Silba adipata McAlpine

Présentation      Biologie      Mode de vie      Infestation      Moyens de lutte

 


Accueil > Infestation > Symptômes : observations particulières au rougissement des figues

 

Auteur : François DROUET
Photographies : François DROUET

(sauf indications)
Tous droits réservés 

 

 

Symptômes de l'attaque

 

Observations particulières au rougissement des figues

 

 

 

Je consacre un chapitre à l'exposé des cinq symptômes permettant d'identifier l'attaque de Silba adipata McAlpine sur les petites figues immatures dures et vertes.

Parmi ces symptômes, figure le rougissement des figues attaquées, qui se produit pour les variétés de figues devenant foncées à maturité (noires, violettes, grises, bronze...).

Dans le présent chapitre, je fais part d'observations particulières à ce rougissement, selon le plan suivant : progressivité du processus de rougissement ; figues immatures entièrement vertes avec trous de sortie de larve ; figues immatures entièrement rougies sans trous de sortie de larve ; corrélation attaques / synthèse d'éthylène.

 

PROGRESSIVITE DU PROCESSUS DE ROUGISSEMENT

 

Lorsque l'on ramasse sur l'arbre les figues attaquées par Silba adipata McAlpine pour éviter que les larves ne s'en échappent (donc que celles-ci ne contribuent à accroître l'ampleur de la génération suivante de mouches...), on observe une grande diversité dans les tailles et les couleurs.

Silba adipata McAlpine : figues attaquées ramassées sur l'arbre

Silba adipata McAlpine : figues attaquées ramassées sur l'arbre
(noter la diversité des tailles et des couleurs)

Toutefois, les figues immatures attaquées par la mouche noire du Figuier finissent par virer totalement au rouge violacé, en restant attachées sur l'arbre. Elles tombent assez rapidement ensuite, mais pas immédiatement.

J'ai observé que que certaines figues chutent au sol avec une couleur rouge violacé partielle qui n'est pas complète, quoique très majoritaire (elles présentent des zones verdâtres, le plus souvent sous la forme d'une bande verticale plus ou moins large). J'ai noté aussi des zones marron clair de faible étendue sur des figues qui venaient de chuter au sol.

Mouche noire du Figuier : figue attaquée ayant viré totalement au rouge violacé (variété 'Bellone', unifère)

Mouche noire du Figuier : figue attaquée ayant viré totalement au rouge violacé (variété 'Bellone', unifère)

 

Mouche noire du Figuier : deux trous de sortie de larve sur figue ayant viré au rouge violacé (variété 'Bellone', unifère)

Mouche noire du Figuier : deux trous de sortie de larve sur figue ayant viré au rouge violacé
 (variété 'Bellone', unifère)

J'ai observé que, sauf exceptions, les larves ont quitté la figue entièrement rougie avant que celle-ci ne chute au sol (présence de trous de sortie de larve).

Pour appréhender l'action de Silba adipata McAlpine dans un verger, il est intéressant de connaître le délai séparant la ponte de l'atteinte d'un degré de rougisssement de la figue qui permet à un œil non exercé de déceler que celle-ci a été attaquée. Des observations relatives à ce délai sont fournies dans le chapitre consacré aux délais associés à quatre stades d'évolution de la figue attaquée.

 

FIGUES IMMATURES VERTES AVEC TROUS DE SORTIE DE LARVE

 

Je ne traite pas ici de l'absence de rougissement constaté pour les figues attaquées par Silba adipata McAlpine de variétés restant vertes à maturité, qui fait l'objet d'un chapitre spécifique.
 

MES OBSERVATIONS

J'ai observé à de nombreuses reprises sur deux figuiers de la variété bifère 'Grise de la Saint-Jean' que, tous les ans, certaines figues fleurs restent de couleur entièrement verte, alors qu'elles présentent des trous de sortie de larve de Silba adipata McAlpine.
 

Observation sur le figuier 1

Sur une figue fleur de la variété 'Grise de la Saint-Jean' entièrement verte, on distingue près de l'ostiole un trou de sortie de larve de Silba adipata McAlpine.

Silba adipata Mcalpine : figue immature avec trou de sortie de larve, restée entièrement verte

Silba adipata McAlpine : figue immature avec trou de sortie de larve, restée entièrement verte
  (figue fleur de la variété 'Grise de la Saint-Jean'
; on aperçoit un trou au-dessous de l'ostiole)

Un œil exercé détecte une minuscule zone violette autour du trou de sortie de larve, difficile à percevoir in situ, mais qui apparaît plus nettement sur l'agrandissement photographique ci-après.

Silba adipata Mcalpine : figue immature avec trou de sortie de larve, restée entièrement verte

Silba adipata McAlpine : figue immature avec trou de sortie de larve, restée entièrement verte
  (figue fleur de la variété 'Grise de la Saint-Jean'
; le trou de sortie de larve est entouré d'une petite zone violette)
 

Observation sur le figuier 2

Sur la photographie qui suit, il est très visible que la figue en haut à gauche a été attaquée par Silba adipata McAlpine car elle a entièrement viré au rouge violacé. Pour la figue en haut à droite, un œil exercé détecte un trou de sortie de larve au centre d'une très petite tache violette (voir agrandissement de la figue sur la seconde photographie ci-dessous). 

Mouche de la figue : figues immatures, dont deux attaquées, en haut

Mouche de la figue : figues immatures, dont deux attaquées, en haut (figues fleurs, variété 'Grise de la Saint-Jean')
(noter la figue entièrement rouge violacé, à gauche, et le trou de sortie de larve sur la figue du milieu, restée verte)

Bien qu'une larve ait atteint son complet développement et ait abandonné la figue, comme en atteste le trou de sortie de larve, la figue est restée entièrement verte.

Un œil exercé détecte une minuscule zone violette autour du trou de sortie de larve et un léger voile violet à droite de celle-ci, détails de couleur difficiles à percevoir in situ mais qui apparaîssent plus nettement sur l'agrandissement photographique ci-après.

Mouche de la figue : trou de sortie de larve sur figue immature restée verte

Mouche de la figue : trou de sortie de larve sur figue immature restée verte - figue fleur, variété 'Grise de la Saint-Jean'
(noter la petite zone violette autour du trou et le léger voile violet à droite de celle-ci) 
 

Observation 3

Au printemps 2021, dans le cadre d'une expérimentation ponctuelle menée sur mon figuier 'Grise de la Saint-Jean', j'ai décidé de laisser sur l'arbre jusqu'à l'abscission les figues fleurs attaquées par Silba adipata McAlpine.

J'ai pu constater que le rougissementi reste partiel  et léger jusqu'à l'apparition des trous de sortie de larve, certaines figues étant encore totalement vertes à ce stade.

Je n'avais pas pris conscience les années précédentes du caractère général de ce phénomène car je ramasse habituellement les figues attaquées dès l'apparition d'une trace rougeâtre, afin d'éliminer la figue avec les larves encore à l'intérieur, dans un but prophylactique. Même si j'avais déjà remarqué que certaines figues fleurs de cette variété présentant des trous de sortie de larve restaient entièrement vertes.

 

OBSERVATIONS DE BERNARD PEYRE

En mai 2020, Bernard PEYRE, ancien producteur de figues et passionné de figuiers, m'a rapporté l'observation du phénomène de nbn rougissement sur quelques figues fleurs immatures de la variété bifère 'Dauphine', dans la région de Béziers (photographies ci-après).

Silba adipata McAlpine : figue immature avec trous de sortie de larve, restée entièrement verte

Silba adipata McAlpine : figue immature avec trous de sortie de larve, restée entièrement verte
  (figue fleur de la variété 'Dauphine')

Crédit : Bernard PEYRE

Sur l'agrandissement photographique ci-après, on peut observer une minuscule zone violette autour du trou de sortie de larve situé à droite et un léger voile violet allongé qui englobe le trou à gauche.

Silba adipata McAlpine : deux trous de sortie de larve sur une figue immature restée entièrement verte

Silba adipata McAlpine : deux trous de sortie de larve sur une figue immature restée entièrement verte
  (figue fleur de la variété 'Dauphine')

Crédit : Bernard PEYRE

La plus grande partie des figues immatures attaquées sur le figuier 'Dauphine' concerné  virent au rouge violacé (exemple ci-dessous, avec une figue de deuxième récolte).

Silba adipata McAlpine : figue immature avec trou de sortie de larve ayant viré au rouge violacé

Silba adipata McAlpine : figue immature avec trou de sortie de larve ayant viré au rouge violacé
   (figue de deuxième récolte de la variété 'Dauphine' ; trou de sortie de larve en haut, à droite)
Crédit : Bernard PEYRE

 

OBSERVATIONS DU CIVAMBIO 66

Margaux ALLIX, en charge de l'appui technique en  arboriculture bio au CIVAMBIO 66, m'a fait part d'observations de figues immatures de la variété unifère 'Bourjassotte Noire' présentant des trous de sortie de larve de Silba adipata McAlpine et étant restées entièrement vertes (observations réalisées le 23 juillet 2020 dans un verger de production situé dans la région du Roussillon).

Elle a pu constater le phénomène au cours de deux années consécutives, et celui-ci est récurrent dans le verger considéré, bien que ne se produisant pas systématiquement tous les ans.

Ce verger est trop vigoureux, et, en saison, il prend l'aspect d'une forêt dans laquelle les figuiers sont ombragés de façon excessive.

Les photographies qui suivent montrent deux exemples.
 

Exemple 1

Dans cet exemple, la figue immature présente un trou de sortie de larve de Silba adipata McAlpine mais est restée entièrement verte.

Silba adipata McAlpine : figue immature avec un trou de sortie de larve, restée entièrement verte

Silba adipata McAlpine : figue immature avec un trou de sortie de larve, restée entièrement verte
  (variété unifère 'Bourjassotte Noire')

Crédit : Margaux ALLIX

L'agrandissement photographique qui suit permet d'observer que le trou de sortie de larve est entouré d'une minuscule bande violette et qu'il existe au-dessus de lui une légère trace viollette horizontale. On remarque aussi une coulée de liquide translucide issue du trou de sortie de larve.

Silba adipata McAlpine : trou de sortie de larve dans une figue immature restée entièrement verte

Silba adipata McAlpine : trou de sortie de larve dans une figue immature restée entièrement verte
  (variété unifère 'Bourjassotte Noire')

Crédit : Margaux ALLIX

 

Exemple 2

Dans cet exemple, la figue immature restée entièrement verte présente deux trous de sortie de larve bordés de noir, l'un très légèrement, l'autre de façon nettement plus large.

Silba adipata McAlpine : figue immature avec deux trous de sortie de larve, restée entièrement verte

Silba adipata McAlpine : figue immature avec deux trous de sortie de larve, restée entièrement verte
  (variété unifère 'Bourjassotte Noire')

Crédit : Margaux ALLIX

 

Silba adipata McAlpine : deux trous de sortie de larve sur une figue immature restée entièrement verte

Silba adipata McAlpine : deux trous de sortie de larve sur une figue immature restée entièrement verte
  (variété unifère 'Bourjassotte Noire' ; les trous de sortie de larve sont bordés de noir)

Crédit : Margaux ALLIX

 

REMARQUES

Les observations précitées portent sur trois variétés de figues différentes ('Grise de la Sain-Jean' - bifère, 'Dauphine' - bifère, et 'Bourjassotte Noire' - unifère), ce qui exclut que l'absence de rougissement de certaines figues immatures attaquées soit un caractère propre à une variété.

Ces observations concernent les figues fleurs pour les variétés 'Grise de la saint-Jean' et 'Dauphine' et les figues de la récolte unique pour la variété 'Bourjassotte Noire', ce qui exclut que le phénomène soit spécifique d'un type de récolte donné. Mais, selon mes observations, le phénomène est beaucoup plus fréquent pour les figues fleurs.

Dans les trois cas, la figue immature attaquée reste de couleur verte, mais une très petite zone violette ou noire (difficile à distinguer à l'œil nu, le plus souvent) entoure les trous de sortie de larve.

L'absence de rougissement avant l'abandon de la figue par les larves (apparition des trous de sortie de larve) concerne seulement une minorité de figues attaquées de la récolte considérée, la plus grande partie des figues attaquées virant, partiellement ou totalement, au rouge violacé avant ce stade.

 

FIGUES IMMATURES ENTIEREMENT ROUGIES SANS TROUS DE SORTIE DE LARVE

 

En général, les figues sans trous de sortie de larve sont faiblement teintées de rouge violacé, mais il arrive que certaines d'entre elles aient totalement viré au rouge violacé.

Mouche de la figue : deux figues immatures attaquées, sans trous de sortie de larve, ramassées sur l'arbre

Mouche de la figue : deux figues immatures attaquées, sans trous de sortie de larve, ramassées sur l'arbre
(l'une est à peine teintée de rouge violacé, alors que l'autre a entièrement viré à cette couleur)

Les figues immatures attaquées qui ne portent  pas de trous de sortie de larve contiennent une à quatre larves (parfois plus...).

Ainsi, l'ouverture dans le sens de la largeur de la figue rouge violacé de la photographie ci-dessus a révélé deux larves, bien visibles dans la cavité centrale (photographie ci-après). 

Mouche de la figue : deux larves de grande taille, à l'intérieur d'une figue entièrement rouge violacé ramassée sur l'arbre

Mouche de la figue : deux larves de grande taille, à l'intérieur d'une figue entièrement rouge violacé ramassée sur l'arbre

 

CORRELATION ATTAQUES / SYNTHESE D'ETHYLENE

 

Je pensais que le rougissement des figues immatures, plus ou moins étendu ou plus ou moins rapide selon les figues, pouvait s'expliquer par les variations d’une figue à l’autre de la quantité d’éthylène synthétisée consécutivement aux dégâts des larves (réponse à un stress biotique).

Et que cette quantité d'éthylène était d'autant plus importante que les larves étaient en plus grand nombre dans la figue et/ou qu'elles avaient séjourné plus longtemps dans celle-ci.

Ce raisonnement semble infirmé par mes observations de figues immatures attaquées restées entièrement ou partiellement vertes alors qu'elles présentent des trous de sortie de larve, et de figues attaquées ayant entièrement viré au rouge violacé alors qu'elles ne présentent pas de trous de sortie de larve.

Figues de couleur différente après attaque de Silba adipata McAlpine.

Silba adipata McAlpine : figues attaquées avec trous de sortie de larve en grande partie vertes (à droite)
et figues attaquées sans trous de sortie de larve entièrement rouge violacé

En effet, selon ce raisonnement, une figue attaquée de couleur verte traduit la synthèse d'une quantité faible ou nulle d'éthylène et une figue attaquée de couleur rouge violacé traduit la synthèse d'une quantité élevée d'éthylène.

Or les observations de figues avec plusieurs trous de sortie de larve restant de couleur verte montrent que le séjour dans la figue de deux larves (ou plus) pendant la durée maximale possible - c'est à dire juqu'à complet développement et abandon de la figue - se traduit par la synthèse d'une quantité faible ou nulle d'éthylène.

Et les observations de figues entièrement de couleur rouge violacé sans trous de sortie de larve et contenant deux larves montrent que le séjour dans la figue de deux larves (donc en nombre inférieur au nombre maximal de larves possible de façon courante dans une figue) pendanr une durée inférieure à la durée maximale (atteinte seulement au moment de l'abandon de la figue, qui n'a pas eu lieu) se traduit par la synthèse d'une quantité élevée d'éthylène.

Etant souligné que, dans le premier cas, il est observé que le passage du nombre de larves dans la figue de une à plusieurs ne modifie pas le résultat (figue attaquée restant verte), donc que l'accroissement du nombre de larves n'augmente pas la quantité d'éthylène synthétisée de façon suffisante pour inverser le phénomène et aboutir à un virement de couleur au rouge violacé.

Ces constats paradoxaux me conduisent, pour expliquer le cas des figues attaquées qui conservent leur couleur verte, à avancer l'hypothèse d'une inhibition de la synthèse d'éthylène normalement initiée en réponse au stress biotique (dégâts des larves).

Ou à avancer l'hypothèse d'une synthèse d'éthylène mais d'une inhibition de la suppression de la chlorophylle que provoque normalement celle-ci.

Sans que je sois en mesure de décrire l'un ou l'autre de ces processus d'inhibition ou de déterminer les facteurs (internes à la figue ou environnementaux) qui déclencheraient ceux-ci.

La connaissance (que je n'ai pas) du mécanisme physiologique conduisant à ce que la couleur verte persiste à maturité pour certaines variétés de figues pourrait contribuer à faire avancer la réflexion sur ces hypothèses.

 

 

 Retour au début de la page Début page   Retour au sommaire de l"article Sommaire