Silba adipata McAlpine

Présentation      Biologie      Mode de vie      Infestation      Moyens de lutte

 


Accueil > Mode de vie > Observation de l'attractivité du latex : création de points de suintement

 

Auteur : François DROUET
Photographies : François DROUET

(sauf indications)
Tous droits réservés 

 

 

Observation de l'attractivité du latex

 

Création de points de suintement de latex

 

 

 

Après avoir déterminé que l'arrachement de feuilles de figuier constitue un moyen très efficace d'attirer les mouches noires du Figuier pour les observer (en raison du latex suintant au niveau de la zone d'attache du pétiole arraché), j'ai expérimenté divers autres procédés sur le figuier dans le même objectif.

Ceux-ci se répartissent en deux catégories : la création de points de suintement de latex et la pose de latex.

Je rapporte ci-après mes expérimentations de création de points de suintement de latex de figuier, selon le plan suivant : arrachement de figue immature, taille de pétioles de feuilles de figuier, double découpe de figue immature, écorçage de rameau de figuier, écorçage de vieux bois de figuier.

Sachant que mes expérimentations de pose de latex sur les différentes parties du figuier font l'objet d'un chapitre spécifique.

 

ARRACHEMENT DE FIGUE IMMATURE

 

J'ai observé que lorsque je ramasse sur l'arbre une figue immature attaquée, un afflux de latex se produit au niveau de l'attache de la figue, à l'aisselle du pétiole de la feuille.

Et j'ai remarqué que la mouche noire du Figuier est attirée par ces points de suintement de latex.

Mouche de la figue consommant le latex suintant au point d'attache d'une figue immature (attaquée) arrachée

Mouche de la figue consommant le latex suintant au point d'attache d'une figue immature (attaquée) arrachée
(remarquer que le suintement de latex se produit à l'aisselle du pétiole d'une feuille)

 

Mouche de la figue consommant le latex suintant au point d'attache d'une figue immature (attaquée) arrachée

Mouche de la figue consommant le latex suintant au point d'attache d'une figue immature (attaquée) arrachée
(noter, en bas à droite, le pétiole de la feuille)

Mais j'ai noté qu'ils présentent une surface plus faible que celle des points de suintement de latex créés par l'arrachement de feuilles vertes et qu'ils sont donc moins fréquentés que ces derniers.

Pour les rendre plus attractifs, je dépose juste au-dessous d'eux le latex perlant (parfois de façon importante) du col de la figue immature ramassée, en frottant celui-ci contre le rameau.

Silba adipata McAlpine consommant le latex suintant au point d'attache d'une figue immature (attaquée) arrachée

Silba adipata McAlpine consommant le latex suintant au point d'attache d'une figue immature (attaquée) arrachée
(noter, à droite, le pétiole de la feuille)

 

Silba adipata McAlpine consommant le latex suintant au point d'attache d'une figue immature (attaquée) arrachée

Silba adipata McAlpine consommant le latex suintant au point d'attache d'une figue immature (attaquée) arrachée
(noter, à droite, le pétiole de la feuille ; grossissement : x 13 sur un écran de 18.5 ")

 

TAILLE DE PETIOLES DE FEUILLES DE FIGUIER

 

Pour dégager le champ photographique lors de l'observation de Silba adipata McAlpine en fin de saison 2019, j'ai taillé au sécateur le pétiole d'une feuille de figuier au lieu d'arracher la feuille comme je le fais habituellement. A ma relative surprise, j'ai observé un afflux de latex au niveau du point de coupe du pétiole.

A la réflexion, cela me parut logique compte tenu de l'abondante quantité de latex qui suinte sur le rameau au niveau des points d'attache des pétioles des feuilles de figuier arrachées, mais je n'y avais jamais pensé....

J'ai alors testé à de nombreuses reprises l'attractivité pour Silba adipata McAlpine des pétioles de feuilles de figuier taillés, toujours avec succès.

Silba adipata McAlpine consommant le latex suintant d'une coupe de pétiole de feuille de figuier

Silba adipata McAlpine consommant le latex suintant d'une coupe de pétiole de feuille de figuier

 

Silba adipata McAlpine consommant le latex suintant d'une coupe de pétiole de feuille de figuier

Silba adipata McAlpine consommant le latex suintant d'une coupe de pétiole de feuille de figuier
(grossissement : x 12,5 pour un écran de 18.5 ")

Le procédé de taille de pétioles de feuilles de figuier est très attractif pour Silba adipata McAlpine, mais celui de l'arrachement de feuilles de figuier l'est un peu plus parce qu'il génère une surface de suintement de latex plus importante (assez nettement, à l'échelle de la mouche).

Dans les deux cas, on peut augmenter l'attractivité du procédé en étalant au-dessous du point de suintement (zone d'arrachement ou zone de coupe) le latex perlant de la base du pétiole ou du morceau de pétiole détachés, en utilisant ceux-ci à la manière d'un pinceau.

 

DOUBLE DECOUPE DE FIGUE IMMATURE

 

En brisant des figues immatures attaquées lors de mes recherches de larves, j'ai constaté que l'intérieur de celles-ci est gluant et qu'après l'opération une forte odeur de latex demeure sur les doigts.

J'ai alors eu l'idée de mettre à nu l'intérieur de figues immatures infestées sans les détacher du rameau, en pratiquant avec le sécateur une double découpe (une verticale et une horizontale, contiguës ).

J'ai pu observer que ce dispositif est attractif pour Silba adipata Mcalpine, mais moins que l'arrachement d'une feuille de figuier (qui met à disposition une quantité de latex bien plus importante et bien plus concentrée).

Mouche noire du Figuier suçant le latex dans une figue immature infestée qui a été doublement découpée

Mouche noire du Figuier suçant le latex dans une figue immature infestée qui a été doublement découpée
(noter les traces brunâtres d'infestation dans l'infrutescence mise à nu)

 

Mouche noire du Figuier suçant le latex dans une figue immature infestée qui a été doublement découpée

Mouche noire du Figuier suçant le latex dans une figue immature infestée qui a été doublement découpée
(noter que l'épiderme de la figue immature infestée a viré au violet)

Il faut souligner que l'infrutescence mise à nu n'est pas mûre, donc est dépourvue de sucre. C'est le latex, contenu notamment au niveau du parenchyme blanchâtre situé sous l'épiderme, qui attire Silba adipata McAlpine.

 

ECORÇAGE DE RAMEAU DE FIGUIER

 

Ce procédé est notamment utile en tout début de printemps, lorsque le feuillage est peu développé et que les figues sont inexistantes ou minuscules.

Voici un exemple.

Le 29 mars 2020, vers 16 h, j'ai écorcé sur le dessus et sur un côté un rameau d'environ 30 cm de longueur (bois de un an et de deux ans), qui se situait à 1,50 m du sol en périphérie d'une touffe de la variété 'Bellone'. Cela a provoqué un suintement de latex à la surface du rameau, léger mais perceptible par l'odorat.

Rameau de figuier (bois de un an et de deux ans) écorcé pour attirer Silba adipata McAlpine

Rameau de figuier (bois de un an et de deux ans) écorcé pour attirer Silba adipata McAlpine
(le rameau n'a été écorcé que sur le dessus et un seul côté, pour faciliter les photographies des mouches)

Vers 16 h 15, deux individus de Silba adipata McAlpine ont fait leur apparition. Ils ont parcouru le rameau pendant un quart d'heure environ, puis ils ont disparu. Ils n'étaient pas revenus une demi-heure après, lorsque j'ai quitté mon poste d'observation.

Ainsi, pour la saison 2020, j'ai pu observer la première mouche noire du Figuier le 29 mars.

Silba adipata McAlpine attirée par le latex accessible après écorçage d'un rameau de figuier

Silba adipata McAlpine attirée par le latex accessible après écorçage d'un rameau de figuier

 

Silba adipata McAlpine attirée par le latex accessible après écorçage d'un rameau de figuier

Silba adipata McAlpine attirée par le latex accessible après écorçage d'un rameau de figuier
(noter que la mouche suce à la jonction de l'écorce et de l'aubier)

Dans la légende de  la photographie précédente, j'ai attiré l'attention sur l'endroit où suce la mouche de la figue : la zone entre l'écorce (marron) et l'aubier (blanc). Il s'agit du liber, étroite bande de couleur verdâtre dans laquelle circule la sève élaborée.

Ce n'est pas le hasard d'une photographie, les mouches noires ont sucé la zone du liber du rameau écorcé à plusieurs reprises et de façon prolongée.

Il s'agit d'ailleurs d'un comportement habituel de Silba adipata McAlpine, que j'ai observé souvent lorsqu'elle se pose sur la tranche de coupe des rameaux taillés de tous âges.

Silba adipata McAlpine suçant la zone du liber d'un rameau de figuier écorcé

Silba adipata McAlpine suçant la zone du liber d'un rameau de figuier écorcé

 

Silba adipata McAlpine suçant la zone du liber d'un rameau de figuier écorcé

Silba adipata McAlpine suçant la zone du liber d'un rameau de figuier écorcé

 

Silba adipata McAlpine suçant la zone du liber d'un rameau de figuier écorcé

Silba adipata McAlpine suçant la zone du liber d'un rameau de figuier écorcé

Mais il ne s'agit pas d'un comportement exclusif, les mouches noires déambulent également longuement sur l'aubier en suçant la surface de celui-ci.

Silba adipata McAlpine suçant l'aubier d'un rameau de figuier écorcé

Silba adipata McAlpine suçant l'aubier d'un rameau de figuier écorcé

 

Silba adipata McAlpine suçant l'aubier d'un rameau de figuier écorcé

Silba adipata McAlpine suçant l'aubier d'un rameau de figuier écorcé

 

ECORÇAGE DE VIEUX BOIS DE FIGUIER

 

Après avoir constaté l'attractivité des rameaux de figuier écorcés pour Silba adipata McAlpine, j'ai voulu tester l'écorçage de vieux bois de figuier.

Etant souligné que, selon mes observations, Silba adipata McAlpine ne se pose jamais sur le vieux bois gris (troncs uniques ou multiples, charpentières) et pratiquement jamais sur les bois gris de un an à trois ans constitutifs de la majorité des rameaux.

J'ai remarqué que Silba adipata McAlpine ne se pose directement sur un rameau qu'en période de figue mûres et qu'il s'agit alors d'un jeune rameau de l'année, au bois verdâtre ou marron.

Fin mars 2020, j'ai donc écorcé sur 10 cm le dessus et un côté de l'extrémité d'une tige âgée située à la périphérie de ma touffe de figuier de la variété 'Bellone'.

Tige âgée de touffe de figuier écorcée sur 10 cm à son extrémité pour attirer Silba adipata McAlpine

Tige âgée de touffe de figuier écorcée sur 10 cm à son extrémité pour attirer Silba adipata McAlpine
(l'écorçage n'a été réalisé que sur le dessus et sur un côté, pour faciliter l'observation et les photographies)

Je venais de tailler la tige assez courte parce qu'elle poussait de façon trop inclinée et la zone écorcée se trouvait à seulement 20 cm au-dessus du sol.

Malgré cette faible hauteur inhabituelle pour elle, une mouche noire du Figuier est venue assez rapidement se poser sur l'aubier mis à nu et y a séjourné pendant 10 minutes environ.

Silba adipata McAlpine suçant l'aubier d'une zone écorcée de vieux bois gris de figuier

Silba adipata McAlpine suçant l'aubier d'une zone écorcée de vieux bois gris de figuier

 

Silba adipata McAlpine suçant l'aubier d'une zone écorcée de vieux bois gris de figuier

Silba adipata McAlpine suçant l'aubier d'une zone écorcée de vieux bois gris de figuier

Au cours de son séjour sur la zone écorcée, la mouche noire a déambulé longuement en suçant l'aubier mais j'ai noté qu'elle s'est arrêtée plusieurs fois sur la zone du liber (comme je l'ai rapporté précédemment pour l'expérience d'écorçage réalisée sur un rameau de figuier constitué de bois de un an et deux ans).

 

 

Retour au début de la page Début page   Retour au sommaire Sommaire