Silba adipata McAlpine

Présentation      Biologie      Mode de vie      Infestation      Moyens de lutte

 


Accueil > Infestation > Incidence de l'emplacement et du mode de conduite du figuier

 

Auteur : François DROUET
Photographies : François DROUET

(sauf indications)
Tous droits réservés 

 

 

Incidence de l'emplacement et du mode de conduite

 

 

 

Le niveau des attaques par Silba adipata McAlpine de figuiers dans un jardin ou un verger résulte de la conjonction de trois facteurs : la localisation du jardin ou verger, la sensibilité au ravageur des variétés de figuier plantées, le niveau d'activité de celui-ci pour l'année considérée.

Mais diverses observations, rapportées ci-après, mettent en évidence que ce niveau des attaques au sein d'un jardin ou verger donné peut varier pour certains figuiers en fonction de leur emplacement ou de leur mode de conduite.

 

OBSERVATIONS DE F. SILVESTRI

F. SILVESTRI a remarqué que la mouche noire du Figuier préfère les figuiers en situation abritée du vent et ceux qui ont une frondaison dense.

Il souligne que, dans un même champ, les arbres ne sont pas attaqués avec la même intensité ; il a même observé des arbres indemnes à proximité d'arbres profondément infestés.

Référence : SILVESTRI F., 1917, Sulla Lonchaea aristella Beck. (Diptera : Lonchaeidae) dannosa alle infiorescenze e fruttescenze del caprifico e del fico, Bollettino del Laboratorio di Zoologia Agraria in Portici, vol.12, pp. 123 -146.

 

OBSERVATIONS DE B. I. KATSOYANNOS

B. I. KATSOYANNOS a étudié en 1981 et 1982 des populations importantes de mouches noires du Figuier dans l'île de Chios (Grèce).

Il rapporte qu'il a observé que les pontes de Silba adipata McAlpine s'effectuent le plus souvent dans des figues qui se trouvent à l'ombre.

Référence : KATSOYANNOS B. I., 1983, Field observations on the biology and behavior of the black fig fly Silba adipata McAlpine (Diptera, Lonchaeidae), and trapping experiments, Z. ang. Entomol. 95, pp. 471-476.

 

OBSERVATIONS D'A. COSTA

En mars 2017, Alain COSTA, ingénieur agricole espagnol, m'a rapporté une observation relative à l'attaque préférentielle de certains figuiers d'un verger en tout début de saison.

En février 2017, dans le cadre de la lutte contre Silba adipata McAlpine dans un verger commercial de la région d'Albatera (Espagne) qui présente des problèmes particuliers de sensibilité à cette espèce, Alain COSTA a fait poser 100 pièges chargés d'un attractif alimentaire liquide.

A la mi-mars, aucune capture n'avait encore été constatée, mais Alain COSTA a remarqué que quelques figuiers situés dans la partie la plus ombreuse du verger présentaient des figues attaquées. Certaines contenant des larves, d'autres étant déjà pourvues de trous de sortie de larve.

Dans son ouvrage sur le Figuier et sa culture dans la région d'Albatera, il reprend l'information de façon plus générale en indiquant qu'il a constaté que les dégâts de Silba adipata McAlpine sont plus importants en zones très ombreuses et dans les figueraies touffues et de plantation dense.

Référence : COSTA A., 2019, El cultivo de la Higuera en el campo de Albatera, Newton publicaciones, page 134 (ISBN 978-84-943430-3-2, 183 pages).

 

OBSERVATIONS DE H. AFLI

Hassen AFLI, ingénieur agronome, a étudié en 2016 la dynamique des populations pré-imaginales de Silba adipata McAlpine dans deux biotopes de la Tunisie : Djebba (nord-ouest, altitude 404 m) et Chott Meriem (littoral centre est, altitude 22 m).

Référence : AFLI H., 2016, Dynamique des populations pré-imaginales de la mouche noire du figuier Silba adipata McAlpine (Diptera, Lonchaeidae) dans les régions de Djebba et Chott Meriem, mémoire de fin d’études, Institut Supérieur Agronomique de Chott Meriem, Tunisie.

Au cours de son étude, il a remarqué que les arbres aérés présentent un taux d’infestation très faible.

Il en déduit que l’architecture de l’arbre joue un rôle important pour diminuer les attaques de la mouche noire du Figuier et il recommande la taille pour contrôler le microclimat interne de l’arbre.

En ce qui concerne les différences d'intensité des attaques selon l'emplacement de l'arbre dans la parcelle, Hassen AFLI rapporte l'observation suivante, qui rejoint celles de F. SILVESTRI.

Sur le site expérimental de Chott Meriem, un pied de caprifiguier n'a subi aucune attaque de Silba adipata McAlpine pendant toute la durée de l'étude alors qu'il n'est espacé que de quelques mètres d'un spécimen de la variété unifère 'Goutti' qui a été fortement attaqué.

 

MES OBSERVATIONS

J'ai observé que Silba adipata McAlpine marque dans ses activités (pose sur l'arbre, nutrition...) une nette préférence pour les parties du figuier qui sont à l'ombre (voir chapitre "Fréquentation du figuier").

Et j'ai pu aussi constater la nette préférence de Silba adipata McAlpine pour un figuier unifère en touffe dense (pourtant dépourvu de figues) par rapport à un figuier bifère sur tronc et à ramure aérée portant des figues fleurs, en comparant les captures sur chacun des deux figuiers situés côte à côte.

La comparaison a eu lieu lors d'un essai de piégeage de masse réalisé en début de saison 2019 (voir chapitre "Piégeage de masse : phosphate diammonique, expérimentation 2"). 
 

Silba adipata McAlpine pondant dans l'ostiole d'une figue immature

Silba adipata McAlpine pondant dans l'ostiole d'une figue immature

 

 

Retour début page Début page   Retour au sommaire Sommaire