Silba adipata McAlpine

Présentation      Biologie      Mode de vie      Infestation      Moyens de lutte

 


Accueil > Infestation > Tests de figues, fausses pontes, pontes stériles

 

Auteur : François DROUET
Photographies : François DROUET

(sauf indications)
Tous droits réservés 

 

 

Tests de figues, fausses pontes, pontes stériles

 

 

 

Lorqu'une femelle Silba adipata McAlpine arrive sur un figuier en situation de besoin de ponte, elle pond immédiatement sur une première figue et enchaîne sur une série ininterrompue de pontes successives, de longueur variable et qui peut concerner jusqu'à une vingtaine de figues (voir chapitre "Séquence de pontes successives d'une femelle sur le même figuier).

Il existe cependant des facteurs d'atténuation ou d'annihilation de la nuisance des séquences de pontes, que j'expose ci-après selon le plan suivant : tests de figues, fausses pontes, pontes stériles.

 

TESTS DE FIGUES

 

NATURE ET TYPOLOGIE

Selon mes observations des séquences de pontes, entre deux figues dans lesquelles elle pond successivement, la femelle Silba adipata McAlpine visite brièvement une ou plusieurs figues sans pondre dans celles-ci, semblant tester ces figues.

Ce comportement est quasi systématique (seules les séquences de pontes très courtes peuvent en être dénuées), et le nombre de figues testées entre deux pontes successives varie de 1 à 5.

J'ai pu établir la typologie suivante pour ces tests de figues.

Type 1 : simple rebond de la femelle sur le haut de la figue, sans qu'elle ne s'y pose.

Type 2 :  la femelle se pose dans la région de l'ostiole, y effectue une courte marche en s'approchant des écailles ostiolaires, parfois jusqu'à les toucher, mais s'envole brusquement au bout de 2 à 5 secondes.

Type 3 :  la femelle se pose dans la région de l'ostiole, y marche plus longuement, traversant parfois l'ostiole et allant même, dans certains cas, jusqu'à plaquer son abdomen sur l'ostiole en position de ponte (mais sans sortir l'ovipositeur), avant de s'envoler brusquement. La présence dans la région ostiolaire de la figue est alors de l'ordre de 10 à 20 secondes, parfois plus.

La vidéo qui suit montre une femelle Silba adipata McAlpine en fin de ponte sur une figue, qui procède ensute à deux tests de figues (de type 2) en 6 secondes.

 

Silba adipata McAlpine : femelle réalisant deux tests de figues en 6 secondes, après une ponte

 

La vidéo ci-après montre une femelle Silba adipata McAlpine réalisant un test de figue de type 3 (en 8 secondes), sachant que son temps de présence sur la figue est plus long car la vidéo ne comprend pas la pose et le début du parcours sur celle-ci.

 

Silba adipata McAlpine : femelle réalisant un test de figue, après une ponte

 

ABSENCE D'EXPLICATION

Je ne connais pas la raison des tests de figues entre deux pontes successives.

La femelle évalue peut-être la configuration des écailles ostiolaires et ne retient que les figues lui rendant la tâche la plus facile pour l'oviposition.

Ou peut-être que la femelle a besoin d'un temps de récupération après l'effort d'expulsion de 1 à 4 œufs au cours de la ponte dont elle sort, et qu'elle renonce à la ponte sur la ou les figues visitées suivantes tant qu'elle n'est pas encore prête pour la réalisation d'une nouvelle ponte.

Il faut souligner qu'il ne peut pas s'agir de tests visant à écarter systématiquement des figues déjà parasitées.

En effet, les observations directes des séquences de pontes et l'examen des tailles des larves contenues dans une même figue mettent en évidence la pluralité de pontes dans une même figue (pour environ 20 % des figues attaquées) et permettent d'établir que les pontes multiples dans la figue peuvent être espacées de plusieurs jours.

Ces observations ne permettent pas de déterminer si la femelle pondeuse détecte l'infestation de la figue, mais, si c'est le cas, cela ne l'empêche pas de pondre dans celle-ci (au moins dans un certain nombre de cas, en pourcentage significatif).

 

FAUSSES PONTES

 

NATURE

J'ai pu observer à deux reprises que, lors de la séquence de pontes successives d'une femelle sur le même figuier, certaines des figues donnant lieu à un comportement de ponte pendant une durée significative ne sont pas infestées (pas de détection d'œufs, ni d'enveloppes d'œufs vides, sous les écailles ostiolaires ou dans le canal ostiolaire, lors de l'examen au stéréomicroscope).

 

OBSERVATIONS

Observation 1 : séquence de 7 pontes successives du 31 mars 2021 dans des figues fleurs de mon figuier de la variété 'Grise de la Saint-Jean'. J'ai pu marquer par un lien en plastique six des sept figues attaquées, et j'ai suivi quotidiennement leur évolution. La figue notée n° 5 était toujours sur l'arbre le 3 juin (64 jours après la ponte), d'un diamètre de 3,8 cm, de couleur entièrement verte et sans trous de sortie de larve. Je l'ai ramassée pour vérifier si elle était infestée par Silba adipata McAlpine. A l'ouverture de la figue : pas de dégâts de larves, ni de larves. A l'examen au stéréomicroscope : aucun œuf, ni aucune enveloppe d'œuf vide, sous les écailles ostiolaires horizontales ou dans le canal ostiolaire. La figue n'était donc pas infestée.

Observation 2 : séquence de 3 pontes successives du 23 juin 2021 sur mon figuier de la variété unifère 'Bellone'). Au cours de la séquence de pontes, j'ai repéré par une étiquette rouge chacune des figues visitées. Dès la fin de la séquence, j'ai ensaché les trois figues pour vérifier le temps d'incubation des œufs à cette période de la saison. Après désensachage des figues, 3 jours plus tard, deux d'entre elles (figues n° 2 et 3 de la séquence) se sont révélées non infestées. A l'ouverture : pas de dégâts de larves, ni de larves. A l'examen au stéréomicroscope : aucun œuf, ni aucune enveloppe d'œuf vide, sous les écailles ostiolaires horizontales ou dans le canal ostiolaire. J'avais chronométré de façon très précise (chronomètre 3 lignes à mémoires) les comportements de ponte de la femelle sur les 3 figues : va et vient sur l'ostiole d'une durée de 2.05 mn pour la figue n° 2 et de 1.26 mn pour la figue n° 3 (pour la figue n° 1, dans laquelle j'ai trouvé une seule enveloppe d'œuf vide, le temps de ponte a été de 3.54 mn).

Le nombre d'observations est trop faible pour avancer un pourcentage d'occurrence des fausses pontes.

 

APPROFONDISSEMENTS NECESSAIRES

Je ne connais pas la cause des trois fausses pontes révélées par mes deux observations.

Il faudrait en premier lieu s'assurer, pendant le comportement de ponte, que l'ovipositeur est sorti et est introduit sous une écaille ostiolaire. Il faudrait également vérifier que des mouvements de poussée, tels qu'observés habituellement lors d'une ponte, ont bien lieu.

Si l'une ou l'autre de ces deux vérifications sont négatives, la visite de la figue avec abdomen plaqué contre l'ostiole (et va et vient de part et d'autre de l'ostiole) pourrait être interprétée comme un test de la figue (sans ponte), d'une durée exceptionnellement longue. Si ces deux vérifications sont positives, il pourrait s'agir d'un blocage temporaire de l'expulsion des œufs (volontaire ou non, de la part de la femelle), pour une raison indéterminée.

 

ATTENUATION DE LA NUISANCE DES SEQUENCES DE PONTES

Il faut noter que les fausses pontes constituent un facteur d'atténuation de la nuisance d'une séquence de pontes successives d'une femelle sur un même figuier, au même titre que la pluralité de pontes dans une même figue, qui est plus facile à détecter et à quantifier (voir chapitre "Pluralité de pontes dans une même figue").

 

PONTES STERILES

 

NATURE

Les pontes stériles sont des dépôts d'œufs non fécondés, réalisés par des femelles qui ne se sont pas accouplées (donc, dont les spermathèques sont vides).

B. I. KATSOYANNOS a étudié en 1981 et 1982 des populations importantes de mouches noires du Figuier dans l'île de Chios (Grèce).

Référence : KATSOYANNOS B. I., 1983, Field observations on the biology and behavior of the black fig fly Silba adipata McAlpine (Diptera, Lonchaeidae), and trapping experiments, Z. ang. Entomol. 95, pp. 471-476.

L'auteur rapporte qu'il n'a pas observé d'accouplements parmi les mouches d'élevage obtenues à partir de larves contenues dans des figues infestées par Silba adipata McAlpine.

Il indique que plus de 2000 œufs ont été déposés par les femelles dans les figues immatures mises à leur disposition, mais qu'aucun de ceux-ci n'a donné naissance à une larve. Ce qui est interprété par l'auteur comme la conséquence d'une absence d'accouplements.

J'ignore le taux de pontes stériles qui existe chez Silba adipata McAlpine dans la nature (je n'ai pas réalisé d'observations personnelles et je n'ai rien trouvé dans la littérature).

 

ANNIHILATION DE LA NUISANCE DES SEQUENCES DE PONTES

Il faut noter que les pontes stériles ne constituent pas un simple facteur d'atténuation de la nuisance de la séquence de pontes successives d'une femelle sur un même figuier, comme c'est le cas pour les fausses pontes et la pluralité de pontes dans une même figue (voir chapitre spécifique).

Contrairement aux deux facteurs précités, la ponte stérile annihile la nuisance de la totalité de la séquence de pontes, car aucun des œufs déposés au cours de celle-ci n'a été fécondé.

 

 

Retour début page Début page   Retour au sommaire Sommaire