Silba adipata McAlpine

Présentation      Biologie      Mode de vie      Infestation      Moyens de lutte

 


Accueil > Mode de vie > Cohabitation avec Ceratitis capitata Wiedemann

 

Auteur : François DROUET
Photographies : François DROUET

(sauf indications)
Tous droits réservés 

 

 

Cohabitation avec
Ceratitis capitata Wiedemann

 

 

 

Sur mes figuiers, après trois mois d'attaques soutenues sur les figues immatures vertes (avril, mai, juin), Silba adipata McAlpine manifeste une virulence nettement moindre. C'est alors qu'apparaît, fin juin généralement, Ceratitis capitata Wiedemann (cératite, mouche méditerranéenne des fruits), qui attaque les figues avec frénésie, dès le stade de la véraison et jusqu'au stade de la surmaturité inclus.

Les deux espèces fréquentent simultanément le même arbre et j'observe assez souvent la cohabitation pacifique sur une même figue mûre de la mouche noire du Figuier et de la cératite.

Je pense que cette cohabitation découle du comportement grégaire qui régit le mode de vie de Silba adipata McAlpine, mais aussi celui de Ceratitis capitata Wiedemann.

En effet, tout comme ceux de Silba adipata McAlpine, les individus de Ceratitis capitata Wiedemann recherchent la proximité sur l'arbre. Ainsi, il n'est pas rare que j'observe trois cératites sur la même figue, alors qu'il existe sur l'arbre de nombreuses figues similaires.

Trois cératites (Ceratitis capitata Wiedemann) sur une figue commençant à tourner

Trois cératites (Ceratitis capitata Wiedemann) sur une figue commençant à tourner
(variété unifère 'Col de Dame Noire' ; grossissement : x 2,5)

 

Trois cératites (Ceratitis capitata Wiedemann) sur une figue commençant à tourner

Trois cératites (Ceratitis capitata Wiedemann) sur une figue commençant à tourner
(variété unifère 'Col de Dame Noire' ; grossissement : x 5)

 

Trois cératites (Ceratitis capitata Wiedemann) sur une figue commençant à tourner

Trois cératites (Ceratitis capitata Wiedemann) sur une figue commençant à tourner
(variété unifère 'Col de Dame Noire' ; grossissement : x 6)

 

POSE SUR LA MÊME FIGUE

Lorsqu'un individu de l'une des deux espèces est posé sur une figue mûre, un individu de l'autre espèce n'hésite pas à se poser sur la même figue, alors qu'il existe à proximité sur le même arbre de nombreuses figues tout aussi mûres.

Ceratitis capitata Wiedemann ayant rejoint Silba adipata McAlpine sur une figue mûre

Ceratitis capitata Wiedemann ayant rejoint Silba adipata McAlpine sur une figue mûre
(grossissement : x 3,5)

Tantôt, c'est la mouche noire du Figuier qui rejoint la cératite, tantôt c'est l'inverse. La pose sur la figue se fait dans une zone éloignée de celle où se trouve la mouche de l'autre espèce.

Une fois toutes deux sur la figue, Silba adipata McAlpine et Ceratis capitata Wiedemann commencent par vaquer à leurs occupations de façon totalement indépendante (la première se nourrissant à la surface de la figue, la seconde pondant avec frénésie à travers l'épiderme de la figue tout en se nourrissant aussi...).

Silba adipata McAlpine et Ceratitis capitata Wiedemann cohabitant sur une figue mûre

Silba adipata McAlpine et Ceratitis capitata Wiedemann cohabitant sur une figue mûre
(grossissement : x 4)

 

Silba adipata McAlpine et Ceratitis capitata Wiedemann cohabitant sur une figue mûre

Silba adipata McAlpine et Ceratitis capitata Wiedemann cohabitant sur une figue mûre
(grossissement : x 4)

 

Silba adipata McAlpine (se nourrissant) et Ceratitis capitata Wiedemann (en train de pondre), sur une figue mûre

Silba adipata McAlpine (se nourrissant) et Ceratitis capitata Wiedemann (en train de pondre), sur une figue mûre
(grossissement : x 5)

 

RECHERCHE DE LA PROXIMITE

Au cours de leurs activités à la surface de la figue, les deux mouches recherchent la proximité de façon progressive.

Je ne peux pas dire que ce soit plutôt à l'initiative de l'une ou de l'autre espèce.

Il ressort de mes observations que la recherche de la proximité est plutôt une initiative commune, chacune des deux mouches faisant mouvement vers l'autre.

Silba adipata McAlpine et Ceratitis capitata Wiedemann se rapprochant sur une figue mûre

Silba adipata McAlpine et Ceratitis capitata Wiedemann se rapprochant sur une figue mûre
(grossissement : x 3,5)

 

Silba adipata McAlpine et Ceratitis capitata Wiedemann se rapprochant sur une figue mûre

Silba adipata McAlpine et Ceratitis capitata Wiedemann se rapprochant sur une figue mûre
(grossissement : x 9,5)

Elles finissent par se trouver très près l'une de l'autre (en se croisant, en étant côte à côte ou en se suivant).

Mouche noire du Figuier et cératite très proches sur une figue mûre

Mouche noire du Figuier et cératite très proches sur une figue mûre
(grossissement : x 4)

 

Mouche noire du Figuier et cératite très proches sur une figue mûre

Mouche noire du Figuier et cératite très proches sur une figue mûre ; grossissement : x 11
 (noter que la mouche noire touche la cératite avec la patte avant gauche)

Sur la photographie précédente, j''observe que la mouche noire du Figuier touche de la patte avant gauche l'abdomen de la cératite.

J'ai observé et photographié plusieurs fois la cohabitation des deux espèces sur la même figue, mais c'est le seul cas où j'ai pu saisir un contact entre Silba adipata McAlpine et Ceratitis capitata Wiedemann. Je ne sais pas interpréter ce comportement de façon certaine, mais j'incline pour une tentative d'écartement, par analogie à ce que j'observe entre individus de Silba adipata McAlpine.

Au cours du séjour des deux mouches sur la même figue, celles-ci peuvent se retrouver plusieurs fois à proximité l'une de l'autre dans des zones différentes de la figue.

Silba adipata McAlpine et Ceratitis capitata Wiedemann s'étant rapprochées sur une figue mûre

Silba adipata McAlpine et Ceratitis capitata Wiedemann s'étant rapprochées sur une figue mûre
(grossissement : x 3)

 

Silba adipata McAlpine et Ceratitis capitata Wiedemann s'étant rapprochées sur une figue mûre

Silba adipata McAlpine et Ceratitis capitata Wiedemann s'étant rapprochées sur une figue mûre
(grossissement : x 6)

Après s'être rapprochées de très près, les deux mouches s'éloignent progressivement l'une de l'autre, parfois aux antipodes de la figue, en poursuivant leurs activités et en semblant s'ignorer à nouveau.

Silba adipata McAlpine et Ceratitis capitata Wiedemann cohabitant sur une figue mûre

Silba adipata McAlpine et Ceratitis capitata Wiedemann cohabitant sur une figue mûre
(grossissement : x 3,5)

 

Silba adipata McAlpine et Ceratitis capitata Wiedemann cohabitant sur une figue mûre

 

 

Retour au début de la page Début page   Retour au sommaire Sommaire