Silba adipata McAlpine

Présentation      Biologie      Mode de vie      Infestation      Moyens de lutte

 


Accueil > Infestation > Capacité globale de ponte d'une mouche

 

Auteur : François DROUET
Photographies : François DROUET

(sauf indications)
Tous droits réservés 

 

 

Capacité globale de ponte

 

Nombre de pontes successives d'une femelle

sur un même figuier

 

 

 

Selon le plan suivant : observations antérieures aux miennes, campagne d'observation des pontes 2020, observation principale, autres observations, pluralité des pontes dans une même figue.

 

OBSERVATIONS ANTERIEURES AUX MIENNES

 

Rémi PÉCOUT, technicien à la Chambre d'agriculture du Var, qui assiste notamment les producteurs de figues de la région de Solliès-Pont (le plus important verger commercial de figuiers en France), m'a rapporté en 2016 une observation rare.

Il a observé qu'une même mouche noire du Figuier peut visiter successivement jusqu'à une vingtaine de figues dans un même figuier et pondre dans chacune d'entre elles.

Il souligne que cela constitue un facteur de nuisance considérable.

Ce comportement de ponte n'est pas rapporté par F. SILVESTRI dans son article majeur relatif à la mouche noire du Figuier.

Référence : SILVESTRI F., 1917, Sulla Lonchaea aristella Beck. (Diptera : Lonchaeidae) dannosa alle infiorescenze e fruttescenze del caprifico e del fico, Bollettino del Laboratorio di Zoologia Agraria in Portici, vol.12, pp. 123 -146.

Il n'est également pas rapporté par B. I. KATSOYANNOS, qui a étudié en 1981 et 1982 des populations importantes de mouches noires du Figuier dans l'île de Chios (Grèce).

Référence : KATSOYANNOS B. I., 1983, Field observations on the biology and behavior of the black fig fly Silba adipata McAlpine (Diptera, Lonchaeidae), and trapping experiments, Z. ang. Entomol. 95, pp. 471-476.

La très intéressante observation de Rémi PÉCOUT n'était pas documentée en 2016, du moins à ma connaissance. Après des recherches approfondies sur Internet en plusieurs langues, je n'ai trouvé aucune étude ou observation qui vienne la prolonger.

 

CAMPAGNE D'OBSERVATION DES PONTES 2020

 

Il est difficile de pouvoir observer une ponte de Silba adipata McAlpine. A fortiori d'observer la séquence des pontes successives dans un même figuier d'une femelle de l'espèce.

En 2020, quatre ans après avoir pris connaissance des observations de Rémi PÉCOUT, malgré l'observation de quelques pontes, je n'étais toujours pas parvenu à le faire au cours de mes nombreuses séances d'observation de Silba adipata McAlpine à des titres divers.

J'ai donc décidé de mener une campagne d'observation des pontes de Silba adipata McAlpine sur une touffe de figuier de la variété unifère 'Bellone', dans l'objectif de déterminer le nombre de figues attaquées successivement par une femelle dans un même figuier.

Un autre objectif principal étant d'établir le nombre de femelles pondeuses présentes simultanément ou successivement sur le figuier et plusieurs objectifs secondaires étant également définis.

Voir les détails de la campagne (objectifs, dates, durée, modalités, dispositif d'observation, décompte des pontes) au chapitre "Campagne d'observation des pontes 2020".

Silba adipata McAlpine : ponte (oviposition) dans une figue immature (variété 'Bellone')

Silba adipata McAlpine : ponte (oviposition) dans une figue immature (variété 'Bellone')

Au cours de cette campagne, j'ai pu réaliser une observation principale et deux autres observations qui confirment les observations de Rémi PÉCOUT.

Je rapporte ces observations ci-après, sachant que mes observations de nombre et de comportement des femelles pondeuses présentes sur le figuier sont intégrées dans le chapitre "Nuisance de la population de mouches d'un figuier".

 

OBSERVATION PRINCIPALE

 

SEQUENCE DE PONTES SUCCESSIVES

Le 2 juin 2020, lors de la seizième séance quotidienne d'observation, j'ai pu observer une longue séquence de pontes successives d'une femelle de Silba adipata McAlpine.

Conditions climatiques : ciel couvert avec belles éclaircies, temps chaud, vent moyen.

A 12 h 45, j'étais placé au bon endroit pour voir une mouche isolée venant de l’extérieur du figuier (orientation est) se poser directement sur une figue de la touffe de figuier ‘Bellone’, à 2 m de hauteur, et commencer à pondre immédiatement.

Silba adipata McAlpine : ponte (oviposition) sous une écaille ostiolaire (figue immature)
(noter l'ovipositeur glissé sous l'écaille ostiolaire)

Avoir pu déterminer que la mouche ne venait pas de l'intérieur du figuier donne la garantie que j'ai observé la séquence de pontes dès son début.

La mouche a pondu successivement 16 fois, sur 14 figues car à deux reprises elle a pondu à nouveau dans une figue dans laquelle elle avait déjà pondu. Dans les deux cas, les deux pontes dans la même figue ont été espacées de plusieurs pontes dans d’autres figues.

Compte tenu qu’à deux reprises j’ai perdu la mouche de vue pendant plusieurs minutes, il se peut que le nombre de pontes ait été supérieur (de l'ordre de 5, peut-être).

Le nombre d’une vingtaine de pontes consécutives rapporté par Rémi PÉCOUT pourrait alors être confirmé.

Mais pour mon observation, je retiens 16 pontes consécutives portant sur 14 figues.

Chronologie.

Les pontes successives ont été de 11 (dont deux dans la même figue) pendant une demi-heure (de 12 h 45 à 13 h 15). Puis j'ai perdu la mouche de vue (pendant quinze minutes). J'ai observé trois autres pontes à 13 h 30, 13 h 35 et 13 h 40. J'ai à nouveau perdu de vue la mouche (pendant 20 minutes). Et jai pu observer deux dernières pontes à 14 h et 14 h 10 (dont une dans une figue dans laquelle la mouche avait déjà pondu).

Hauteur des figues attaquées.

La mouche s'est tenue dans le haut de la touffe de figuier, sachant que celle-ci avait une hauteur de 2,50 m à 3 m selon les endroits (pour un diamètre de 4 m).

Toutes les figues attaquées étaient situées entre 1,80 m et 2,50 m au-dessus du sol, sauf une à 1,50 m.

Distances entre pontes.

J'ai pu mesurer les distances entre les pontes après la fin de la séquence car, quasi immédiatement après la fin de chacune des pontes, j'ai brisé le pétiole de la feuille la plus proche de la figue attaquée, en laissant pendre la feuille.

Il est apparu que la mouche a effectué des enchaînements de pontes sur 3 à 4 figues espacées de 30 à 60 cm, avec des changements de zone sur la touffe par un vol long de 2 à 3 m.

Diamètres des figues attaquées.

Les attaques ont porté pour les deux tiers sur des figues de 1,5 à 2 cm de diamètre et pour un tiers sur des figues de 1,1 à 1,4 cm de diamètre.

 

COMPORTEMENTS PARTICULIERS

Pendant la séquence de pontes successives, la mouche a enchaîné les attaques de figues sans interruptions, en ne s'intéressant ni aux feuilles, ni au latex exsudant de pétioles sectionnés (les mouches présentes dans la touffe et ne pondant pas se posaient sous les feuilles et sur les pétioles sectionnés).

La mouche s'est posée dans la zone de l'ostiole de plusieurs figues (et, pour certaines de celles-ci, y a même marché) sans réaliser de pontes (semblant tester ces figues...).

J'ai remarqué qu'à la fin de presque toutes les pontes, la mouche s'est lissé pendant quelques secondes les pattes de l'arrière, posée au-dessus ou près de l'ostiole, avant de s'envoler.

Ce lissage s'effectuant contre l'ovipositeur maintenu extériorisé.

Silba adipata McAlpine : lissage des pattes de l'arrière contre l'ovipositeur juste après la ponte

Silba adipata McAlpine : lissage des pattes de l'arrière contre l'ovipositeur juste après la ponte

Il est arrivé que le lissage des pattes de l'arrière se déroule aussi au cours de la ponte et non uniquement à la fin de celle-ci.

J'ai noté que, lors de certaines pontes, la femelle s'est également lissé les pattes de l'avant entre elles.

 

AUTRES OBSERVATIONS

 

Malgré la mise en oeuvre d'un dispositif facilitateur de l'observation, il m'a été difficile de pouvoir suivre plus de quatre à cinq pontes successives d'une femelle sans la perdre de vue ensuite, pour la retrouver généralement après 15 à 20 minutes.

Néanmoins, du fait que la touffe de figuier n'a été fréquentée dans la très grande partie des cas que par une seule femelle pondeuse à la fois, j'ai pu réaliser deux observations qui confortent mon observation principale.

 

6 juin 2020

L'observation a eu lieu par temps ensoleillé mais assez frais, avec vent assez fort.

De 14 h 40 à 15 h 06 : séquence de 9 pontes successives pour la même femelle - dont 3 sur figues visitées les jours précédents par d'autres femelles (figues étiquetées avec un numéro de ponte) ; distances entre pontes : 1 à 2 m (7 fois) et 0,40 à 0,60 m (2 fois).

15 h 12 à 16 h 05 : 16 pontes observées, dont 7 sur des figues visitées les jours précédents par une autre femelle. 

Pour ces 16 pontes, j'ai identifié 2 femelles par leur différence de taille très nette, l'une d'elles étant celle à l'origine de la séquence de 9 pontes successives précitée.

Séquences de 3 à 4 pontes successives pour une même femelle. Distances entre deux pontes : le plus souvent entre 1 et 2 m, minoritairement 0, 40 à 0,60 m et quelquefois 5 à 10 cm (figues du même groupe à l'extrémité du rameau).

Je n'ai pu observer qu'à 16 h les 2 femelles pondant en même temps (à 20 cm l'une de l'autre). Auparavant, j'avais observé uniquement tantôt l'une, tantôt l'autre.

Les 2 femelles étaient les seules présentes sur la touffe de figuier pendant l'observation.

Si l'on fait l'hypothèse que la moitié des 16 pontes de 15 h 12 à 16 h 05 peut être attribuée à la femelle pour laquelle j'ai observé 9 pontes successives de 14 h 40 à 15 h 06, le nombre de pontes de celle-ci serait de 17.

 

13 juin 2020

L'observation a eu lieu lors d'une belle éclaircie après une pluie soutenue, par temps doux et en l'absence de vent.

De 18 h à 19 h, j'ai assisté à 13 attaques de figues successives par une seule femelle, étonnamment concentrées sur une zone d'environ 1 m2, située à l'ombre en périphérie nord ouest de la touffe de figuier et comportant environ 20 figues.

J'ai constaté que c'était la seule femelle pondeuse présente sur la touffe.

J'ai remarqué qu'au cours de la séquence de pontes, il lui est arrivé de pondre dans une figue dans laquelle elle avait déjà pondu (mais je n'ai pas pu consigner exactement combien de fois).

J'ai également noté que, dans la zone d'attaques restreinte, la femelle a souvent testé des figues sans y pondre  (en se posant dessus et parfois en se plaquant contre l'ostiole). J'ai pu dénombrer jusqu'à 5 figues testées avant la figue dans laquelle la femelle a pondu.

Auparavant, depuis le début de l'observation de l'après-midi (16 h 30) et sur toute l'étendue de la touffe de figuier, j'avais assisté à 10 pontes, mais de façon non consécutive. Tout en observant la présence d'une seule femelle pondeuse sur la touffe de figuier.

Soit un total de 23 pontes de 16 h 30 à 19 h (durée : 2 h 30).

Compte tenu de la durée de l'observation des 23 pontes, il est très probable que la femelle ayant enchaîné 13 pontes à 1 m de moi de 18 h à 19 h n'est pas responsable des 23 pontes.

Une autre femelle a dû la précéder dans les 10 pontes observées de 16 h 30 à 18 h, puis quitter le figuier.
 

Silba adipata McAlpine : ponte (oviposition) dans l'ostiole d'une figue immature

Silba adipata McAlpine : ponte (oviposition) dans l'ostiole d'une figue immature
(l'ovipositeur est glissé sous une écaille ostiolaire)

 

PLURALITE DES PONTES DANS UNE MÊME FIGUE

(facteur d'atténuation de la nuisance d'une mouche)

 

PLURALITE DES PONTES DANS UNE MÊME FIGUE

Mes observations de la campagne 2020 mettent en évidence la pluralité des pontes dans une même figue.

Au cours de la séquence d'une vingtaine de pontes successives, la femelle pond de façon non négligeable dans des figues dans lesquelles ont pondu antérieurement d'autres femelles et il lui arrive aussi de pondre dans une figue dans laquelle elle-même a déjà pondu quelques minutes auparavant.

Ces observations confirment mes observations des années antérieures relatives à la présence dans les figues attaquées de larves de taille nettement différente (2 tailles différentes le plus souvent et jusqu'à 3), rapportées au chapitre "Infestation des figues".

Il est important de noter que la pluralité des pontes dans une même figue constitue un facteur d'atténuation de la nuisance individuelle de la mouche : le nombre de nouvelles figues perdues pour la récolte lors de la séquence de pontes successives est égal au nombre total de pontes moins le nombre de pontes sur figues déjà infestées.
 

Silba adipata McAlpine : ponte (oviposition) dans une figue immature déjà infestée

Silba adipata McAlpine : ponte (oviposition) dans une figue immature déjà infestée
(noter le voile rouge partant de l'ostiole et s'étendant à droite, signe d'une ponte antérieure datant de plusieurs jours)

 

Silba adipata McAlpine : ponte (oviposition) dans une figue immature déjà infestée

Silba adipata McAlpine : ponte (oviposition) dans une figue immature déjà infestée
(noter le voile rougeâtre autour de l'ostiole, s'étendant vers la droite, signe que la figue immature est déjà infestée)

 

ESTIMATION DE L'ATTENUATION DE LA NUISANCE INDIVIDUELLE

J'ai remarqué que la proportion de figues déjà infestées attaquées au cours de la séquence de pontes successives d'une femelle est assez importante.

Néanmoins, elle est difficile à déterminer de façon exacte avec les observations d'une seule année et dans les conditions de déroulement de la campagne 2020.

Unique observateur et opérateur au cours de la campagne, j'ai priorisé le suivi des mouches au cours des séquences de pontes, ainsi que le comptage des pontes, et je n'ai pu étiqueter qu'une quarantaine de figues attaquées (après les avoir repérées en brisant le pétiole de la feuille la plus proche, immédiatement après la ponte).

J'ai dénombré facilement les cas de pluralité de pontes dans les figues étiquetées et dans des figues situées dans des positions qui m'étaient familières depuis les postes d'observation. Mais pour les autres figues, il ne m'a pas été possible de repérer la pluralité des pontes.

En examinant les relevés d'observations journaliers, j'ai noté une journée pour laquelle j'ai pu repérer une proportion de pontes dans des  figues déjà infestées particulièrement forte : le 6 juin (12 figues déjà infestées sur 29 attaquées, soit 41 %).

A contrario, le 3 juin, je n'ai pu repérer que 2 figues déjà infestées sur 31 figues attaquées (6 %).

Pour les autres journées, les proportions des figues déjà infestées que j'ai pu repérer parmi les figues attaquées (pontes) sont les suivantes.

Pour les 5, 10 et 11 juin (nombre de pontes variant de 3 à 8) :  25 à 30 %.

Pour les 7, 8 et 16 juin (nombres de pontes variant de 10 à 19) : 10 à 15 %.

Pour les 9, 14, 15 et 17 juin (nombre de pontes variant de 2 à 8) : 0 %.

Sachant que le 2 juin, premier jour de la période des pontes, il n'existait aucune figue déjà infestée et que le 13 juin, j'ai constaté plusieurs pontes dans des figues déjà infestées mais je n'ai pas pu en consigner le nombre.

Selon l'analyse des relevés d'observations (partiels sur ce point pour beaucoup d'entre eux) et mon ressenti du déroulement des nombreuses séquences de pontes que j'ai observées, je pense que l'on peut considérer que la proportion de pontes sur figues déjà infestées est de 20 à 25 % (1 figue sur 4 ou 5).

Il me semble que l'on peut retenir qu'une séquence de 20 pontes successives d'une femelle sur le même figuier se traduit par l'infestation de 15 nouvelles figues sur celui-ci.

Etant souligné que ce facteur d'atténuation n'existe pas pour la première journée de la période des pontes, par nature exempte de figues infestées par des pontes antérieures.

Il s'agit, bien entendu, d'une première estimation, fournie sous réserve d'affinement par des observations complémentaires.
 

Silba adipata McAlpine : ponte (oviposition) dans une figue immature déjà infestée

Silba adipata McAlpine : ponte (oviposition) dans une figue immature déjà infestée
(noter le voile rougeâtre dans la région sommitale, signe que la figue est déjà infestée)

 

Silba adipata McAlpine : ponte (oviposition) dans une figue immature déjà infestée

Silba adipata McAlpine : ponte (oviposition) dans une figue immature déjà infestée
(noter le voile rougeâtre dans la région sommitale, signe que la figue est déjà infestée)

 

 

Retour début page Début page   Retour au sommaire Sommaire