Silba adipata McAlpine

Présentation      Biologie      Mode de vie      Infestation      Moyens de lutte

 


Accueil > Moyens de lutte > Ensachage indiduel des figues immatures : efficacité contre les autres ravageurs.

 

Auteur: François DROUET
Contribution de Marc SCHAISON

Photographies : François DROUET (non créditées) et
Marc SCHAISON

Tous droits réservés 

 

 

Ensachage individuel des figues immatures

 

Efficacité contre les autres ravageurs

 

 

 

L'ensachage individuel des figues immatures est le procédé de lutte contre Silba adipata McAlpine que j'ai retenu (voir chapitre spécifique). Il concerne la culture du figuier par les amateurs, avec un nombre restreint de figuiers (il requiert alors une charge de travail tout à fait acceptable). Pour les professionnels, il engendre un coût de main d'œuvre prohibitif, mais je laisse y réfléchir ceux d'entre eux qui pratiquent la culture en mode biologique sur des surfaces peu importantes.

L'utilisation de sachets en organza permet de protéger 100 % de la récolte de figues contre Silba adipata McAlpine. L'observation attentive des récoltes de figues protégées par des sachets en organza m'a permis de tirer un certain nombre d'enseignements relatifs au degré d'efficacité de ceux-ci contre les autres ravageurs de la figue. Je livre mes observations ci-après, auxquelles s'ajoute une très intéressante contribution de Marc SCHAISON en fin de chapitre. Selon le plan suivant : cératite, teigne du figuier, cochenilles farineuses, pies, rats des champs.

 

EFFICACITÉ  CONTRE LA CÉRATITE

 

ACTION DE LA CÉRATITE

Dès l'apparition annuelle de la cératite (mouche méditerranéenne des fruits, Ceratitis capitata Wiedemann) dans mon jardin, vers le 30 juin, les figues font l'objet d'attaques de la part de celle-ci.

La cératite n'attaque pas les figues immatures dures et vertes, mais elle attaque avec frénésie les figues s'étant amollies (véraison, maturité, surmaturité), en pondant à la fois dans l'ostiole et à tout endroit de l'épiderme.

 

POSSIBILITÉS DE PONTE

Le sachet en organza posé sur la figue maintient l'ostiole hors de portée de l'ovipositeur de la cératite au stade de la maturité, comme il le fait pour la mouche noire du Figuier au stade de l'immaturité.

Mais, contrairement à la mouche noire du Figuier qui ne pond que dans l'ostiole, la cératite conserve deux possibilités de ponte.

D'une part, j'ai remarqué que si un sachet a été serré un peu haut sur le col de la figue, ce qui arrive parfois sur des figues pour lesquelles la pose a été difficile, la cératite pond sur la très petite partie du col non protégée par le sachet (même sur 1 mm).

D'autre part, j'ai observé que la cératite pond activement dans l'épiderme de la figue mûre à l'endroit où le sachet en organza frotte contre le flanc de celle-ci, par suite de l'accroissement du volume du fruit au cours de la phase finale de la maturation.

Ci-après, exemple d'une cératite qui circule sur le sachet en organza avec l'ovipositeur sorti, après avoir pondu dans la zone de contact du sachet protecteur et du flanc de la figue, reconnaissable aux suintements de latex issus des trous de ponte.
 

Cératite avec ovipositeur sorti sur sachet protecteur d'une figue mûre (variété Col de Dame Noire)

Cératite avec ovipositeur sorti sur sachet protecteur d'une figue mûre (variété Col de Dame Noire)

 

Cératite avec ovipositeur sorti sur sachet protecteur d'une figue mûre (variété Col de Dame Noire)

Cératite avec ovipositeur sorti sur sachet protecteur d'une figue mûre (variété Col de Dame Noire)
 

Ci-dessous, exemple de ponte d'une cératite à travers le sachet en organza dans une figue tout juste amollie (encore presque totalement verte) de la deuxième récolte de la variété bifère Grise de la Saint-Jean. La ponte ne peut avoir lieu que dans la zone de contact du sachet avec le flanc de la figue.
 

Ponte de cératite dans figue mûre à travers le sachet protecteur en organza (variété Grise de la Saint-Jean)

Ponte de cératite dans figue tout juste amollie à travers le sachet protecteur en organza
(variété Grise de la Saint-Jean, deuxième récolte)

 

Ponte de cératite dans figue tout juste amollie à travers le sachet protecteur en organza (variété Grise de la Saint-Jean)

Ponte de cératite dans figue tout juste amollie à travers le sachet protecteur en organza
(variété Grise de la Saint-Jean, deuxième récolte)
 

Ainsi, même si la rigidité de l'organza conserve l'ostiole et la plus grande partie de l'épiderme de la figue hors de portée de la cératite, l'ensachage individuel des figues ne permet pas de protéger la récolte de figues des attaques de la cératite.

Dans le cas d'attaques intenses de la cératite, les pertes de récolte peuvent être considérables. Ainsi, en 2022, 100 % des figues immatures de mon figuier unifère de la variété Bellone sont parvenues à maturité grâce aux sachets protecteurs en organza, mais elles ont été ensuite infestées à 98 % par les attaques de la cératite.

 

TRACES DES PONTES SUR LES SACHETS

Le plus souvent, l'attaque de la cératite est décelable par une trace de latex sur le sachet protecteur, à l'endroit exact de la piqûre de ponte qui a provoqué un suintement de latex sur l'épiderme de la figue.
 

Trace de latex sur un sachet protecteur en organza, consécutive à la ponte de la cératite dans une figue mûre

Trace de latex sur un sachet protecteur en organza, consécutive à la ponte de la cératite dans une figue mûre

 

Trace de latex sur un sachet protecteur en organza, consécutive à la ponte de la cératite dans une figue mûre

Trace de latex sur un sachet protecteur en organza, consécutive à la ponte de la cératite dans une figue mûre
 

J'ai même pu déceler à l'aide d'une loupe une trace de latex circulaire assez épaisse présentant un trou central laissé par l'ovipositeur, au cours de l'examen attentif des sachets protecteurs pour évaluer l'intensité des attaques de la cératite sur une de mes récoltes de figues. Voir photographie ci-après.
 

Cératite : trace de latex circulaire sur un sachet protecteur en organza, avec trou central laissé par l'ovipositeur

Cératite : trace de latex circulaire sur un sachet protecteur en organza, avec trou central laissé par l'ovipositeur

 

EFFICACITÉ  CONTRE LA TEIGNE DU FIGUIER

 

LES TROIS CAS D'ATTAQUE SUR FIGUES

La teigne du Figuier (Choreutis nemorana Hübner) est un petit papillon marron. Ce n'est pas lui qui provoque des dégâts sur la figue, mais sa chenille, quand elle se positionne à l'aisselle du jeune fruit immature. Les dégâts se situent généralement très près du pédoncule de la figue.

Le plus souvent, la chenille tisse son cocon entre la jeune figue et le pétiole de la feuille accompagnatrice de celle-ci (photographie ci-après).
 

Teigne du Figuier : cocon de la chenille tissé entre la jeune figue immature et le pétiole de la feuille

Teigne du Figuier : cocon de la chenille tissé entre la jeune figue immature et le pétiole de la feuille
 

La chenille peut aussi le tisser entre la figue et le bourgeon apical (photographies ci-après).
 

Teigne du Figuier : cocon de la chenille tissé entre la jeune figue immature et le bourgeon apical

Teigne du Figuier : cocon de la chenille tissé entre la jeune figue immature et le bourgeon apical

 

Teigne du Figuier : dégâts de la chenille sur la jeune figue immature (cocon et chenille enlevés).

Teigne du Figuier : dégâts de la chenille sur la jeune figue immature (cocon et chenille enlevés)
 

Et il lui arrive aussi de tisser son cocon entre la jeune figue et le rameau.
 

Teigne du Figuier : cocon de la chenille tissé entre la jeune figue immature et le rameau

Teigne du Figuier : cocon de la chenille tissé entre la jeune figue immature et le rameau

 

PROTECTION

Dans les trois cas précités de positionnement possible de la chenille, lorsque le sachet protecteur en organza est posé sur la figue, la chenille n'a plus accès à celle-ci. Etant souligné que le sachet protecteur ne doit contenir que la figue immature, donc ne doit jamais englober le bourgeon apical ou une feuille. Et étant indiqué que, dans de rares cas, la chenille a établi son cocon avant la pose du sachet (il suffit alors de l'éliminer avec le doigt au cours de la pose). 

Ainsi, on évite totalement la perte des figues qui ne survivent pas aux morsures de la chenille (chute à une taille minuscule, après avoir rougi), et la récolte est exempte de figues mûres qui ont survécu à ces morsures au stade immature, mais qui présentent de rebutantes traces d'attaques plus ou moin importantes (un trou, des déformations, des reliquats de cocon). Note : dans certains cas, ces figues  ont pourri à l'intérieur, mais le plus souvent ce n'est pas le cas et on peut alors les manger en enlevant la zone altérée par la chenille. Elles ne sont toutefois pas commercialisables.

L'efficacité contre les dégâts sur fruits de la teigne du Figuier est donc de 100 %. Mais ce ravageur continue, bien évidemment, son action néfaste au niveau des feuilles du Figuier.

 

OBSERVATION PARTICULIÈRE

En 2021, parmi les figues mûres de la variété unifère Col de Dame Noire récoltées avec leurs sachets protecteurs, j'ai trouvé une chenille vivante de teigne du Figuier. Elle se trouvait dans le repli extérieur d'un sachet, et n'avait pas pu avoir accès à la figue (photographies ci-après). 
 

Chenille de la teigne du Figuier vivante, entre les replis d'un sachet protecteur d'une figue mûre récoltée

Chenille de la teigne du Figuier vivante, entre les replis d'un sachet protecteur d'une figue mûre récoltée

 

Chenille de la teigne du Figuier vivante, trouvée dans les replis d'un sachet protecteur en organza

Chenille de la teigne du Figuier vivante, trouvée dans les replis d'un sachet protecteur en organza récolté avec la figue mûre
(tête vers le bas de la photographie)

 

EFFICACITÉ  CONTRE LES COCHENILLES

 

Au cours de l'été 2021, la deuxième récolte de mon figuier de la variété Grise de la Saint-Jean est parvenue à maturité en totalité, grâce à l'ensachage individuel des figues immatures avec des sachets en organza que j'avais réalisé (environ 400 figues).

C'est alors que ce figuier a essuyé une attaque très sévère de cochenilles farineuses, sur fruits uniquement, qui a débuté au moment de la véraison et qui est montée rapidement en puissance au cours de la période de récolte. C'était la première fois que ce type de ravageurs se manifestait sur ce figuier âgé d'une trentaine d'années. Les figues fleurs de la même année avait été également préservée en totalité des attaques de Silba adipata McAlpine grâce à un ensachage individuel minutieux des figues immatures, et je n'avais détecté aucune présence de cochenilles, ni avant, ni pendant leur récolte.

Les cochenilles farineuses constituent la famille des Pseudococcidae. Elles sécrètent de la cire poudreuse et blanche qui recouvre leur corps, d'où leur nom. En l'état de la documentation taxonomique de cette famille (très peu d'informations, peu accessibles), je n'ai pas pu déterminer à quelle espèce (ou à quelles espèces) appartiennent les cochenilles farineuses qui ont infesté mes figues. En tout état de cause, il ne faut pas confondre ces cochenilles farineuses avec le céroplaste du Figuier (Ceroplastes rusci L.), cochenille que je connais bien et qui ne s'est jamais montrée très active sur mes figuiers.

Les premiers symptômes visibles de l'infestation ont été la coloration en noir du sachet protecteur au niveau de la zone d'attache sur la figue (liens de serrage), et la forte fréquentation de certaines figues par des fourmis (toutes les figues étaient ensachées).

L'explication était simple : les cochenilles suçent la sève pour se nourrir, et elles excrètent un miellat collant qui favorise le développement de la fumagine (champignon noir). De nombreuses fourmis viennent se nourrir de ce miellat sucré.
 

Cochenilles farineuses : figues mûres récoltées dans leur sachet protecteur recouvert de fumagine dans la zone de serrage

Cochenilles farineuses : figues mûres récoltées dans leur sachet protecteur recouvert de fumagine dans la zone de serrage
 

En examinant attentivement les sachets de protection contenant une figue mûre, j'ai observé ce qui m'a paru être une attaque de cochenilles farineuses circonscrite grâce au rôle protecteur des sachets en organza.

Pour les figues dont le sachet protecteur était bien en place, j'ai constaté la présence d'une poudre blanche se limitant à la partie du pédoncule ou du col de la figue située à l'extérieur du sachet.
 

Cochenilles farineuses : attaques légères sur partie du pédoncule ou du col de la figue hors sachet en organza

Cochenilles farineuses : attaques légères sur partie du pédoncule ou du col de la figue hors sachet en organza
 (figues mûres et figue séchée sur l'arbre ; variété Grise de la Saint-Jean, deuxième récolte)
 

Pour les figues dont le sachet avait glissé car desserré par le vent, ou pour lesquelles j'avais posé le sachet trop haut, j'ai observé sur la zone découverte de celles-ci la présence d'œufs, de larves, et de femelles adultes (étant précisé que le mâle adulte est ailé, et ne participe pas directement à l'infestation).
 

Cochenilles farineuses sur la partie du col d'une figue mûre non couverte par le sachet en organza

Cochenilles farineuses sur la partie du col d'une figue mûre non couverte par le sachet en organza

 

Cochenilles farineuses sur la partie du col d'une figue mûre non couverte par le sachet en organza

Cochenilles farineuses sur la partie du col d'une figue mûre non couverte par le sachet en organza

 

Cochenilles farineuses sur le col d'une  figue mûre (variété Grise de la Saint-Jean)

Cochenilles farineuses sur le col d'une  figue mûre (variété Grise de la Saint-Jean)
 

J'ai alors pensé que dans les deux cas le sachet en organza protégeait des cochenilles farineuses la partie de la figue mûre située au-delà des liens de serrage.

Mais au fur et à mesure que la saison avançait, j'ai observé la pullulation des cochenilles farineuses, entraînant la présence importante de celles-ci sur la quasi-totalité de la surface de toutes les figues.

Pour la plupart des figues, l'infestation de cochenilles farineuses a commencé alors que la figue était encore verte.
 

Cochenilles farineuses : attaque sévère sur une figue encore verte.

Cochenilles farineuses : attaque sévère sur une figue encore verte
(variété Grise de la Saint-Jean, deuxième récolte)
 

J'ai même réalisé une observation curieuse sur une figue verte : l'agglutination de femelles adultes autour d'une zone décolorée, dont je n'ai pas pu déterminer la nature, ni l'origine. Le sachet était déplacé au milieu de la figue, et je l'ai fait glisser complètement afin de réaliser la photographie ci-après.
 

Cochenilles farineuses : agglutination d'adultes femelles autour d'une zone décolorée, sur une figue encore verte

Cochenilles farineuses : agglutination d'adultes femelles autour d'une zone décolorée, sur une figue encore verte
 

Les degrés d'infestation étaient variables d'une figue à l'autre, mais toujours significatifs.
 

Cochenilles farineuses : attaque sévère sur une figue mûre

Cochenilles farineuses : attaque sévère sur une figue mûre
(variété Grise de la Saint-Jean, deuxième récolte)

 

Cochenilles farineuses : attaque tès sévère sur la totalité d'une figue presque mûre

Cochenilles farineuses : attaque très sévère sur la totalité d'une figue presque mûre
(variété Grise de la Saint-Jean, deuxième récolte)

 

Cochenilles farineuses : larve et adulte femelle sur figue mûre

Cochenilles farineuses : larve et adulte femelle sur figue mûre
(noter les deux antennes)
 

J'ai dû me rendre à l'évidence d'une protection nulle des sachets en organza contre l'infestation des figues par les cochenilles farineuses. Je me suis même demandé si le sachet n'engendrait pas un micro-effet de serre favorable à la pullulation du ravageur.

En tout état de cause, les sachets en organza ne sont pas à l'origine de cette infestation : la récolte de figues fleurs du même arbre (également entièrement ensachée) a été indemne de cochenilles ; il en a été de même pour les récoltes des figuiers unifères Bellone et Col de Dame Noire (figues ensachées en totalité), dont les ramures sont situées à 2 m de part et d'autre de celle du figuier Grise de la Saint-Jean, objet de la très sévère attaque de cochenilles farineuses.

 

EFFICACITÉ CONTRE LES PIES

 

Les sachets en organza, posés sur les figues immatures uniquement, ne protègent pas les figues contre l'attaque des pies lorsqu'elles sont parvenues à maturité. Celles-ci percent le sachet à coups de bec, et parviennent à altérer fortement la figue. Souvent, la figue mûre attaquée chute au sol dans son sachet.
 

Dégâts d'une pie sur figue mûre à l'intérieur d'un sachet en organza (troué par les coups de bec

Dégâts d'une pie sur figue mûre à l'intérieur d'un sachet en organza (troué par les coups de bec)
 

Le sachet troué n'est, bien entendu, plus réutilisable en l'état.
 

Sachet en organza troué par les coups de bec d'une pie (période des figues mûres)

Sachet en organza troué par les coups de bec d'une pie (période des figues mûres)

 

Trou de coup de bec d'une pie sur sachet en organza (la figue a mûri)

Trou de coup de bec d'une pie sur sachet en organza (la figue a mûri)
 

J'ai remarqué que les sachets protecteurs de couleur blanche que je pose n'attirent pas particulièrement les pies. Les attaques de celles-ci ne sont pas plus élévées que sur des figues à l'air libre, non protégées.

Il me semble même qu'elles sont un peu plus faibles, mais je n'ai pas réalisé d'expérimentations chiffrées, les dégâts de pies ayant toujours été faibles (moins de 5 % de la récolte) dans mon jardin. Dans le cas d'attaques d'oiseaux plus importantes (dégâts des geais, par exemple), la pose de sachets en organza de couleur verte pourrait être essayée. Peut-être que ce leurre pourrait fonctionner avec ces ravageurs qui n'attaquent pas les fruits lorsqu'ils sont encore verts.

 

ATTAQUES DE RATS DES CHAMPS

 

Contribution de Marc SCHAISON, collectionneur de figuiers à Draguignan (Var).
 

Lors de la saison 2022, j'ai posé des sachets en organza sur plusieurs centaines de figues immatures (de 1 cm de diamètre) réparties sur plusieurs figuiers de ma collection, dans l'objectif d'expérimenter ce moyen de lutte contre Silba adipata McAlpine (les sachets empêchant le ravageur de pondre dans l'ostiole des figues). L'opération fut une réusite (la totalité des figues ensachées a été sauvegardée), mais j'ai réalisé au cours de celle-ci une curieuse observation.

Au tout début de la saison, j'ai posé quelques dizaines de sachets en organza sur des figues fleurs, et, quelques jours après, j'ai constaté avec surprise qu'une grande partie des sachets avait disparu. Mais j'ai remarqué la présence systématique d’un bout de pédoncule rongé à la place de la figue ensachée. J'ai alors soupçonné l'œuvre de rongeurs, vraisemblablement des rats des champs, emportant les sachets en organza avec la figue immature à l'intérieur après avoir sectionné le pédoncule de celle-ci.
 

Sectionnement par un rat des champs d'un pédoncule de figue immature ensachée.

Sectionnement par un rat des champs d'un pédoncule de figue immature ensachée
Crédit : Marc SCHAISON
 

De rares sachets laissés sur place avec la figue encore à l’intérieur montraient des déchirures sur le côté.
 

Sachet en organza déchiré, abandonné au sol par un rat des champs.

Sachet en organza déchiré, abandonné au sol par un rat des champs avec la figue immature qu'il contient
Crédit : Marc SCHAISON 
 

J'ai posé des pièges au pied des figuiers faisant l'objet des attaques. J'ai dû attendre plusieurs jours avant de capturer un rat des champs. Je n'ai pas su déterminer de quelle espèce il s'agissait (Rattus rattus L. ?).
 

Rat des champs capturé au pied d'un figuier dont il attaquait les figues immatures ensachées.

Rat des champs capturé au pied d'un figuier dont il attaquait les figues immatures ensachées
Crédit : Marc SCHAISON
 

Les dégâts persistant, j'ai renouvelé la pose des pièges, et ai capturé un second rat des champs. A l'issue de cette capture, les attaques sur figues immatures ensachées ont cessé complètement.

Je pense que les sachets en organza de couleur blanche ont eu un rôle attractif pour les deux rats des champs. En effet, je n'ai jamais constaté auparavant d'attaques de figues par les rats des champs, ou tout autre rongeur. Et, la saison des attaques, j'ai remarqué que celles-ci n'ont porté que sur des figues ensachées. Je n'ai constaté aucun sectionnement de pédoncule sur les figues non ensachées.

Cela peut être relevé comme un inconvénient du procédé d'ensachage individuel des figues contre Silba adipata McAlpine. Mais cet inconvénient doit être relativisé. Le rat des champs est inconnu dans la plus grande partie des jardins ou vergers de particuliers. Et il peut être régulé par divers moyens dans le cas où il se manifeste. En outre, je me demande si des sachets d'une autre couleur, notamment verte, auraient été attractifs.

 

 

Retour au début de la page Début page   Retour au sommaire Sommaire