.

Conclusion 2 : le deuxième piège ne permet qu'un faible nombre de captures quotidien, mais seule l'analyse relative aux figues peut déterminer l'intérêt éventuel de le poser.

Dans le second des sous-chapitres qui suivent ("Analyses relatives aux figues"), j'aboutis à la conclusion que bien que ce piège soit inefficace en grande partie (pertes restant importantes), je vais continuer à l'utiliser car il permet d'augmenter de façon significative le nombre de figues sauvegardées (par rapport aux pertes enregistrées les années où il n'a pas été posé).

 

ANALYSE DE LA REPARTITION  DES CAPTURES

 

PIEGE TRANSPARENT

Rappel : à la date du dernier relevé (28 août), soit après 77 jours de piégeage (pose du piège le 13 juin), le décompte des captures d'individus de Silba adipata McAlpine s'établit à 13 (9 femelles et 4 mâles).

L'analyse de leur répartition au cours de la saison fait apparaître deux périodes de niveau de captures différent l'une par rapport à l'autre (quoique très faible pour les deux périodes).

Une première période de 8 semaines (du 13 juin au 10 août), au cours de laquelle 3 individus seulement ont été capturés, soit une moyenne de 1 capture tous les 20 jours.

Au-delà du taux de capture quasi nul, il faut souligner qu'au cours de cette première période  le plus faible taux de captures (1 capture pour 26 jours de piégeage) est observé du 13 juin au 8 juillet, alors que du 17 au 28 juin se sont concentrées 90 % des attaques (voir détails infra, au sous-chapitre "Analyse de la répartition des attaques").

Une seconde période de 2 semaines (du 11 au 28 août), au cours de laquelle les captures ont été régulières et d'un niveau 10 fois plus élevé, quoique restant très faible (1 capture tous les 2 jours).

Je note que cette seconde période correspond à l'absence totale d'attaques de Silba adipata McAlpine, telle qu'elle apparaît dans l'analyse de la répartition des attaques (voir détails dans le chapitre consacré à l'étude des attaques au cours de la saison 2019).

 

PIEGE McPHAIL AVEC PARTIE BASSE JAUNE

Rappel : à la date du dernier relevé (28 août ; fin de l'expérimentation), soit après 59 jours de piégeage (pose du piège le 1er juillet), le décompte des captures d'individus de Silba adipata McAlpine s'établit à 79 (45 femelles et 34 mâles).

L'analyse de leur répartition fait apparaître, comme pour le piège transparent, deux périodes de niveau de captures différent l'une par rapport à l'autre (quoique faible pour les deux périodes).

Une première période de 6 semaines (du 1er juillet au 10 août), au cours de laquelle les captures sont régulièrement réparties d'un relevé de piège à l'autre et pour laquelle, lors de chacun des relevés, j'observe un résultat de 1 capture par jour, sauf pour deux relevés de pièges pour lesquels je note 1 capture pour 4 jours et  7 captures pour deux jours ; la moyenne quotidienne pour la période s'établissant à 1 capture.

Il faut souligner que le piège de type McPhail n'était pas posé pendant les 12 jours (du 17 au 28 juin) au cours desquels  se sont concentrées 90 % des attaques (voir détails infra, au sous-chapitre "Analyse de la répartition des attaques"). Ce piège n'a été posé que le 1er juillet, après constat du nombre quasi nul de captures par le piège transparent au cours de la première quinzaine de juin.

Une seconde période de 2 semaines (du 11 au 28 août), au cours de laquelle les captures sont d'un volume nettement supérieur (quoique restant très faible), se traduisant par une moyenne quotidienne de 2 captures (le double de celle de la première période).

Je note que cette seconde période correspond à l'absence totale d'attaques de Silba adipata McAlpine, telle qu'elle apparaît dans l'analyse de la répartition des attaques (voir détails dans le chapitre consacré à l'étude des attaques au cours de la saison 2019).

 

INTERPRETATION

Ce n'est pas le nombre plus élevé (quoique restant très faible) de captures pendant la seconde période qui explique l'absence totale d'attaques de Silba adipata McAlpine dans la dernière partie de la saison. Il s'agit en effet d'un phénomène que j'ai observé les quatre années précédentes, alors qu'aucun piège n'avait été posé sur le figuier.

Considéré en valeur absolue, le niveau faible des captures est peut-être en rapport avec le faible nombre d'individus de Silba adipata Mcalpine que j'ai observé sur le figuier tout au long de la saison.

L'absence d'augmentation du nombre de captures pendant  les premiers 12 jours de l'expérimentation, au cours desquels 90 % des attaques ont été enregistrées, semble indiquer une absence d'augmentation de la population d'individus de Silba adipata McAlpine sur le figuier pendant cette période d'attaques intenses (voir détails de la répartition des attaques dans le chapitre consacré à l'étude des attaques au cours de la saison 2019).

L'observation précédente et le constat de 76 % de pertes malgré la présence de deux pièges semblent conforter mon hypothèse relative au piégeage de masse de Silba adipata McAlpine (qui se renforce au fur et à mesure qu'augmente le nombre de mes années d'observation de l'espèce, mais qui reste une hypothèse...).

Hypothèse : le faible nombre d'individus de Silba adipata McAlpine fréquentant de façon permanente le figuier (le plus souvent 1 à 3, rarement 4 ou 5, exceptionnellement 6 - selon mes observations) et semblant se maintenir au même niveau malgré les captures (par un taux de remplacement idoine) possèdent la capacité de nuisance suffisante pour infliger de lourds dégâts à la récolte malgré la mise en oeuvre d'un piégeage de masse, quelle que soit la nature de celui-ci.

 

DÉCOMPTE DES FIGUES

 

A la date du 28 août (dernier relevé et fin de l'expérimentation), soit après 77 jours de pose du piège transparent et 59 jours de pose du piège McPhail, les décomptes de figues s'établissent comme suit.

Figues immatures attaquées par Silba adipata McAlpine : 334.

Figues attaquées décelées mûres ou au stade de la véraison : 0. Remarque : trois figues décelées pourries à l'ouverture ont été mises en boîtes d'émergence et ont libéré des cératites (Ceratitis capitata Wiedemann).

Figues mûres saines récoltées : 106.

Figues de diamètre supérieur à 1,5 cm ayant chuté avant maturité (rougies mais non attaquées, ou détruites lors des différents autres tests menés sur la touffe de la variété 'Bellone') : 25.

 

ANALYSES RELATIVES AUX NOMBRES DE FIGUES

 

Le nombre de figues produites par la touffe de la variété unifère 'Bellone' s'élève à 465, ce qui est dans la fourchette de récolte annuelle constatée de façon régulière (450 à 500 figues).

Le nombre de figues ayant chuté avant maturité sans que Silba adipata McAlpine soit en cause étant de 25, le nombre de figues (production) à considérer dans l'expérimentation est 440.

Les figues immatures attaquées (334) représentent 76 % de la production, sachant qu’aucune attaque n’a été décelée sur des figues au stade de la maturité ou de la véraison.

Les figues mûres récoltées (106) représentent 24 % de la production.

Je constate que le taux de perte est très élevé mais qu'il constitue un progrès significatif par rapport à celui que je constate ordinairement sans piège posé (90%). Le pourcentage de figues mûres récoltées passe de 10 % à 24 %.

Le pourcentage de figues sauvegardées aurait même peut-être été plus important si le piège de type McPhail à partie basse jaune avait été posé le 13 juin (comme le piège transparent) car il aurait alors été présent pendant les 12 jours (17 au 28 juin) au cours desquels se sont concentrées 90 % des attaques (voir détails de la répartition des attaques dans le chapitre consacré à l'étude des attaques au cours de la saison 2019).

Conclusion.

Le piège de type McPhail à partie basse jaune appâté à 40 g/l de sulfate d'ammonium est en grande partie inefficace pour contrer les actions de Silba adipata McAlpine (pertes restant très importantes), mais son utilisation augmente le nombre de figues sauvegardées de façon significative.

Je vais donc continuer à le poser dans l'attente d'un moyen de lutte vraiment efficace.

 

L'étude de la répartition des attaques de Silba adipata McAlpine au fil de la saison, que j'ai couplée à la présente expérimentation, figue dans un chapitre spécifique.

L'analyse des tailles des figues attaquées a été intégrée au chapitre "Taille et position des figues attaquées".

 

 

Retour début page Début page   Retour au sommaire Sommaire