Silba adipata McAlpine

Présentation      Biologie      Mode de vie      Infestation      Moyens de lutte

 


Accueil > Présentation > Taxonomie

 

Auteur : François DROUET
Photographies : François DROUET

(sauf indications)
Tous droits réservés 

 

 

Taxonomie

 

 

 

La dénomination latine de la mouche noire du Figuier a d'abord été Lonchaea aristella Beck., mais elle est désignée par les entomologistes d'aujourd'hui par la dénomination Silba adipata McAlpine.
 

Silba adipata McAlpine, anciennement Lonchaea aristella Beck.

Silba adipata McAlpine, anciennement Lonchaea aristella Beck.
(grossissement : x 33 pour un écran de 18.5")

La taxonomie de la mouche noire du Figuier aurait été initialement basée sur une erreur d'identification et elle peut encore aujourd'hui susciter certaines interrogations...

Il me paraît donc utile de lui consacrer le présent chapitre, selon le plan suivant : Silba adipata McAlpine versus Lonchaea aristella Beck. ;  ne pas confondre avec Zaprionus indianus Gupta ; synonymie de l'appellation Lonchaea aristella Beck. ; Silba adipata McAlpine versus Silba virescens Macquart.

 

SILBA ADIPATA McAlpine versus LONCHAEA ARISTELLA Beck.

 

Les appellations Lonchaea aristella Beck. et Silba adipata McAlpine ne sont pas synonymes.

Les entomologistes contemporains retiennent l'appellation Silba adipata McAlpine.

F. SILVESTRI aurait commis une erreur d'identification en 1917 en attribuant le nom Lonchaea aristella Beck. à la mouche noire du Figuier. Cette erreur étant reprise par tous les auteurs jusqu'en 1956...

 

C'est J. F. McALPINE qui, en 1956, a créé l'espèce Silba adipata, avec une description détaillée.

Référence : McALPINE J. F., 1956, Old world lonchaeids of the genus Silba Macquart (= Carpolonchaea Bezzi), with descriptions of six new species (Diptera: Lonchaeidae), Canadian Entomologist 88:521544.

L'article de J. F. McALPINE n'est pas en accès libre sur Internet, mais on peut l'acquérir à l'université de Cambridge (Royaume-Uni).

J'ai consulté cet article et j'ai retenu les points clefs suivants.

J. F. McALPINE considère Lonchaea aristella Beck. comme une espèce à part entière, à laquelle il attribue aussi le nom de Silba aristella Beck. Il lui consacre, en page 530, un chapitre descriptif au même titre qu'aux quatorze autres espèces qu'il décrit, ainsi que deux figures (11 et 12).

Mais la  mouche noire du Figuier n'est pas évoquée par J. F. McALPINE.

Et il ne cite pas la description de Lonchaea aristella Beck. de F. SILVESTRI parmi les deux seules descriptions qu'il retient. Sans dire expressément qu'il l'élimine.

Il retient la description originelle de BECKER de Lonchaea aristella, pour laquelle il précise que l'individu décrit était un mâle trouvé en Egypte (BECKER T., 1903, Ägyptiche Dipteren, Mittheilungen aus dem Zoologischen Museum in Berlin, p. 129).

Il prend en considération également la description de HENNIG sous le nom Carpolonchaea aristella, en indiquant que l'individu décrit avait été trouvé à Formose (HENNIG W., 1938, Acta. Zool. Lill., 6:363-4,390).

Il déclare : "J'ai volontairement omis les autres références à cette espèce. Il est possible, et même probable, que certaines des descriptions antérieures s'appliquent à la nouvelle espèce Silba adipata".

Il indique que le matériel qu'il a examiné est un individu mâle enregistré sous le n° 1924-16 au British Museum et trouvé en 1916 à Ruo River, Chiomo, Nyassaland. Il s'agit donc d'un individu africain.

Il indique aussi que Lonchaea aristella Beck. est très proche, peut-être même conspécifique, de Silba nigritella Mall. trouvée en 1930 aux Iles Samoa.

Il a déterminé également que Lonchaea aristella Beck. satisfait aux clés d'identification du paragraphe 22 fournies par BEZZI pour les espèces éthiopiennes (BEZZI M., 1920, Further notes on the Lonchaeidae (Dipt.), with description of new species from Africa and Asia, Bull. Ent. Res., 11:199-210) et il expose les différences avec S. laevis et S. ophyroides.

En ce qui concerne les différences entre Silba adipata et Lonchaea aristella Beck., J. F. McALPINE déclare, en page 526, dans les considérations qui suivent la description détaillée de Silba adipata :

"Silba aristella Beck., le seul autre membre du genre Silba recensé en Europe, est apparemment très similaire à Silba adipata".

Il précise : "Cependant, Silba aristella possède des poils hérissés plutôt gros sur la partie préapicale et dorsale du milieu postérieur du tibia et présente seulement deux soies antérodorsales mésopleurales".

Il ajoute : "Les organes sexuels externes mâles de Silba adipata et Silba aristella sont très différents, comme le montrent les figures 8 à 12".

Par son article, J. F. McALPINE révise le genre Silba en fondant l'identification des espèces au sein de celui-ci sur les différences morphologiques des organes sexuels externes des mâles.

Thomas BECKER ne tient pas compte de la morphologie des organes sexuels mâles dans la description originelle de Lonchaea aristella. On peut le vérifier en lisant la description (BECKER T., 1903, Ägyptiche Dipteren, Mittheilungen aus dem Zoologischen Museum in Berlin, p. 129).

 

J. F. McALPINE ne cite pas la mouche noire du Figuier dans son article, mais j'ai trouvé dans la littérature spécialisée des éléments qui établissent de manière formelle qu'elle est concernée par l'appellation Silba adipata McAlpine.

Ainsi, en 1983, dans l'introduction d'un de ses articles, B. I. KATSOYANNOS rapporte une communication personnelle de J. F. McAlpine :

"Selon McAlpine, Silba adipata est l'espèce Lonchaea (Carpolonchaea, Silba) aristella étudiée par F. SILVESTRI en 1917, c'est à dire que F. SILVESTRI a commis une erreur d'identification sur ses spécimens. Silba aristella est un synonyme junior de Silba virescens Macquart, qui a été extraite et élevée à plusieurs occasions à partir de pousses, de tiges et d'épis de maïs, l'unique plante hôte connue (McAlpine, comm. pers.)". - Traduction de l'anglais

Référence : KATSOYANNOS B. I., 1983, Field observations on the biology and behavior of the black fig fly Silba adipata McAlpine (Diptera, Lonchaeidae), and trapping experiments, Z. ang. Entomol. 95, pp. 471-476.

D'autre part, j'ai noté (également dans la littérature spécialisée) qu'après 1956 des spécimens du ravageur de la figue ont été identifiés (par l'examen du génitalia mâle) comme des individus de l'espèce Silba adipata McAlpine.

Soit par J. F. McALPINE lui-même, soit par Iain MACGOWAN (spécialiste des Lonchaeidae), en réponse à des demandes d'identification que leur ont adressées certains auteurs. Voir les trois sources ci-après.

MACGOWAN I., FREIDBERG A., 2008, The Lonchaeidae (Diptera) of Israel, with descriptions of three new species, Israel journal of entomology, vol. 38, pp. 61-92. ........Collection des Lonchaeidae d'Israël identifiée par J. F. McALPINE.

GILIOMEE J. H., E. VENTER E., WOHLFARTER M., 2007, Mediterranean black fig fly, Silba adipata McAlpine (Diptera: Lonchaeidae), recorded from South Africa, African Entomology 15(2), pp. 383-384. ........Spécimen identifié par Iain MACGOWAN à la demande des auteurs.

KATSOYANNOS B. I., 1983, Field observations on the biology and behavior of the black fig fly Silba adipata McAlpine (Diptera, Lonchaeidae), and trapping experiments, Z. ang. Entomol. 95, pp. 471-476. ........ Spécimens identifiés par J. F. McALPINE à la demande de l'auteur.

 

Il faut donc utiliser l'appellation Silba adipata McAlpine.

Mais il convient de connaître les deux appellations pour retrouver les sources documentaires et pour savoir de quoi parlent ceux, qui, de nos jours, emploient toujours le terme Lonchaea aristella.

 

NE PAS CONFONDRE AVEC ZAPRIONUS INDIANUS Gupta

 

Il ne faut pas confondre la mouche noire du Figuier (Black fig fly, Silba adipata McAlpine) avec la mouche africaine de la figue (African fig fly), dont le nom latin est Zaprionus indianus Gupta.
 

MOUCHE NOIRE DU FIGUIER (Silba adipata McAlpine)

C'est une espèce méditerranéenne qui sévit dans le sud de la France, mais aussi en Espagne, au Portugal, en Italie, en Grèce, en Algérie, ainsi qu'au Moyen-Orient (Turquie, Iraq, Egypte, Israël...). On l'a trouvée également au Japon (1998) et en Afrique du Sud (2007).

Elle s'attaque uniquement à la figue.

En France, elle a été signalée pour la première fois par L. TURINETTI en 1921 à Menton.

Référence : TURINETTI L., 1921, Note sur la présence en France du Lonchaea aristella  Beck., Bulletin de la Société entomologique de France, pp. 195-196.

Dans cette communication, l'auteur précise que "ses dégâts ont été observés depuis quelques années déjà dans les environs de Menton."
 

MOUCHE AFRICAINE DE LA FIGUE (Zaprionus indianus Gupta)

Elle serait originaire d'Afrique tropicale et on la trouve en Inde, au Moyen-Orient, dans divers pays d'Afrique ainsi qu'au Brésil. Elle est signalée depuis 2005 aux USA et s'est propagée récemment au Canada.

Elle ne s'attaque pas qu'à la figue. Elle sévit également sur le kaki, le raisin, la framboise, la fraise, la mûre...

L'aspect de la mouche africaine de la figue est nettement différent de celui de la mouche noire du Figuier, comme le montrent les deux photographies ci-après (j'ai réduit Silba adipata McAlpine à peu près aux mêmes dimensions que Zaprionus indianus Gupta pour la comparaison, mais elle est presque deux fois plus grosse).

Mouche africaine de la figue ou African fig fly (Zaprionus indianus Gupta)

Mouche africaine de la figue ou African fig fly (Zaprionus indianus Gupta)
Crédit : Gary J. Steck

 

Mouche noire du Figuier ou Black fig fly (Silba adipata Mc Alpine)

Mouche noire du Figuier ou Black fig fly (Silba adipata McAlpine)

En octobre 2015, on ne la trouvait pas en France métropolitaine, où elle avait été toutefois déjà interceptée plusieurs fois à l'importation. Mais elle était présente à La Réunion et à Mayotte et, depuis 2015, en Guyane (Source : fiche de reconnaissance de Zaprionus indianus Gupta -  Laboratoire de la Santé des Végétaux de l'ANSES - 22/10/2015).

Zaprionus indianus Gupta a été signalée pour la première fois en France métropolitaine en janvier 2016 (Cap d'Antibes, Alpes-Maritimes).

En avril 2017, Valérie BALMÈS, entomologiste au Laboratoire de la Santé des Végétaux de l'ANSES, m'a fait part de ce signalement et m'a indiqué qu'il faisait l'objet d'un article à paraître dans Bulletin of insectology.

Référence de l'article publié : KREMMER L., DAVID J., BOROWIEC N., THAON M., RIS N., POIRIÉ M., GATTI J. L., 2017, The African fig fly Zaprionus indianus : a new invasive pest in France ? Bulletin of Insectology  70 (1) : 57-62.

Pour ma part,  je n'ai détecté cette espèce ni sur mes figuiers, ni dans les figues mûres que j'ai placées en boîtes d'émergence, ce qui ne signifie pas qu'elle est absente de mon jardin.

 

SYNONYMIE DE L'APPELLATION LONCHAEA ARISTELLA Beck

 

Les bases de données taxonomiques actuelles (2019) donnent Lonchaea aristella Beck. (1903) pour synonyme de Silba virescens Macquart (1851).

Exemples : fiche de la base de données française Arthemis (INRA, CIRAD, SupAgro) et fiche de la base de données européenne Fauna Europaea - fiche du synonyme senior car pas de fiches pour les synonymes juniors.

Fauna Europaea, financée par l'Union Européenne, a été mise en service en 2004 et est gérée par le Museum Für Naturkunde de Berlin.

Dans son article,  J. F. McALPINE évoque Silba virescens Macquart, mais seulement pour établir l'antériorité du genre Silba sur le genre Carpolonchaea.

Référence : McALPINE J. F., 1956, Old world lonchaeids of the genus Silba Macquart (= Carpolonchaea Bezzi), with descriptions of six new species (Diptera: Lonchaeidae), Canadian Entomologist 88:521544.

Tel qu'est rédigé son chapitre descriptif de Silba aristella Beck., il est exclu que pour lui cette espèce (c'est à dire Lonchaea aristella Beck.) soit synonyme de Silba virescens Macquart.

Pour quelles raisons, après 1956, a-t-on établi une telle synonymie ?

Mes recherches approfondies ne m'ont pas permis de le déterminer.

 

SILBA ADIPATA McAlpine versus SILBA VIRESCENS Macquart

 

Selon le plan suivant : articles concernés, premières réflexions, bases de données taxonomiques, liste annotée des Lonchaeidae de France continentale.

 

J'ai noté que Silba virescens Macquart (et non Silba adipata McAlpine) est l'espèce présentée comme le ravageur de la figue dans certains articles (anciens ou récents).

A la date de rédaction du présent sous-chapitre (mars 2019), c'est une affirmation minoritaire dans la littérature postérieure à 1956, pour laquelle le ravageur de la figue dans la zone méditerranéenne est Silba adipata McAlpine.

 

ARTICLES CONCERNES

Je puis citer un article espagnol récent :

CASADOMET E., LÓPEZ CORRALES M., PÉREZ GRAGERA F., SENERO M., PÉREZ ROSS J., DEL MORAL J., 2016, Plagas y enfermedades del cultivo de la higuera, Gobernio d'España, Ministerio de Agricultura, Alimentación y Medio Ambiente, ISBN: 978-84-491-0115-1 - Dans cet article, le ravageur de la figue est présenté exclusivement avec l'appellation Silba virescens Macquart.

J'ai noté également plusieurs articles ayant des auteurs égyptiens : 

AWADALLAH A. M., KIRA M. T., EL-BOROLLOSY F. M., HASHEM A. G., 1980, Some biological aspects on the fig fruit fly, Silba virescens Macquart, Agricultural Research Review, Vol. 58, N° 1, pp. 239-244.

EL-AKIM A. M., MOSTAFA A. M., GOMAA H., 1981, The control of the fig fruit fly, Silba virescens Macquart [Egypt], Agricultural Research Review.

SAAFAN M. H., TADROS A. W., FODA S. M., 2000, Certain pests on edible figs tree 1 -ecological studies of fruit flies in fig orchards at the north-western coast of Egypt, Egyptian Journal of Agricultural Research, Vol. 78, N° 5, pp. 1967-1977 - Dans cet article, la mouche de la figue (fig fruit fly), un des trois ravageurs étudiés, est désignée uniquement par l'appellation Silba virescens Macquart.

Concernant le premier des articles précités (AWADALLAH et al.), j'ai constaté que sur le site Lonchaeidae Online, Iain MACGOWAN applique une rectification en tête du résumé de l'article sur la fiche descriptive qu'il a ajoutée en 2012 dans la rubrique "Littérature".

En écrivant : "This paper almost certainly relates to Silba adipata" ("Cet article est presque certainement relatif à Silba adipata")
-
J'ai rectifié la coquille dans le nom de l'espèce, écrite "Silba adipsta", sachant que l'espèce Silba adipsta n'existe pas dans la nomenclature et que le pointeur vers le nom taxonomique présent dans la fiche indique bien qu'il s'agit de Silba adipata ...

J'ai trouvé aussi deux articles d'origine iraquienne :

ABDULLAH L. M., AL-AZAWI A. F., 1992, Effect of some cultural practices on the Fig Fruit Fly Silba virescens Macquart in Iraq, Mesopotamia Journal of Agriculture.

ABDULLAH S. I., FANDY K. Th., 2006, Effect of some attractive bait traps and independent factors in population density of Fig Fruit Fly Silba virescens Macq. (Lonchaeidae : Diptera) in Nineveh Province - Iraq, Arab J. Pl. Prot., Vol. 24 (1), pp. 41-44.

Concernant ce dernier article, j'ai constaté que sur le site Lonchaeidae Online, Iain MACGOWAN applique une rectification en tête du résumé de l'article sur la fiche descriptive qu'il a ajoutée en 2010 dans la rubrique "Littérature".

En écrivant : "Page editors note - the species referred to here as Silba virescens is most probably Silba adipata McAlpine" ("Note des éditeurs de la page : L'espèce à laquelle on se réfère ici comme Silba virescens est plus probablement Silba adipata McAlpine").

J'ai trouvé une autre référence relative à Silba virescens Macquart en rapport avec la figue, dans l'article :

MACGOWAN I., FREIDBERG A., 2008, The Lonchaeidae (Diptera) of Israel, with descriptions of three new species, Israel journal of entomology, vol. 38, pp. 61-92.

En page 62, Iain MACGOWAN mentionne une erreur d'identification probable entre Silba Virescens Macquart et Silba adipata McAlpine  :

"Bodenheimer (1937) a listé trois espèces : Lonchaea aristella Beck. - (fruits du figuier) ; L. lasiophthalmus Macq. ; et L. vaginalis Fln. - (fruits du figuier). Le premier nom est un synonyme de Silba virescens Macquart (bien que l'habitat de la larve -les figues- puisse être l'indication d'une erreur d'identification de S. adipata McAlpine)" - Traduction de l'anglais

Le document cité étant : BODENHEIMER S. F., 1937, Prodromus Faunae Palestinae, Mémoire présenté à l'Institut d'Egypte, Cairo, 286 pages.

 

PREMIERES REFLEXIONS

On pourrait être tenté d'opposer une contestation par le raisonnement suivant : Lonchaea aristella Beck. a désigné le ravageur de la figue jusqu'à 1956, date à laquelle J. F. McALPINE a établi que ce n'est pas cette espèce qui ravage la figue, mais une espèce différente à laquelle il a donné le nom de Silba adipata McAlpine. Le ravageur de la figue étant une espèce différente de Lonchaea aristella Beck., c'est donc une espèce différente de Silba virescens Macquart dont Lonchaea aristella Beck. est le synonyme. De ce fait, le ravageur de la figue ne doit pas être appelé Silba virescens Macquart.

Référence : McALPINE J. F., 1956, Old world lonchaeids of the genus Silba Macquart (= Carpolonchaea Bezzi), with descriptions of six new species (Diptera: Lonchaeidae), Canadian Entomologist 88:521544.

Sauf à considérer que J. F. McALPINE, en créant l'espèce en 1956, n'a jamais écrit explicitement que la substitution de celle-ci à Lonchaea aristella Beck. s'applique à la mouche noire du Figuier (voir détails supra, au premier sous-chapitre). Et d'en déduire que Silba adipata McAlpine n'est pas l'espèce qui attaque les figues.

Le raisonnement qui s'ensuivrait serait alors : Lonchaea aristella Beck. a désigné le ravageur de la figue jusqu'à 1956. A cette date, J. F. McALPINE a créé l'espèce Silba adipta McAlpine, se substituant selon lui, de façon probable, à l'appellation Lonchaella aristella Beck. dans la plupart des cas. Mais, contrairement à ce qu'en ont déduit certains auteurs, le cas du ravageur de la figue n'est pas à retenir dans la probable substitution. S'agissant de Lonchaealla aristella Beck. et celui-ci étant un synonyme junior de Silba virescens Macquart, c'est cette dernière appellation qui doit être retenue pour le ravageur de la figue.

Mais ce raisonnement est formellement contredit par une communication personnelle de J. F. McALPINE et par des identifications postérieures de Silba adipata McAlpine ; celles-ci réalisées par J. F. McALPINE et par Iain MACGOWAN (spécialiste des Lonchaeidae) pour des spécimens du ravageur de la figue qui leur ont été envoyés pour confirmation par certains auteurs (Voir détails et sources supra, au premier sous-chapitre).

Une autre hypothèse (levant la contradiction précitée) serait que Silba adipata McAlpine n'attaque la figue que dans certaines régions du monde (par exemples, Europe du Sud, Israël, Afrique du Sud) et que dans d'autres régions (par exemples, Egypte / Iraq) ce soit Silba virescens Macquart qui le fait.

A contrario, en toute rigueur on ne peut pas exclure l'hypothèse que les deux espèces soient ravageurs de la figue dans une même région (peut-être à des degrés différents...). Même si les auteurs qui citent Silba virescens Macquart ne citent pas Silba adipata McAlpine et inversement.

Pour ma part, je n'ai pas encore explicité pourquoi les auteurs précités utilisent l'appellation Silba virescens Macquart, et non Silba adipata McAlpine.

Serait-ce une simple erreur taxonomique ?

Elément de réflexion complémentaire : je recense et je consulte depuis cinq ans la littérature relative au ravageur de la figue en différentes langues et je n'ai pas connaissance de l'existence d'un article faisant état qu'une mouche obtenue à partir d'une larve issue d'une figue ait présenté le génitalia mâle de Silba virescens Macquart.

Ce qui ne signifie pas que cet article n'existe pas...

 

Pour essayer d'en savoir plus, j'ai consulté les principales bases de données taxonomiques pour Silba virescens Macquart et pour Silba adipata McAlpine.

 

BASES DE DONNEES TAXONOMIQUES - Silba virescens Macquart 
 

Base de données Arthemis

Une indication relative au statut de ravageur pour le figuier est donnée dans la fiche Silba virescens Macquart de la base de données française Arthemis (INRA, CIRAD, SupAgro) - Fiche consultée pour la dernière fois le 12 septembre 2019.

La fiche mentionne que Silba virescens Macquart est présente (parmi d'autres pays) en France, en Italie et en Espagne - Rubrique "Taxon distribution".

Les noms français mentionnés sont "Mouche des figues" et "Mouche noire des figues" - Rubrique "Taxonomic information".

La plante hôte citée pour l'espèce (indiquée monophage) est le figuier (Ficus carica L.) - Rubrique "Taxon bio-ecology".

Curieusement, le champ "Classement ravageur pour la France" est renseigné d'un "?" - Rubrique "Taxon economical impact".

Le spécimen cité dans la rubrique "Collections" (JSTR03211_0101) a été identifié le 21/07/2016 par Valérie BALMÈS, entomologiste au Laboratoire de la Santé des Végétaux de l'ANSES.

 

Base de données Fauna Europaea

Dans la base de données européenne Fauna Europaea, la fiche de Silba virescens Macquart indique que l'espèce est présente en France, en Italie et en Espagne.

Mais la fiche ne comporte pas d'informations sur les plantes hôtes et n'indique rien sur l'éventuelle implication de l'espèce dans les dégâts sur figues - Fiche consultée pour la dernière fois le 20 mars 2019.

 

Base de données GBIF

Dans la base de données internationale GBIF (Global Biodiversity International Facility), la fiche de Silba virescens Macquart indique que l'espèce est présente en France, en Italie et en Espagne.

La fiche mentionne plusieurs plantes hôtes, parmi lesquelles le Sorgho (Sorghum bicolor (L.) Moench - désigné par l'appellation invalide Sorghum cernuum Willd.) et le figuier (Ficus carica L.).

La source citée pour la fiche est : EL-HAWAGRI M. S., 2017, Catalogue of Egyptian Tephritoidea (Diptera : Schizophora : Acalyptratae), Zootaxa 4299 (2), pp. 151-190 - Fiche consultée pour la dernière fois le 20 mars 2019.

 

BASES DE DONNEES TAXONOMIQUES - Silba adipata McAlpine 
 

Base de données Arthemis

Dans la base de données française Arthemis (INRA, CIRAD, SupAgro), la fiche de Silba adipata McAlpine est très peu renseignée - Fiche consultée pour la dernière fois le 12 septembre 2019. A la date de dernière consultation, lien direct vers la fiche impossible et affichage du résultat aléatoire : selon le résultat affiché, entrer le nom de l'espèce dans la case "Enter search terms" ou cliquer sur le nom de l'espèce, sous "Taxon name".

Elle indique que l'espèce est présente (parmi d'autre pays) en France, en Italie et en Espagne, mais le champ "Occurrence pour la France" est renseigné d'un "?".

En demandant l'affichage des champs vides, on constate que la fiche ne comporte pas les informations "Nom commun" ni "Plante hôte" et n'indique rien sur l'éventuelle implication de l'espèce dans les dégâts sur figues. Le champ "Classement ravageur pour la France" est renseigné d'un "?".

 

Base de données Fauna Europaea

Dans la base de données européenne Fauna Europaea, la fiche de Silba adipata McAlpine indique que l'espèce est absente de France et est présente en Italie et en Espagne.

Elle ne contient aucune information relative au caractère de ravageur de l'espèce pour la figue - Fiche consultée pour la dernière fois le 20 mars 2019.

 

Base de données GBIF

Dans la base de données internationale GBIF (Global Biodiversity International Facility), la fiche de Silba adipata McAlpine indique également que l'espèce est absente en France et est présente en Italie et en Espagne (Majorque). - Fiche consultée pour la dernière fois le 20 mars 2019,

En précisant la source : EL-HAWAGRI M. S., 2017, Catalogue of Egyptian Tephritoidea (Diptera : Schizophora : Acalyptratae), Zootaxa 4299 (2), pp. 151-190.

En toute rigueur, je note que la fiche n'indique pas que l'espèce est absente en France, mais qu'elle ne cite pas la France dans la distribution de l'espèce.

La fiche mentionne que la plante hôte pour l'espèce est le figuier (Ficus carica L.).

En précisant la source : MACGOWAN I., FREIDBERG A., 2008, The Lonchaeidae (Diptera) of Israel, with descriptions of three new species, Israel journal of entomology, vol. 38, pp. 61-92.
 

La consultation des bases de données taxonomiques engendre un seul commentaire de ma part.

L'information selon laquelle Silba adipata McAlpine est absente en France, alors que présente en Italie et en Espagne, paraît peu crédible lorsque l'on connaît la faculté de dissémination de l'espèce d'arbre en arbre d'une zone à l'autre et le flux des importations de figues italiennes et espagnoles en France depuis des décennies.

 

LISTE ANNOTEE DES LONCHAEIDAE DE FRANCE CONTINENTALE

Pour compléter le point de situation concernant le ravageur de la figue en France, je me suis reporté à la liste annotée des Lonchaeidae de France continentale, publiée en 2014 par Phil WITHERS et Iain MACGOWAN.

Référence : WITHERS P., MACGOWAN I., 2014, A preliminary account of the lance flies (Diptera : Lonchaeidae) of continental France, with the description of a new species, Studia dipterologica, vol. 21 (1), pp. 3-10.

Dans l'introduction, Phil WITHERS indique que l'espèce Silba adipata McAlpine n'a pas été trouvée lors des récentes collectes mais qu'elle a été incluse dans la liste car sa présence en France est plausible.

Il rappelle qu'Eugène SÉGUY l'a décrite sous le nom Lonchaea aristella Beck. en 1934, en mentionnant sa présence à Menton.

Référence : SÉGUY E., 1934, Diptères (Brachycères), Faune de France, vol. 28, page 176, Paul LECHEVALIER et fils, Paris.

La liste des Lonchaeidae de France continentale comprend une seule autre espèce du genre Silba Macquart : Silba fumosa Egger, parmi les 52 espèces recensées (appartenant à 7 genres).

Concernant Silba virescens Macquart, celle-ci est absente de la liste (ainsi que son synonyme junior Lonchaea aristella Beck.), ce qui sous-entend qu'elle serait absente de France, ou tout au moins qu'elle n'est pas connue de façon certaine dans le pays.

La liste a été établie sur la base des données historiques (spécimens des collections des musées et citations publiées) ainsi que des collectes récentes (17 espèces sont documentées pour la première fois en France et une nouvelle espèce a été découverte).

L'auteur souligne que la liste est nécessairement incomplète en termes de couverture géographique de la France et que des collectes à venir pourraient augmenter celle-ci.

Ce qui est bien illustré par le terme "préliminaire" contenu dans le titre de l'article.

 

Dans l'attente d'éventuelles informations plus précises, je continue à utiliser l'appellation Silba adipata McAlpine pour la mouche noire du Figuier sévissant en France.

Même si, en toute rigueur, il convient de n'éliminer aucune hypothèse relative à Silba virescens Macquart à ce stade de l'investigation et de la réflexion.

 

 

Retour au début de la page Début page   Retour au sommaire Sommaire