Silba adipata McAlpine

Présentation      Biologie      Mode de vie      Infestation      Moyens de lutte

 


Accueil > Infestation > Types de figuiers attaqués

 

Auteur : François DROUET
Tous droits réservés 

 

 

Types de figuiers attaqués

 

 

 

Je rapporte ci-après diverses observations mettant en évidence l'incidence de la variété et celle de l'emplacement et de la densité de l'arbre sur les attaques de Silba adipata McAlpine.

 

INCIDENCE DE LA VARIETE

 

OBSERVATIONS DE F. SILVESTRI

F. SILVESTRI livre d'intéressantes observations sur l'incidence de la variété sur les attaques de la mouche noire du Figuier.

Référence : SILVESTRI F., 1917, Sulla Lonchaea aristella Beck. (Diptera : Lonchaeidae) dannosa alle infiorescenze e fruttescenze del caprifico e del fico, Bollettino del Laboratorio di Zoologia Agraria in Portici, vol.12, pp. 123 -146.

Il indique qu'en Algérie la mouche noire du Figuier attaque l'espèce Ficus pseudocarica Batt. et Trab.

Concernant l'espèce Ficus carica L., F. SILVESTRI a analysé les attaques de la mouche noire du Figuier au regard des variétés.

En premier lieu, celle-ci attaque aussi bien le caprifiguier que le figuier domestique, mais elle a une préférence pour le premier.

En second lieu, pour les caprifiguiers comme pour les figuiers domestiques, toutes les variétés ne sont pas attaquées.

F. SILVESTRI a remarqué que ce sont les variétés à écailles ostiolaires grandes et disposées presque horizontalement qui le sont, contrairement aux variétés qui ont des écailles courtes et rentrant dans l'ostiole.

Si l'on retient que lorsque l'ostiole de la figue immature est fermé, Silba adipata McAlpine glisse ses oeufs (le plus souvent trois) sous une écaille ostiolaire horizontale, on comprend mieux l'observation de F. SILVESTRI.

Ce dernier cite les variétés sensibles suivantes : 'Troiano' et 'Natalino' dans la région de Naples, 'Pascarolo' dans le Cilento, 'Biancolillo' en Sicile.

Pour les variétés résistantes, il mentionne la variété 'Dottato' (synonyme 'Ottato'), dont la culture est très étendue en Italie.

Concernant le caprifiguier, F. SILVESTRI a noté que les variétés produisant des figues ovoïdes à cavité centrale bien développée sont particulièrement attaquées par la mouche noire du Figuier.

Toutefois, il a observé que dans les figues de caprifiguier dont la cavité centrale est entièrement occupée par des fleurs étroitement proches les unes des autres ou par des fleurs porteuses de galles du blastophage, les jeunes larves meurent presque toutes car elles ne peuvent pas se mouvoir entre les parties distales des fleurs qui les compriment.

F. SILVESTRI fait remarquer que, le nombre de mamme et de profichi infestés par le blastophage étant généralement très important, les pertes dues à la mouche noire du Figuier sont peu élevées chez le caprifiguier.

Mais il souligne qu'il n'en va pas de même avec le Figuier domestique, chez lequel la mouche noire du Figuier peut occasionner des pertes de fruits très importantes.

 

OBSERVATIONS DU CIVAMBIO 66

Une observation française confirme la résistance de la variété 'Dottato' à la mouche noire du Figuier, signalée par F. SILVESTRI.

En août 2017, Marie SINGER, technicienne en arboriculture au CIVAMBIO 66, m'a rapporté qu'elle a observé au sein de vergers commerciaux catalans que les plants de la variété 'Dottato' sont indemnes d'attaques de Silba adipata McAlpine, alors qu'ils voisinent des figuiers de variétés sensibles à ce ravageur, qui sont fortement attaqués.

 

OBSERVATIONS DE R. PUSSARD

En 1950, R. PUSSARD (directeur de la Station de Zoologie Agricole et de l'Insectarium d'Antibes, Alpes-Maritimes) indiquait : "Les variétés les plus attaquées semblent être la Bourgeassotte Noire, la Bellone et la Cotignane".

Référence : PUSSARD R., 1950, A propos de la mouche noire des figues Lonchaea aristella Beck., comptes rendus des séances de l'Académie d'agriculture de France, T. 36, pp. 144-145.

 

OBSERVATIONS DE LA PEPINIERE GIVING TREES

Je suis attentif aux informations concernant la sensibilité des variétés de figues aux attaques de Silba adipata McAlpine et je constate qu'elles sont très rares.

J'ai noté en 2018 qu'une pépinière d'Afrique du Sud (Giving Trees Nursery) indique dans la fiche descriptive de la variété 'Ronde de Bordeaux' (synonyme 'Précoce Ronde de Bordeaux') que celle-ci est insensible aux attaques de la mouche noire du figuier.

Il serait intéressant de vérifier cette information.

En effet, cette variété, qu'il ne faut pas confondre avec la variété 'Rouge de Bordeaux' (synonymes 'Pastilière' et 'Hirta du Japon'), est excellente en variété d'amateur (petits fruits à reflets rougeâtres très sucrés et parfumés, texture très fine, confiture de couleur et de goût exceptionnels).

D'autre part, elle possède un potentiel commercial sous forme de "baby fig" en mini-barquettes de cinq petites figues sur une seule rangée, que les producteurs d'Afrique du Sud exploitent déjà (fruits en contre-saison) - produits trouvés dans une grande surface de ma région.

 

OBSERVATIONS DE H. AFLI

Hassen AFLI, ingénieur agronome, a étudié en 2016 la dynamique des populations pré-imaginales de Silba adipata McAlpine dans deux biotopes de la Tunisie : Djebba (nord-ouest, altitude 404 m) et Chott Meriem (littoral centre est, altitude 22 m).

Référence : AFLI H., 2016, Dynamique des populations pré-imaginales de la mouche noire du figuier Silba adipata McAlpine (Diptera, Lonchaeidae) dans les régions de Djebba et Chott Meriem, mémoire de fin d’études, Institut Supérieur Agronomique de Chott Meriem, Tunisie.

Il a remarqué sur le site de Chott Meriem une importante disparité entre les taux d'infestation cumulés de la saison des différentes variétés : 62 % pour la variété unifère 'Goutti', 87 % pour les figues fleurs de la variété 'Bither Abiadh', 96/97 % pour la variété unifère 'Bidhiya' et la deuxième récolte de la variété 'Bither Abiadh'.

 

MES PROPRES OBSERVATIONS

A la date de dernière modification du présent chapitre (2019), je ne connais pas de variétés françaises résistantes à la mouche noire du Figuier, mais il doit en exister.

Du fait de ma proximité géographique avec les vergers commerciaux du terroir de Solliès-Pont (Var), je sais que la variété 'Bourjassotte Noire' (syn. 'Violette de Solliès', qui bénéficie de l'AOP Figue de Solliès) y est assez fortement sensible.

En ce qui concerne les variétés d'amateur, je constate tous les ans des attaques de Silba adipata McAlpine sur les trois figuiers de mon jardin (variété bifère 'Grise de la Saint-Jean' ;  variétés unifères 'Bellone' et 'Col de Dame Noire') et j'observe des différences de sensibilité entre les trois arbres.

Il apparaît de façon très nette que le figuier de la variété 'Bellone' (extrêmement sensible : 90 % de pertes et plus) est beaucoup plus sensible aux attaques de la mouche noire du Figuier que les figuiers des deux autres variétés.

Celui de la variété 'Grise de la Saint-Jean' est très sensible pour les figues fleurs (40 à 60 % de pertes), assez sensible pour les figues de deuxième récolte (30 % de pertes).

Le figuier de la variété 'Col de Dame Noire' est assez sensible, mais de façon plus variable selon les années (certaines années sa sensibilité est celle des figues de deuxième récolte du figuier de la variété 'Grise de la Saint-Jean', d'autres années celle des figues fleurs de celui-ci).

Il faut noter toutefois que les observations ne sont pas réalisées sur des arbres de même port : le figuier 'Grise de la Saint-Jean' étant un arbre sur tronc unique bas et à la ramure aérée, les deux autres variétés étant conduites en touffe dense (forme qu'affectionne particulièrement Silba adipata McAlpine).

En toute rigueur, il convient de s'interroger sur la part de la nature de la variété dans la sensibilité, par rapport à celle du type de végétation et même à celle de l'emplacement du figuier (bien que les trois figuiers soient situés côte à côte avec seulement 1 m de passage entre les frondaisons).

 

INCIDENCE DE L'EMPLACEMENT ET DE LA DENSITE DE L'ARBRE

 

OBSERVATIONS DE F. SILVESTRI

F. SILVESTRI a remarqué que la mouche noire du Figuier préfère les figuiers en situation abritée du vent et ceux qui ont une frondaison dense.

Il souligne que, dans un même champ, les arbres ne sont pas attaqués avec la même intensité ; il a même observé des arbres indemnes à proximité d'arbres profondément infestés.

Référence : SILVESTRI F., 1917, Sulla Lonchaea aristella Beck. (Diptera : Lonchaeidae) dannosa alle infiorescenze e fruttescenze del caprifico e del fico, Bollettino del Laboratorio di Zoologia Agraria in Portici, vol.12, pp. 123 -146.

 

OBSERVATIONS DE B. I. KATSOYANNOS

B. I. KATSOYANNOS a étudié en 1981 et 1982 des populations importantes de mouches noires du Figuier dans l'île de Chios (Grèce).

Il rapporte qu'il a observé que les pontes de Silba adipata McAlpine s'effectuent le plus souvent dans des figues qui se trouvent à l'ombre.

Référence : KATSOYANNOS B. I., 1983, Field observations on the biology and behavior of the black fig fly Silba adipata McAlpine (Diptera, Lonchaeidae), and trapping experiments, Z. ang. Entomol. 95, pp. 471-476.

 

OBSERVATIONS D'A. COSTA

En mars 2017, Alain COSTA, ingénieur agricole espagnol, m'a rapporté une observation relative à l'attaque préférentielle de certains figuiers d'un verger en tout début de saison.

En février 2017, dans le cadre de la lutte contre Silba adipata McAlpine dans un verger commercial de la région d'Albatera (Espagne) qui présente des problèmes particuliers de sensibilité à cette espèce, Alain COSTA a fait poser 100 pièges chargés d'un attractif alimentaire liquide.

A la mi-mars, aucune capture n'avait encore été constatée, mais Alain COSTA a remarqué que quelques figuiers situés dans la partie la plus ombreuse du verger présentaient des figues attaquées. Certaines contenant des larves, d'autres étant déjà pourvues de trous de sortie de larve.

Dans son ouvrage sur le Figuier et sa culture dans la région d'Albatera, il reprend l'information de façon plus générale en indiquant qu'il a constaté que les dégâts de Silba adipata McAlpine sont plus importants en zones très ombreuses et dans les figueraies touffues et de plantation dense.

Référence : COSTA A., 2019, El cultivo de la Higuera en el campo de Albatera, Newton publicaciones, page 134 (ISBN 978-84-943430-3-2, 183 pages).

 

OBSERVATIONS DE H. AFLI

Hassen AFLI, ingénieur agronome, a étudié en 2016 la dynamique des populations pré-imaginales de Silba adipata McAlpine dans deux biotopes de la Tunisie : Djebba (nord-ouest, altitude 404 m) et Chott Meriem (littoral centre est, altitude 22 m).

Référence : AFLI H., 2016, Dynamique des populations pré-imaginales de la mouche noire du figuier Silba adipata McAlpine (Diptera, Lonchaeidae) dans les régions de Djebba et Chott Meriem, mémoire de fin d’études, Institut Supérieur Agronomique de Chott Meriem, Tunisie.

Au cours de son étude, il a remarqué que les arbres aérés présentent un taux d’infestation très faible.

Il en déduit que l’architecture de l’arbre joue un rôle important pour diminuer les attaques de la mouche noire du Figuier et il recommande la taille pour contrôler le microclimat interne de l’arbre.

En ce qui concerne les différences d'intensité des attaques selon l'emplacement de l'arbre dans la parcelle, Hassen AFLI rapporte l'observation suivante, qui rejoint celles de F. SILVESTRI.

Sur le site expérimental de Chott Meriem, un pied de caprifiguier n'a subi aucune attaque de Silba adipata McAlpine pendant toute la durée de l'étude alors qu'il n'est espacé que de quelques mètres d'un spécimen de la variété unifère 'Goutti' qui a été fortement attaqué.

 

MES PROPRES OBSERVATIONS

J'ai observé que Silba adipata McAlpine marque dans ses activités (pose sur l'arbre, nutrition...) une nette préférence pour les parties du figuier qui sont à l'ombre (voir chapitre "Fréquentation du figuier").

Et j'ai pu aussi constater la nette préférence de Silba adipata McAlpine pour un figuier unifère en touffe dense (pourtant dépourvu de figues) par rapport à un figuier bifère sur tronc et à ramure aérée portant des figues fleurs, en comparant les captures sur chacun des deux figuiers situés côte à côte.

La comparaison a eu lieu lors d'un essai de piégeage de masse réalisé en début de saison 2019 (voir chapitre "Piégeage de masse : phosphate diammonique, expérimentation 2").

 

 

Retour début page Début page   Retour au sommaire Sommaire