Silba adipata McAlpine

Présentation      Biologie      Mode de vie      Infestation      Moyens de lutte

 


Accueil > Moyens de lutte > Ensachage indiduel des figues immatures.

 

Auteur : François DROUET
Photographies : François DROUET

(sauf indications)
Tous droits réservés 

 

 

Ensachage individuel des figues immatures

 

Principe, modalités

 

 

 

Ce procédé de lutte concerne la culture du figuier par les amateurs. Pour les professionnels, il engendre un coût de main d'œuvre prohibitif, mais je laisse y réfléchir ceux d'entre eux qui pratiquent la culture en mode biologique sur des surfaces peu importantes.

Je détaille ci-après les modalités de l'ensachage individuel des figues, selon le plan suivant : principe, les sachets en organza, modalités de mise en œuvre.

 

PRINCIPE

 

L'ensachage des figues immatures empêche Silba adipata McAlpine de déposer ses œufs sous les écailles ostiolaires, ou dans le canal ostiolaire, de la figue immature.
 

Silba adipata McAlpine pondant sous les écailles ostiolaires d'une figue immature de très petite taille.

Silba adipata McAlpine pondant sous les écailles ostiolaires d'une figue immature de très petite taille
(noter la différence de taille entre les deux figues immatures)
 

Deux types d'ensachage peuvent être envisagés : l'ensachage de la partie terminale du rameau, où se situent les groupes de figues à protéger, ou le sachet individuel posé sur chacune des figues.

Compte tenu du mode de fructification du figuier, qui fait naître les figues au fur et à mesure de l'allongement de la partie supérieure du rameau, l'ensachage de groupes de figues semble engendrer des difficultés. Le volume de l'ensachage rend problématique sa résistance aux vents violents, même si celui-ci peut être réduit par une préparation du rameau à ensacher (taille de certaines feuilles).

Le sachet individuel exige un soin particulier au niveau du système de fermeture, avec fixation au col de la figue (ou au pédoncule de la figue pour certaines variétés).

La protection des groupes de figues immatures portés à l'extrémité des rameaux de l'année avec des sacs en organza de grandes dimensions, ou du voile d'organza lié au rameau, donne de bons résultats (si l'on coupe certaines feuilles), selon Reuben CHETCUTI, qui l'utilise à Malte, comme l'un de ses amis en Israël.
 

Protection d'un groupe de figues contre Silba adipata McAlpine avec de l'organza

Protection d'un groupe de figues contre Silba adipata McAlpine avec de l'organza
Crédit : Reuben CHETCUTI
 

Mais je n'ai jamais été motivé pour essayer ce procédé, qui me semble moins pratique que l'ensachage individuel des figues (peut-être à tort...).

J'ai porté ma préférence sur la pose de sachets individuels en organza, qui, selon mes tests, requiert un temps de traitement tout à fait acceptable en verger d'amateur.

Une des raisons de mon choix est que si les figues sont protégées collectivement, la récolte s'avère plus lente et plus pénible. La maturité est échelonnée sur chacun des rameaux, et la protection doit être largement ouverte puis refermée (ou retirée et remise en place, s'il s'agit d'un sac) à de nombreuses reprises.
 

Ensachage individuel des figues immatures contre Silba adipata McAlpine (sachets en organza)

Ensachage individuel des figues immatures contre Silba adipata McAlpine (sachets en organza)

 

LES SACHETS EN ORGANZA

 

MATIÈRE

Il ne s'agit d'ensacher les figues avec une matière opaque, car celle-ci ne permet pas de connaître le niveau de maturité des figues, et ne laisse pas passer le soleil. La technique employée pour les pommes et les poires consistant à ouvrir le sac opaque quinze jours avant la récolte pour que le fruit se colore correctement est inadaptée pour la figue, à maturité très échelonnée sur le même arbre. De plus, ce procédé permettrait à la mouche noire du Figuier d'attaquer les figues immatures encore sur l'arbre.

L'idéal est l'utilisation de sachets à maille fine, laissant pénétrer l'air et le soleil, mais interdisant à la femelle pondeuse de pénétrer dans le sachet. L'objectif du matériau choisi n'est pas d'éviter que l'ovipositeur ne puisse passer au travers grâce à une maille assez fine, mais de garder la femelle pondeuse loin de l'ostiole grâce à une certaine rigidité, empêchant ainsi qu'elle n'y ponde. L'organza (organdi) satisfait à l'ensemble de ces spécifications.

 

TAILLE

Le sachet doit évidemment être assez gros pour permettre l'accroissement maximal de la figue, même si la pose s'effectue sur de toutes petites figues de diamètre 1 cm (le diamètre minimal que j'ai mesuré pour une figue attaquée par Silba adipata McAlpine est 1,1 cm).

J'ai retenu deux modèles de sachets : l'un de dimensions 7 x 10 cm,  pour les figues de petite et moyenne taille ; l'autre de dimensions 8 x 12 cm pour les figues de grande taille.

En 2022, Marc SCHAISON, collectionneur de figuiers à Draguignan (Var), et contributeur au présent site Internet, a testé sur les figues les plus grosses de sa collection des sachets de dimensions 10 x 15 cm. A l'issue du test, il préconise de ne pas utiliser des sachets de ces dimensions, qu'il trouve peu pratiques, et de s'en tenir à des sachets de dimensions 8 X 12 cm même pour les figues de très grande taille.

 

SYSTÈME DE FERMETURE

Le système de fermeture des sachets est un point très important. Il convient d'utiliser des sachets avec fermeture intégrée (cousue) à deux liens de serrage coulissants, sachant que ceux-ci doivent être en satin plat. Une fermeture avec cordonnets coulissants épaissit la partie du sachet qui doit être insérée entre la figue et le pétiole de la feuille qui l'accompagne, ou le bourgeon apical. Ce qui rend la pose du sachet beaucoup plus malaisée (notamment dans le cas de figues se touchant presque du fait d'entre-nœuds très courts). Selon mes mesures, le cou de la figue présente un diamètre d'environ 5 mm lorsque la figue immature atteint la taille à partir de laquelle elle peut être attaquée par Silba adipata McAlpine (environ 1 cm de diamètre).

Le système à liens coulissants satisfait au critère de solidité (pose et tenue sur l'arbre). Lors de la pose, un à deux sachets sur 100 seulement présentent un défaut de couture ou de solidité des liens de fermeture, qui entraîne leur élimination.

Selon ma pratique sur des figues de petite et moyenne taille, la fermeture par les deux liens coulissants serrés autour du pédoncule ou du cou de la figue ne constitue pas une entrave au bon développement de celle-ci. Même si j'observe sur certaines figues mûres une déformation dans la partie haute (de faible ampleur, et repérable seulement par un œil averti). En 2022, ce point a été testé, avec les mêmes conclusions positives, sur des figues de grande taille par Marc SCHAISON, collectionneur de figuiers à Draguignan (Var) et contributeur au présent site Internet.

 

RÉSISTANCE AUX INTEMPÉRIES

En 2021, j'ai ensaché individuellement plusieurs dizaines de figues immatures de chacun de mes trois figuiers (variété bifère Grise de la Saint-Jean, variétés unifères Bellone et Col de Dame Noire). Je n'ai pu procéder à l'ensachage qu'après la phase d'attaques intenses de Silba adipata McAlpine sur chacun des figuiers, car j'avais prévu des observations et expérimentations au cours de celle-ci. De ce fait, le test n'a pas permis d'évaluer le taux de protection du procédé contre le ravageur, mais il était destiné à vérifier la résistance des sachets aux intempéries.

Il a montré que les deux modèles de sachets en organza retenus satisfont aux critères de résistance au soleil, à la pluie (pas de déformation), et aux vents forts (pas de chute de sachets). Le comportement satisfaisant des sachets en organza par rapport aux intempéries a été confirmé en 2022, saison au cours de laquelle j'ai ensaché individuellement la totalité des figues des quatre récoltes de mes trois figuiers.

 

RIGIDITÉ

Le test précité a permis également de constater la permanence de la rigidité des sachets au cours de la saison, facteur essentiel pour éviter que la femelle pondeuse n'atteigne l'ostiole lorsque qu'elle se pose sur ceux-ci. Point également confirmé par mes ensachages généralisés en 2022. 
 

Ensachage individuel des figues contre Silba adipata McAlpine : sachets en organza

Ensachage individuel des figues contre Silba adipata McAlpine : sachets en organza

 

Protection contre Silba adipata McAlpine : figue ayant mûri en sachet individuel en organza

Protection contre Silba adipata McAlpine : figue ayant mûri en sachet individuel en organza

 

RÉUTILISATION

Compte tenu de leur état après récolte des figues mûres (détachées avec leur sachet protecteur), les sachets en organza semblent pouvoir être utilisés plusieurs saisons. Les sachets utilisés lors du test de 2021 ont été réutilisés pour la préservation des récoltes de figues en 2022, et, à l'issue de cette nouvelle saison, ils étaient encore réutilisables.
 

Figues s'étant développées et ayant mûri protégées contre Silba adipata McAlpine par un sachet en organza.

Figues s'étant développées et ayant mûri protégées contre Silba adipata McAlpine par un sachet en organza
(variété unifère 'Bellone')

 

MODALITÉS DE MISE EN ŒUVRE

 

DÉCLENCHEMENT DE LA POSE DES SACHETS

Il ne s'agit pas de déclencher la pose des sachets de protection en organza à une date donnée.

Pour agir efficacement contre Silba adipata McAlpine, il faut agir avec précision en fonction du comportement des femelles pondeuses. Il faut donc prendre uniquement en considération l'atteinte par les figues du diamètre à partir duquel Silba adipata McAlpine peut les attaquer (diamètre critique). Sachant que la date d'atteinte du diamètre critique varie selon la variété et l'emplacement de l'arbre, et, pour le même arbre, d'une année sur l'autre en fonction des conditions climatiques.

Le diamètre de la figue qui doit déclencher l'ensachage est de 1 cm.

Compte tenu que la figue de plus petite taille pour laquelle j'ai observé directement une ponte avait un diamètre de 1,1 cm. Et que, selon mes mesures, pour la variété 'Bellone', environ 40 % des attaques de Silba adipata McAlpine surviennent sur des figues immatures d'un diamètre variant ente 1,1 et 1,4 cm.

En pratique, je commence l'ensachage quand les cinq plus grosses figues sur l'arbre ont atteint le diamètre critique (comme je le fais pour lancer la campagne d'observation des pontes sur un figuier donné). En utilisant, bien sûr, un pied à coulisse pour mesurer exactement le diamètre des figues (le sycone n'étant pas une sphère régulière, je mesure habituellement le plus grand de ses diamètres).

Et j'inclus dans le premier lot de figues ensachées toutes celles dont le col est suffisamment individualisé. L'expérience montre que c'est le cas pour des figues de 0,8 cm et 0,9 cm de diamètre.
 

Figues fleurs Grise de la Saint-Jean ensachées individuellement contre Silba adipata McAlpine

Figues fleurs Grise de la Saint-Jean ensachées individuellement contre Silba adipata McAlpine
(noter que les feuilles ne sont pas encore développées)

 

Figues fleurs Grise de la Saint-Jean ensachées individuellement contre Silba adipata McAlpine

Figues fleurs Grise de la Saint-Jean ensachées individuellement contre Silba adipata McAlpine

 

Figues fleurs Grise de la Saint-Jean ensachées individuellement contre Silba adipata McAlpine

Figues fleurs Grise de la Saint-Jean ensachées individuellement contre Silba adipata McAlpine

 

MODE OPÉRATOIRE

Il faut commencer par retourner à l'intérieur du sachet sur un côté la collerette du haut de celui-ci, afin de disposer d'un côté plus fin à insérer entre la figue et, selon les cas, le rameau (figue fleur), le pétiole de la feuille accompagnatrice, ou le bourgeon apical.
 

Sachet en organza avec collerette retournée à l'intérieur sur un côté seulemen

Sachet en organza avec collerette retournée à l'intérieur sur un côté seulement
 

Pour poser le sachet sur la figue, il faut le tenir pincé entre le pouce et l'index aux deux extrémités de l'ouverture. Selon la position de la figue sur le rameau, son orientation, et l'endroit choisi pour l'insertion du côté le plus fin (celui avec la collerette retournée à l'intérieur), les deux pouces sont à l'extérieur ou à l'intérieur du sachet.

Le sachet ne doit contenir que la figue immature; il faut conserver à l'extérieur du sachet la feuille naissante et le bourgeon apical qui peuvent jouxter la figue selon les cas.

Avant de présenter le sachet sur la figue, il faut veiller à que les deux liens de serrage coulissants soient bien dégagés de part et d'autre de l'ouverture du sachet, de façon à ce qu'une fois le sachet posé, pendant que l'on maintient celui-ci dans sa position d'insertion avec le pouce et l'index des deux mains, on puisse les retrouver sans difficultés avec les autres doigts. Si les liens de serrage sont retournés sur eux-mêmes, il est impossibble de les saisir dans les cas de pose difficile.

Et si l'on pense qu'il suffit ensuite de coiffer la figue avec le sachet et de resserrer les liens de fermeture, on se trompe et le sachet est mal positionné, sauf dans les cas vraiment très faciles.

C'est pourquoi je détaille ci-après la procédure de pose du sachet en trois temps, qu'il faut veiller à bien décomposer.

En premier lieu, insertion du côté fin du sachet; en coiffant la figue, jusqu'à ce qu'il bute sur le rameau, au point de départ du pédoncule de la figue ; il ne faut pas hésiter à forcer si besoin, notamment lorsque la figue est quasi contigüe au bourgeon apical, ou à d'autres figues, elles-mêmes ensachées. Puis, positionnement de l'autre côté du sachet sur l'autre côté de la figue, jusqu'à sa butée sur le rameau, au point de départ du pédoncule ; cela provoque la remontée du côté du sachet par lequel on a commencé, dont on doit donc maintenir le bas contre le rameau. Enfin, il faut resserrer les deux liens coulissants pour fermer le sachet, en veillant à tirer en un même mouvement dans la direction qui permet d'écraser le haut du sachet contre le rameau, afin d'effectuer la fermeture au ras du rameau.

Les liens coulissants doivent être assez serrés pour empêcher le vent de déplacer le sachet sur la figue, mais pas trop, pour ne pas provoquer une chute physiologique de la figue. En particulier, il faut prohiber le coup sec avec les deux liens une fois le sachet fermé.

 

TEMPS DE TRAITEMENT

La première idée qui vient à l'esprit en entendant "ensachage" pour les figues est qu'il s'agit d'un travail important, difficile à mettre en œuvre. C'est le cas pour les professionnels cultivant plusieurs hectares, mais il n'en est rien pour les amateurs qui possèdent un nombre restreint de figuiers.

Particulièrement lorsque les arbres sont conduits en touffe - ou en gobelet très ouvert sur tronc bas - de 3,5 m de hauteur, et que l'on circule assez rapidement autour de ceux-ci. La meilleure configuration est le figuier conduit de façon à ce que tous les fruits soient accessibles à partir du sol, soit directement, soit en tirant vers soi les rameaux souples avec l'instrument traditionnel du sud, un crochet de fer fixé au bout d'une canne de Provence. Dans le cas où le figuier est conduit en hauteur, on peut choisir de ne traiter que les figues situées entre le sol et la hauteur de 3 à 4 m.

Les chronométrages de l'ensachement individuel de plusieurs centaines de figues en plusieurs lots (sur des arbres de variétés différentes) montrent, qu'en travaillant à vitesse normale, je suis en capacité d'ensacher individuellement 80 figues en 1 heure (productivité moyenne pour le traitement de la totalité des figues, faciles et difficiles d'accès, portées par le même arbre de 4 m de haut, ensachéees depuis le sol sans recours à l'échelle, mais à l'aide d'une canne de Provence avec crochet dans certains cas).

Cela permet de sauvegarder en 5 h de travail la totalité d'un figuier portant 400 figues, ce qui constitue une récolte importante pour un seul figuier à récolte piétonne. Ce temps de traitement est tout à fait acceptable en jardin d'amateur, d'autant plus que, compte tenu du mode de fructification du figuier, la charge de travail est répartie sur quelques jours.

Note.

Pour traiter la totalité d'un arbre de 3 à 4 mètres de haut, il faut prendre en compte les mouvements autour de l'arbre et les manipulations de branches, ainsi que diverses difficultés de pose des sachets. Les trois principales d'entre elles sont : les figues en hauteur ou dans le centre de l'arbre, qui nécessitent de ramener la branche vers soi et de maintenir celle-ci d'une main, que l'on utilise aussi pour l'ensachage ; les figues groupées de façon serrée car les entre-nœuds sont pratiquement inexistants ; les figues terminales du rameau qui sont collées au bourgeon apical, entre lequel et la figue il faut insérer le sachet.

 

OPTIMISATION DU TEMPS DE TRAITEMENT

On peut optimiser le temps de traitement de façon significative, si l'on prend l'option (sur plusieurs figuiers, par exemple) de ne traiter que les figues bien placées : celles d'accès facile (qui ne nécessitent pas de se contorsionner, de se pencher vers le centre de l'arbre, de faire des efforts en hauteur, de ramener le rameau vers soi), et qui sont isolées, ou dans un groupe de faible nombre et bien dégagées par rapport au rameau.

Pour ensacher une figue d'accès facile, et isolée ou dégagée par rapport au rameau, le temps est inférieur à dix secondes. Ce qui peut faire espérer un traitement de 6 figues par minute, soit 360 figues à l'heure. Mais il faut naturellement prévoir le réapprovisionnement en sachets (15 sachets à plat dans chaque poche, et caissette avec les sachets en attente près du figuier pour se réapprovisionner tous les 30 sachets). On peut alors traiter 300 figues en 1 heure.

Selon mes chronométrages, le procédé de réapprovisionnement précité, qui est celui que  je pratique, génère une perte de temps, en raison de la fréquence élevée des réapprovisionnements (toutes les 30 figues). Je pense, sans l'avoir testé, que si l'on garde un panier rempli de sachets attaché en travers de la poitrine, on devrait améliorer la productivité, car on n'a plus à se déplacer vers la caissette de sachets, ni à positionner à plat les lots de 15 sachets avant de les mettre dans les poches.

 

ENLÈVEMENT DES SACHETS

Selon mes observations, la figue parvient parfaitement à maturité dans son sachet protecteur. Il convient alors de la récolter avec son sachet protecteur, de la même façon que si elle n'en avait pas. Au cours de la récolte, le sachet en organza n'entrave pas l'appréciation de la coloration de la figue, ni l'évaluation éventuelle de son degré d'amollissement par le toucher.
 

Figues fleurs Grise de la Saint-Jean récoltées avec leur sachet protecteur contre Silba adipata McAlpine

Figues fleurs Grise de la Saint-Jean récoltées avec leur sachet protecteur contre Silba adipata McAlpine
 

L'extraction de la figue du sachet peut se réaliser une fois la récolte à l'abri. Il s'agit d'une opération rapide, qui s'effectue par desserrage des liens du sachet sans soulever de difficultés particulières, et qui laisse les sachets intacts pour réutilisation.

L'aspect des figues est identique à celui qu'auraient celles-ci si elles n'avaient pas été ensachées. Il en est de même pour leur taille.
 

Figues fleurs Grise de la Saint-Jean dont le sachet protecteur contre Silba adipat McAlpine a été ôté après récolte.

Figues fleurs Grise de la Saint-Jean dont le sachet protecteur contre Silba adipat McAlpine a été ôté après récolte

 

EFFICACITÉ DU PROCÉDÉ

L'année 2022, j'ai ensaché individuellement les figues immatures des deux récoltes de mon figuier de la variété bifère Grise de la Saint-Jean, et celles de mes figuiers des variétés unifères Bellone et Col de Dame Noire (au total, environ 900 figues). J'avais testé toutes les contraintes techniques et défini le mode opératoire en 2021.

J'ai constaté qu'aucune de ces figues n'a été attaquée par Silba adipata McAlpine, toutes ensachées alors qu'elles présentaient un diamètre de 1 cm ou légèrement moins, sachant que les pertes de récolte étaient jusqu'alors d'au moins 50 % par figuier, et jusqu'à 98 % pour le figuier Bellone.

Je puis donc assurer que le procédé est efficace à 100 % (à la condition impérative de pratiquer l'ensachage avant que la figue ne dépasse le diamètre de 1 cm).

C'est également ce qui ressort d'une expérimentation menée la même année par Marc SCHAISON, collectionneur de figuiers à Draguignan et contributeur au présent site Internet. Celui-ci a ensaché individuellement (sachets en organza) plusieurs centaines de figues sur divers figuiers, en choisissant les variétés les plus fortement attaquées de façon régulière par Silba adipata McAlpine. Il n'a constaté aucune attaque de ce ravageur sur les figues immatures ensachées, alors que, pour toutes les variétés incluses dans le test, la partie de la récolte non ensachée a subi des dégâts importants.

Je rapporte dans un chapitre spécifique mes observations relatives au degré d'efficacité contre d'autres ravageurs de l'ensachage individuel des figues immatures mis en œuvre contre Silba adipata McAlpine. Etant souligné que j'ai constaté que l'ensachage individuel avec des sachets en organza ne permet pas de protéger les figues des attaques de la cératite (mouche méditerranéenne des fruits, Ceratitis capitata Wiedemann), une fois qu'elles sont parvenues à maturité (voir détails dans le chapitre précité).

 

CAS DES VARIETÉS DE FIGUES REQUÉRANT LA POLLINISATION

Pour les variétés de figues de type Smyrne ou San Pedro, l'ensachage des figues interdit au blastophage (Blastophaga psenes L.) de pénétrer dans la figue et de procéder à la pollinisation.

Toutefois, en France, ce type de figues ne se trouve que dans les vergers de collectionneurs. A l'exception de 'Dauphine', de type San Pedro (donc pour laquelle seule la deuxième récolte est concernée), les cultivars de figues commerciaux et les trente variétés de figues d'amateur les plus plantées sont du type commun (parthénocarpique).

De plus, le blastophage est absent dans 75 % du territoire français, où il ne supporte pas les températures hivernales, alors que le figuier est cultivé dans les jardins et vergers d'amateurs dans pratiquement toutes les régions de France.

 

 

Retour au début de la page Début page   Retour au sommaire Sommaire