Silba adipata McAlpine

Présentation      Biologie      Mode de vie      Infestation      Moyens de lutte

 


Accueil > Infestation > Pluralité de pontes dans une même figue

 

Auteur : François DROUET
Photographies : François DROUET

(sauf indications)
Tous droits réservés 

 

 

Pluralité de pontes dans une même figue

 

 

 

Selon le plan suivant : observation des pontes, pourcentage de pontes multiples, une observation exceptionnelle, observation des larves.

 

OBSERVATION DES PONTES

 

PLURALITE DE PONTES DANS UNE MÊME FIGUE

En 2020, j'ai décidé de mener une campagne d'observation des pontes de Silba adipata McAlpine sur une touffe de figuier de la variété unifère 'Bellone', préalablement effeuillée en partie.

Voir les détails de la campagne (objectifs, dates, durée, modalités, dispositif d'observation, décompte des pontes) au chapitre "Campagne d'observation des pontes 2020".

Mes observations réalisées lors de la campagne précitée mettent en évidence l'existence de la pluralité de pontes dans une même figue.

Au cours de la séquence d'une vingtaine de pontes successives sur le même figuier (telle que mise en évidence dans le chapitre "Capacité globale de nuisance d'une mouche"), la femelle pond de façon non négligeable dans des figues dans lesquelles ont pondu antérieurement d'autres femelles.

Et il lui arrive aussi de pondre dans une figue dans laquelle elle-même a déjà pondu quelques minutes auparavant.

Ces observations confirment mes observations des années antérieures relatives à la présence dans les figues attaquées de larves de taille nettement différente (2 tailles différentes le plus souvent, et jusqu'à 3), rapportées ci-après au sous-chapitre "Observation des larves".
 

Silba adipata McAlpine : ponte (oviposition) dans une figue immature déjà infestée

Silba adipata McAlpine : ponte (oviposition) dans une figue immature déjà infestée
(noter le voile rouge partant de l'ostiole et s'étendant à droite, signe d'une ponte antérieure datant de plusieurs jours)

 

Silba adipata McAlpine : ponte (oviposition) dans une figue immature déjà infestée

Silba adipata McAlpine : ponte (oviposition) dans une figue immature déjà infestée
(noter le voile rougeâtre autour de l'ostiole, s'étendant vers la droite, signe que la figue immature est déjà infestée)

 

REPERAGE DE LA PLURALITE DE PONTES DANS UNE FIGUE

J'ai utilisé cinq procédés pour le repérage de la pluralité de pontes dans une même figue.

Le principal procédé a été la prise en compte des traces de couleur rouge violacé sur la figue immature pour laquelle j'observais une ponte, qui indiquaient que la figue était déjà infestée par suite d'une ponte antérieure.

A noter.

ll ne m'a pas été possible de repérer la pluralité de pontes pour un certain nombre de figues ayant fait l'objet d'une oviposition mais n'ayant pas encore commencé à virer de couleur et ne relevant pas des autres procédés de détection.

En effet, j'ai observé que les premières traces de couleur rouge violacé sur figues immatures infestées par Silba adipata McAlpine ne commencent à apparaître que plusieurs jours après la première oviposition dans la figue.

Second procédé : j'ai pu mémoriser au cours de la séquence de pontes successives d'une femelle certaines des figues dans lesquelles celle-ci avait déjà pondu au cours de la séquence.

Troisième procédé : il m'est arrivé de détecter les pontes multiples dans des figues situées à des positions qui m'étaient familières depuis les postes d'observation et pour lesquelles je me souvenais d'une ponte antérieure.

Quatrième procédé : j'ai dénombré facilement les cas de pluralité de pontes dans les figues étiquetées avec un numéro de ponte.

En effet, pour étudier l'augmentation du diamètre de la figue immature entre la ponte et la chute au sol, j'avais pu étiqueter un lot témoin d'une quarantaine de figues attaquées (après les avoir repérées en brisant le pétiole de la feuille la plus proche, immédiatement après la ponte).

Cinquième procédé : pour certaines figues immatures toujours entièrement vertes, j'ai pu repérer l'infestation par une ponte antérieure en observant que l'ostiole dans lequel la femelle pondait avait l'aspect caractéristique d'un ostiole attaqué par les fourmis (à la suite d'une détection d'œufs de Silba adipata McAlpine par celles-ci).

Il s'agit d'un ostiole présentant une zone blanchâtre au centre, par suite du déchiquetage par les fourmis des écailles rougeâtres de surface (voir chapitre relatif à l'extraction des œufs par les fourmis).

 

POURCENTAGE DE PONTES MULTIPLES

 

OBSERVATIONS

J'ai examiné attentivement les relevés d'observations journaliers réalisés au cours de la campagne d'observation des pontes 2020.

J'ai noté une journée pour laquelle j'ai pu repérer une proportion de pontes dans des  figues déjà infestées particulièrement forte : le 6 juin (12 figues déjà infestées sur 29 attaquées, soit 41 %).

A contrario, le 3 juin, je n'ai pu repérer que 2 figues déjà infestées sur 31 figues attaquées (6 %).

Pour les autres journées, les proportions des figues déjà infestées que j'ai pu repérer parmi les figues attaquées (pontes) sont les suivantes.

Pour les 5, 10 et 11 juin (nombre de pontes variant de 3 à 8) :  25 à 30 %.

Pour les 7, 8 et 16 juin (nombres de pontes variant de 10 à 19) : 10 à 15 %.

Pour les 9, 14, 15 et 17 juin (nombre de pontes variant de 2 à 8) : 0 %.

Sachant que le 2 juin, premier jour de la période des pontes, il n'existait aucune figue déjà infestée et que le 13 juin, j'ai constaté plusieurs pontes dans des figues déjà infestées mais je n'ai pas pu en consigner le nombre.

Selon l'analyse des relevés d'observations (partiels sur ce point pour beaucoup d'entre eux) et mon ressenti du déroulement des nombreuses séquences de pontes que j'ai observées, je pense que l'on peut considérer que la proportion de pontes sur figues déjà infestées est de 20 à 25 % (1 figue sur 4 ou 5).

Il s'agit, bien entendu, d'une première estimation, fournie sous réserve d'affinement par des observations complémentaires.

 

ATTENUATION DE LA NUISANCE D'UNE MOUCHE

Il est important de noter que la pluralité de pontes dans une même figue constitue un facteur d'atténuation de la nuisance individuelle de la mouche : le nombre de nouvelles figues perdues pour la récolte lors de la séquence de pontes successives d'une femelle sur le même figuier est égal au nombre total de pontes moins le nombre de pontes sur figues déjà infestées.

Selon mes observations ci-dessus, je pense que l'on peut retenir qu'une séquence de 20 pontes successives d'une femelle sur le même figuier se traduit par l'infestation de 15 nouvelles figues.

Etant précisé que ce facteur d'atténuation n'existe que très partiellement pour la première séquence de pontes de la saison, par nature exempte de figues infestées par des pontes antérieures (seules les figues qui ont fait l'objet de pontes multiples au cours de cette première séquence entrent en considération...).
 

Silba adipata McAlpine : ponte (oviposition) dans une figue immature déjà infestée

Silba adipata McAlpine : ponte (oviposition) dans une figue immature déjà infestée
(noter le voile rougeâtre dans la région sommitale, signe que la figue est déjà infestée)

 

Silba adipata McAlpine : ponte (oviposition) dans une figue immature déjà infestée

Silba adipata McAlpine : ponte (oviposition) dans une figue immature déjà infestée
(noter le voile rougeâtre dans la région sommitale, signe que la figue est déjà infestée)

 

UNE OBSERVATION EXCEPTIONNELLE

 

OBSERVATION

Bernard PEYRE, ancien producteur de figues et passionné de figuiers, m'a fait part d'une observation exceptionnelle relative à la pluralité de pontes de Silba adipata McAlpine dans une même figue.

Le 22 septembre 2020, vers 19 h, par temps de giboulées, sur l'un de ses figuiers en pot : deux femelles se sont posées simultanément sur une même figue immature et ont entrepris de pondre ensemble dans l'ostiole de celle-ci.

Silba adipata McAlpine : pontes simultanées de deux femelles dans l'ostiole d'une même figue immature

Silba adipata McAlpine : pontes simultanées de deux femelles dans l'ostiole d'une même figue immature
Crédit : Bernard PEYRE

Les deux pontes simultanées ont duré environ 4 minutes et les deux femelles ont pu réaliser chacune leurs séquences de ponte successives, malgré des repoussements mutuels modérés (par les pattes et par les ailes)...
 

A ma connaissance, à la date de communication de l'information par Bernard PEYRE (22 septembre 2020), il s'agit d'une observation inédite.

Pour ma part, en observant les pontes de Silba adipata McAlpine, j'ai seulement vu (une fois) un individu de l'espèce se poser 2 secondes à proximité d'une femelle en train de pondre dans l'ostiole, puis s'envoler.

Et, une seule fois aussi, un individu de l'espèce effectuer un rebond sur le côté (en partie haute) d'une figue dans l'ostiole de laquelle une femelle était en train de pondre (par "rebond", j'entends : arrivée en vol rapide, touche des pattes sur la surface de la figue sans se poser et éloignement immédiat).

 

VIDEO D'ILLUSTRATION

Bernard PEYRE m'a adressé la vidéo ci-après pour illustrer son observation.

 

Silba adipata McAlpine : pontes simultanées de deux femelles dans l'ostiole d'une même figue immature
(pensez à passer en mode plein écran pour mieux observer le comportement des deux mouches)
Crédit : Bernard PEYRE

 

L'analyse de la vidéo, d'une durée équivalente à un tiers du temps décompté pour les pontes simultanées, permet d'apprécier plus finement le comportement des deux mouches.

Pour faciliter l'analyse, il vaut mieux observer séparément (donc successivement) le comportement de chacune des mouches.

Au démarrage de la vidéo, la mouche du bas est en train de pondre dans l'ostiole, tandis que celle du haut se trouve hors de l'ostiole, sur le bord du sommet de la figue.
 

Comportement de la mouche du haut : deux séquences de ponte.

Première séquence de ponte.

La mouche se dirige vers l'ostiole, le traverse et entreprend une oviposition assez longue sous une écaille ostiolaire. Peu avant la fin de l'oviposition, la mouche se déplace légèrement vers la droite. Elle dégage ensuite son ovipositeur de l'ostiole et s'éloigne légèrement (fin de la première séquence de ponte).

La mouche se livre alors à un lissage des pattes arrière de courte durée.

Deuxième séquence de ponte.

La mouche effectue un retournement quasi-complet sur elle-même (près de 180 °) sur sa gauche et initialise une traversée de l'ostiole en se plaçant à l'arrière de l'autre mouche, sous les ailes, comme pour la pousser. Elle contourne celle-ci par la droite pour terminer sa traversée de l'ostiole et entreprendre une oviposition.  Au cours de l'oviposition,  elle se livre à des repoussements de l'autre mouche à l'aide de ses seconde et troisième pattes du côté gauche (l'autre mouche en faisant de même sur son côté droit). La mouche se déplace ensuite progressivement vers la droite sans que l'ovipositeur ne quitte l'ostiole. Puis elle dégage son ovipositeur de l'ostiole (fin de la deuxième séquence de ponte) et s'éloigne légèrement.

La mouche se livre alors à un lissage des pattes de l'arrière et des ailes (en cours lorsque la vidéo s'interrompt).
 

Comportement de la mouche du bas.

Après quelques poussées pour terminer l'oviposition en cours lorsque la vidéo débute, la mouche s'écarte de l'ostiole en pivotant sur sa gauche et s'éloigne légèrement. Elle réalise alors un retournement complet sur elle-même (180 °) sur sa droite, contourne par l'arrière l'autre mouche, traverse l'ostiole et entreprend une oviposition. Pendant l'oviposition, elle pivote légèrement sur sa gauche sans que l'ovipositeur ne sorte de l'ostiole.

Puis, tout en poursuivant l'oviposition, elle repousse l'autre mouche en écartant ses ailes à l'horizontale ou à l'aide de ses pattes du côté droit. L'oviposition dure longtemps et est toujours en cours au moment où la vidéo se termine, la mouche ayant alors les ailes ouvertes à 45 ° pour empêcher l'autre mouche de s'approcher.
 

Remarques.

La décomposition de la ponte d'une femelle de Silba adipata McAlpine en plusieurs séquences successives est habituelle ; voir chapitre "Ponte (oviposition)".

Il en est de même pour le repoussement mutuel de deux individus de Silba adipata McAlpine lorsqu'ils se trouvent à proche proximité l'un de l'autre ; voir chapitre "Repoussement mutuel".

 

OBSERVATION DES LARVES

 

J'ai pu constater la pluralité de pontes dans une même figue en comparant les tailles des larves qu'elle contient.

Ainsi, en ouvrant des figues attaquées au hasard de la saison 2018, j'ai constaté à plusieurs reprises jusqu'à trois tailles de larves nettement différentes dans une même figue, pour un nombre de larves dans celle-ci allant de deux à huit (même si, le plus souvent, la larve est seule ou la taille des larves est identique au sein de la même figue).

Ce qui indique qu'il y a eu des pontes successives dans la figue, espacées de plusieurs jours (au moins autant de fois que de tailles de larves différentes).

Sachant que lorsqu'il existe plus d'une larve par taille, on ne peut savoir si les larves de même taille proviennent de la même ponte ou de pontes successives dans la même journée.

D'autre part, on ne peut pas déterminer si les pontes successives (dans la même journée ou espacées de plusieurs jours) proviennent de la même mouche ou de mouches différentes.
 

Exemple 1

Coupe transversale d'une figue immature attaquée par Silba adipata McAlpine, révélant 2 larves de taille différente

Coupe transversale d'une figue immature attaquée par Silba adipata McAlpine, révélant 2 larves de taille différente

 

Détail de la cavité centrale de la figue contenant 2 larves de Silba adipata McAlpine de taille différente

Détail de la cavité centrale de la figue contenant 2 larves de Silba adipata McAlpine de taille différente
(la larve à gauche est de taille nettement inférieure à celle de la larve à droite : deux pontes espacées de plusieurs jours)
 

Exemple 2

Coupe transversale d'une figue immature attaquée par Silba adipata McAlpine, révélant 3 larves de taille différente

Coupe transversale d'une figue immature attaquée par Silba adipata McAlpine, révélant 3 larves de taille différente
(deux larves sur le dessus de l'inflorescence, en haut, et une grosse larve dans le fond de la cavité centrale)

 

Détail de la cavité centrale de la figue contenant 3 larves de Silba adipata McAlpine de taille différente

Détail de la cavité centrale de la figue contenant 3 larves de Silba adipata McAlpine de taille différente
(bien noter la grosse larve au fond de la cavité centrale ; trois larves de taille nettement différente,
révélant trois
pontes espacées de quelques jours)

 

Détail des 2 larves de Silba adipata McAlpine du dessus de la cavité centrale de la figue

Détail des 2 larves de Silba adipata McAlpine du dessus de la cavité centrale de la figue
(noter la petitesse des tailles des larves rapportées à celles des fleurs)
 

Exemple 3

Coupe transversale d'une figue immature attaquée par Silba adipata McAlpine, révélant 3 larves de taille différente

Coupe transversale d'une figue immature attaquée par Silba adipata McAlpine, révélant 3 larves de taille différente

 

Détail de la cavité centrale de la figue contenant 3 larves de Silba adipata McAlpine de taille différente

Détail de la cavité centrale de la figue contenant 3 larves de Silba adipata McAlpine de taille différente
(trois larves de taille nettement différente : trois
pontes espacées de quelques jours)

 

 

Retour début page Début page   Retour au sommaire Sommaire