Silba adipata McAlpine

Présentation      Biologie      Mode de vie      Infestation      Moyens de lutte

 


Accueil > Infestation > Symptômes : cas des figues mûres

 

Auteur : François DROUET
Photographies : François DROUET

(sauf indications)
Tous droits réservés 

 

 

Symptômes

 

Cas des figues mûres

 

 

 

J'ai observé (en très faible nombre) des figues mûres ou au stade de la véraison (début de l'amollissement et du changement de couleur) présentant des symptômes d'attaques de la mouche noire du Figuier (Silba adipata McAlpine).

Uniquement sur mon figuier de la variété  'Grise de la Saint-Jean', âgé de 20 ans.

J'ai pu repérer quelques cas en 2015, 2018 et 2019 (aucun en 2016 et 2017), tant pour les figues fleurs que pour les figues de deuxième récolte.

Rappel : les figues infestées qui sont détectées au stade de la véraison ou à celui de la maturité sont des figues qui ont été attaquées au stade immature. Elles ont continué à se développer après l'attaque, comme l'ensemble des figues attaquées (voir chapitre "Absence d'attaques des figues mûres").

Je détaille les symptômes d'attaques de Silba adipata McAlpine décelables sur figues mûres selon le plan suivant : difficulté de détection sur l'arbre, exemple de figue fleur, exemple de figue de deuxième récolte, curieuse observation du CIVAMBIO 66.

 

DIFFICULTE DE DETECTION SUR L'ARBRE

 

L'attaque de Silba adipata McAlpine est décelable sur une figue mûre par la présence d'un ou plusieurs trous de sortie de larve.

Trou de sortie de larve de Silba adipata McAlpine sur figue mûre (figue fleur, variété 'Grise de la Saint-Jean')

Trou de sortie de larve de Silba adipata McAlpine sur figue mûre (figue fleur, variété 'Grise de la Saint-Jean')
(on distingue au bas de la figue un trou de sortie de larve ; à gauche, attaque de pie)

 

Trou de sortie de larve de Silba adipata McAlpine sur figue mûre

Trou de sortie de larve de Silba adipata McAlpine sur figue mûre
(figue fleur, variété 'Grise de la Saint-Jean' ; à gauche, attaque de pie)

Mais j'ai pu constater que l'attaque est difficile à déceler sur l'arbre.

En effet, la figue attaquée qui a mûri reste attachée sur l'arbre et elle paraît tout à fait saine. Son aspect (forme, couleur, taille) est semblable à celui d'une figue non attaquée.

Mais, hors de l'arbre (figue récoltée ou au sol), l'attaque est facile à identifier (comme je le montre ci-après).

 

EXEMPLE DE FIGUE FLEUR

 

Voici un exemple de symptômes d'attaque de Silba adipata McAlpine présentés par une figue en début de maturité. Il s'agit d'une figue fleur de la variété 'Grise de la Saint-Jean'.

Mouche noire du Figuier : trou de sortie de larve sur une figue fleur à peine mûre ; variété 'Grise de la Saint-Jean'

Mouche noire du Figuier : trou de sortie de larve sur une figue fleur à peine mûre ; variété 'Grise de la Saint-Jean'
(l'aspect de la figue est celui d'une figue saine, mais on distingue sur le côté un trou de sortie de larve)

 

Silba adipata McAlpine : figue fleur à peine mûre avec deux trous de sortie de larve (variété 'Grise de la Saint-Jean')

Silba adipata McAlpine : figue fleur à peine mûre avec deux trous de sortie de larve (variété 'Grise de la Saint-Jean')
(noter, par le latex sur la tranche du pédoncule, que cette figue était encore attachée à l'arbre)

 

Mouche de la figue : trous de sortie de larve sur figue fleur en début de maturité

Mouche de la figue : trous de sortie de larve sur figue fleur en début de maturité
(variété 'Grise de la Saint-Jean')

A  l'intérieur, la figue fleur à peine mûre a pourri partiellement et présente des amas brunâtres au sein de l'infrutescence, consécutivement aux dégâts des larves de Silba adipata McAlpine.

Silba adipata McAlpine : intérieur d'une figue fleur à peine mûre partiellement pourri par suite des dégâts des larves

Silba adipata McAlpine : intérieur d'une figue fleur à peine mûre partiellement pourri par suite des dégâts des larves
(variété 'Grise de la Saint-Jean')

 

EXEMPLE DE FIGUE DE DEUXIEME RECOLTE

 

Voici un exemple de symptômes d'attaque de Silba adipata McAlpine présentés par une figue de deuxième récolte en début de maturité (variété bifère 'Grise de la Saint-Jean').

  Mouche noire du Figuier : trou de sortie de larve sur figue mûre de deuxième récolte (variété 'Grise de la Saint-Jean')

Mouche noire du Figuier : trou de sortie de larve sur figue mûre de deuxième récolte (variété 'Grise de la Saint-Jean')
(noter le trou de sortie de larve, en haut à droite)

 

Mouche de la figue : trou de sortie de larve sur figue à peine mûre

Mouche de la figue : trou de sortie de larve sur figue à peine mûre 
(figue de deuxième récolte, variété 'Grise de la Saint-Jean')

En ouvrant la figue mûre présentant des trous de sortie de larve, on constate que l'intérieur est partiellement pourri, consécutivement aux dégâts de larves de Silba adipata McAlpine.

 Silba adipata McAlpine : intérieur d'une figue de deuxième récolte attaquée et ayant mûri

Silba adipata McAlpine : intérieur d'une figue de deuxième récolte attaquée et ayant mûri
(figue de deuxième récolte, variété 'Grise de la Saint-Jean')

Curieusement, certaines figues attaquées ayant mûri ne pourrissent pas à l'intérieur. Les dégâts semblent localisés à une portion du parenchyme (sous l'infrutescence) proche du trou de sortie de larve.

De prime abord, il semble que la larve ne se soit pas vraiment attaquée à l'infrutescence, mais soit directement passée dans le placenta depuis le conduit ostiolaire.

A l'examen plus fin (loupe) de l'infrutescence, on observe toutefois de légères traces de dégâts de larves en surface.

 

CURIEUSE OBSERVATION DU CIVAMBIO 66

 

Margaux ALLIX, en charge de l'appui technique en  arboriculture bio au CIVAMBIO 66, m'a fait part en septembre 2019 d'une curieuse et inédite observation.

Il s'agit d'une figue de la variété 'Bourjassotte Noire' extérieurement non encore mûre mais allant vers la maturité, qui porte des trous de sortie de larves et qui révèle après ouverture une infrutescence sèche de couleur blanche à base rouge.

Figue 'Bourjassotte Noire' paraissant en cours d'évolution vers la maturité, mais révélant une infrutescence sèche blanche à base rouge

Figue 'Bourjassotte Noire' paraissant en cours d'évolution vers la maturité, mais révélant
à l'ouverture une infrutescence sèche de couleur blanche à base rouge
(crédit : Margaux
ALLIX)

A l'examen de plus près (les deux photographies ci-après), je note sur la faible portion d'épiderme visible que celui-ci est de couleur foncée. Je remarque aussi que les écailles ostiolaires ne sont pas brunies par de la moisissure interne

Figue évoluant extérieurement vers la maturité, présentant une infrutescence sèche de couleur blanche avec base rouge

Figue évoluant extérieurement vers la maturité, mais présentant une infrutescence sèche de couleur blanche à base rouge
(noter que l'épiderme est de couleur foncée, à droite, et que l'ostiole n'est pas affecté par une moisissure interne)
(crédit : Margaux
ALLIX)

Et j'observe surtout des symptômes internes d'attaque de Silba adipata McAlpine (extrémités des fruits brunies et déchiquetées, importante galerie creusée dans le parenchyme sous l'épiderme), qui corroborent la présence des trous de sortie de larve à la surface de l'épiderme.

Symptômes d'attaque de Silba adipata McAlpine dans une figue

Symptômes d'attaque de Silba adipata McAlpine dans une figue évoluant extérieurement
vers la maturité, mais présentant une infrutescence sèche et blanche à base rouge
(noter les extrémités brunies des fruits au niveau de la cavité centrale et la galerie dans le parenchyme, en bas)
(crédit : Margaux
ALLIX)

Comment expliquer la présence d'une infrutescence sèche (de couleur blanche avec base rouge) dans une figue dont l'aspect extérieur laisse penser qu'elle évolue vers la maturité ?

Infrutescence sèche de couleur blanche avec base rouge d'une figue d'aspect extérieur évoluant vers la maturité

Infrutescence sèche de couleur blanche avec base rouge d'une figue d'aspect extérieur évoluant vers la maturité
(noter que la couleur rougeâtre concerne la paroi interne du parenchyme et la base des fruits)
(crédit : Margaux
ALLIX)

J'interprète ce phénomène de la façon suivante : la figue a commencé à mûrir en devenant foncée au niveau de l'épiderme, puis le mûrissement s'est poursuivi au niveau de la paroi interne du parenchyme et de la base des fruits, qui sont devenues rouges ; mais les fruits n’ont pas pu continuer à mûrir et ont séché, conservant leur couleur blanche originelle sur la plus grande partie de leur surface.

Je pense que cela s'explique par la quantité d’éthylène endogène synthétisée (suite aux dégâts de larves) qui a été insuffisante pour que les fruits mûrissent autrement qu’à leur seule base.

 

 

Retour début page Début page   Retour au sommaire Sommaire