Silba adipata McAlpine

Présentation      Biologie      Mode de vie      Infestation      Moyens de lutte

 


Accueil > Infestation > Nuisance de la population de mouches d'un figuier

 

Auteur : François DROUET
Photographies : François DROUET

(sauf indications)
Tous droits réservés 

 

 

Nuisance de la population

de mouches d'un figuier

 

 

 

Selon le plan suivant : campagne d'observation des pontes 2020, catégorisation des mouches présentes sur le figuier, incidence sur l'efficacité des pièges, absence de corrélation entre nombre de mouches et nuisance globale, succession des mouches pondeuses sur le figuier, estimation du nombre de mouches pondeuses.

 

CAMPAGNE D'OBSERVATION DES PONTES 2020

 

Par expérience, je sais qu'il est difficile de pouvoir observer une ponte de Silba adipata McAlpine.

En 2020, j'ai décidé de mener une campagne d'observation des pontes de Silba adipata McAlpine sur une touffe de figuier de la variété unifère 'Bellone'.

Objectifs principaux : déterminer le nombre de figues attaquées successivement par une femelle dans le même figuier et évaluer le nombre de femelles pondeuses présentes simultanément ou successivement sur le figuier.

Plusieurs objectifs secondaires étant également définis.

Voir les détails de la campagne (objectifs, dates, durée, modalités, dispositif d'observation, décompte et répartition des pontes, décompte final des figues) au chapitre "Campagne d'observation".

Silba adipata McAlpine pondant dans une figue immature (variété 'Bellone')

Silba adipata McAlpine pondant dans une figue immature (variété 'Bellone')

Je rapporte ci-après mes observations de nombre et de comportement des mouches noires sur le figuier en période de pontes.

Sachant que mes observations relatives à la capacité de nuisance individuelle (nombre de pontes successives d'une femelle sur le même figuier) sont présentées dans le chapitre "Capacité globale de ponte d'une mouche".

 

CATEGORISATION DES MOUCHES PRESENTES SUR LE FIGUIER

 

LES DEUX CATEGORIES DE MOUCHES

Selon mes observations de la campagne 2020, il convient de classer en deux catégories les mouches présentes simultanément ou non sur le figuier : mouches consommatrices et mouches pondeuses.

Sachant qu'il s'agit d'activités mutuellement exclusives pendant des périodes longues et non d'activités par alternance de façon continue (tel qu'exposé dans un sous-chapitre suivant).

Remarque : la catégorie des mouches pondeuses ne compte bien évidemment que des individus femelles, alors que la catégorie des mouches consommatrices englobe des individus femelles et des individus mâles.

 

MOUCHES CONSOMMATRICES

Les mouches consommatrices ne pondent pas et ont pour activité la nutrition sur le dessous des feuilles et sur les points de suintement de latex frais ou, le plus souvent, datant de la veille ou de 48 h (point d'attache des figues attaquées ramassées, tranche des pétioles sectionnés ou brisés...).

Etant rappelé que Silba adipata McAlpine ne fréquente pas le dessus des feuilles de figuier, sauf cas exceptionnels.

Les mouches consommatrices ne s'intéressent pas aux figues immatures (ne se nourrissant pas à la surface de celles-ci) et ne se trouvent que peu fréquemment sur l'une d'entre elles. La figue immature n'est alors qu'une zone de transit entre deux points de consommation.et la mouche y reste seulement quelques secondes.

On peut aussi les observer en vol d'un point de consommation à l'autre (dessous de feuilles, suintements de latex) ou en vol d'approche très près d'un groupe de figues (vol moins vif et d'amplitude restreinte), attirées par un point de suintement de latex présent au sein de celui-ci (point d'attache d'une figue infestée ramassée ou d'une feuille arrachée, pétiole sectionné...).

Silba adipata McAlpine : mouches consommatrices en vol d'approche et sur pétiole sectionné de feuille de figuier

Silba adipata McAlpine : mouches consommatrices en vol d'approche et sur pétiole sectionné de feuille de figuier

 

Silba adipata McAlpine : mouches consommatrices sur pétiole sectionné (latex), ignorant la figue immature

Silba adipata McAlpine : mouches consommatrices sur pétiole sectionné (latex), ignorant la figue immature

 

MOUCHES PONDEUSES

Les mouches pondeuses se trouvent presque uniquement sur les figues immatures, ne fréquentant pas le dessous des feuilles ou les points de suintement de latex (sauf exceptions de très courte durée). 

Sur la figue, elles se trouvent le plus souvent sur les écailles ostiolaires, en position de ponte, dans le cadre d'une séquence de pontes successives.

Mais on peut les y observer aussi hors position de ponte, immobiles ou marchant sur de courtes distances : après la ponte, pour une activité de lissage des pattes arrières (durée variable pouvant atteindre plusieurs dizaines de secondes), ou avant la ponte, pour une circulation autour de l'ostiole ou de haut en bas de la figue et inversement (durée de quelques secondes).

On peut aussi observer les mouches pondeuses en vol d'approche des groupes de figues (vol moins vif et d'amplitude restreinte, très près de ceux-ci) ou en train de tester des figues avant la ponte dans l'une d'entre elles (parfois 4 à 5 figues testées avant la figue dans laquelle a lieu la ponte).

Silba adipata McAlpine : mouche pondeuse en vol d'approche d'une figue immature (variété 'Bellone')

Silba adipata McAlpine : mouche pondeuse en vol d'approche d'une figue immature (variété 'Bellone')

 

Silba adipata McAlpine : ponte (oviposition) dans l'ostiole d'une figue immature (variété 'Bellone')

Silba adipata McAlpine : ponte (oviposition) dans l'ostiole d'une figue immature (variété 'Bellone')

 

ACTIVITES MUTUELLEMENT EXCLUSIVES DES MOUCHES

Selon mes observations, une mouche pondeuse n'a pas d'activité de nutrition (à la surface des figues, sur le dessous des feuilles ou sur des points de latex) au cours de sa séquence d'une vingtaine de pontes successives, d'une durée d'une heure et plus (j'ai observé exceptionnellement une pause de quelques secondes sur un point de suintement de latex entre deux pontes successives).

Et les mouches consommatrices n'entrecoupent pas de pontes leur activité de nutrition. Je n'ai jamais observé une mouche consommatrice, même après un temps de nutrition long (une demi-heure, par exemple), quitter sa zone de nutrition pour rejoindre un ostiole et y pondre, puis retourner à des activités de nutrition.

Il faut donc souligner que la consommation (nutrition) et la ponte constituent des activités mutuellement exclusives pendant des périodes significativement longues et qu'il ne s'agit pas du constat (qui serait banal) d'une pratique en alternance et de façon continue de pontes unitaires et d'actes de nutrition...

Concernant l'éventualité d'une bascule d'une mouche d'une catégorie à l'autre sur le même figuier, je n'ai pas observé de mouches pondeuses restant sur le figuier et devenant mouches consommatrices après avoir terminé leur séquence de pontes successives, ni de mouches consommatrices devenant mouches pondeuses après un certain temps de consommation sur un figuier, en entamant une séquence de pontes successives sur celui-ci.

Mais, en toute rigueur, on ne peut pas écarter la possibilité que cela se produise.

 

RECHERCHER / RECONNAÎTRE LES MOUCHES PONDEUSES

Selon les très nombreuses photographies prises au cours de la campagne d'observation des pontes 2020, les mouches pondeuses ne présentent pas de caractéristiques physiques (par exemple, abdomen gonflé par les œufs) permettant de les reconnaître.

Pour les rechercher sur le figuier, il faut se focaliser sur les groupes de figues immatures en cours de développement (il est inutile d'essayer de les repérer sur le dessous des feuilles ou sur les points de suintement de latex, qu'elles ne fréquentent pas).

Silba adipata McAlpine : recherche des mouches pondeuses (au sein des groupes de figues)

Silba adipata McAlpine : recherche des mouches pondeuses (au sein des groupes de figues)

 

Silba adipata McAlpine : recherche des mouches pondeuses (sommet d'une figue immature)

Silba adipata McAlpine : recherche des mouches pondeuses (sommet d'une figue immature)
(noter l'ovipositeur glissé sous une écaille ostiolaire)

Si une mouche est posée sur une figue, il s'agit le plus souvent d'une mouche pondeuse, même si elle ne pond pas au moment où on la découvre. Mais, dans des cas peu fréquents, il peut s'agir d'une mouche consommatrice qui s'est posée quelques secondes sur la figue, en transit d'un point de consommation à un autre.

Si une mouche effectue des essais de figues sans pondre dans celles-ci, il s'agit d'une mouche pondeuse.

En revanche, si une mouche vole de façon moins vive et en courts zigzags à proximité d'un groupe de figues comme si elle allait se poser dessus, il peut s'agir tout autant d'une mouche pondeuse en cours de reconnaissance que d'une mouche consommatrice attirée par un point de suintement de latex présent au sein du groupe de figues (point d'attache d'une figue infestée ramassée ou d'une feuille arrachée, pétiole sectionné...).

On aura compris de ce qui précède que toute mouche trouvée dans des activités de nutrition (sur le dessous des feuilles ou sur des points de suintement de latex) n'est pas une mouche pondeuse et ne doit pas faire perdre de temps à l'observateur en cours de recherche de mouches pondeuses.

 

INCIDENCE SUR L'EFFICACITE DES PIEGES

 

Compte tenu des activités mutuellement exclusives des mouches femelles, on peut supputer que les pièges avec attractif alimentaire ne capturent pas les mouches pondeuses, mais uniquement une partie des mouches consommatrices.

Mais il est vrai qu'une mouche pondeuse est une mouche consommatrice avant sa (ou ses) période(s) de ponte et après celle(s)-ci, que ce soit sur le même figuier ou sur des figuiers différents.

Néanmoins, la conjonction de l'existence d'un longue séquence de pontes successives pour une même mouche et du caractère mutuellement exclusif des activités d'une mouche (nutrition ou séquence de pontes successives) peut expliquer, au moins en partie, l'inefficacité relative des pièges avec attractif alimentaire.

 

ABSENCE DE CORRELATION ENTRE NOMBRE DE MOUCHES ET NUISANCE GLOBALE

 

Pendant les 14 jours au cours desquels j'ai assisté à des pontes, j'ai observé lors de 10 journées une seule femelle pondeuse présente à la fois sur le figuier (indépendamment des horaires et du nombre d'heures d'observation de la journée).

Je n'ai observé que lors de 4 journées la présence simultanée sur le figuier de plusieurs femelles pondeuses : le 6 juin (2 femelles, puis 4 femelles dans une plage horaire différente) et les 3, 7 et 13 juin (2 femelles).

A contrario, j'ai observé quasiment tous les jours de 3 à 6 mouches consommatrices simultanément présentes sur le figuier, indépendamment de la présence ou non d'une femelle pondeuse sur celui-ci.

Ces observations montrent que le nombre de mouches présentes simultanément sur le figuier n'est pas un indicateur de nuisance globale.

Le caractère mutuellement exclusif des activités de la mouche (nutrition ou séquence de pontes successives) renforce l'absence de corrélation entre le nombre de mouches présentes sur le figuier en période de pontes et la hauteur des pertes de récolte constatées.

 

SUCCESSION DES MOUCHES PONDEUSES SUR LE FIGUIER

 

L'observation de présence d'une seule mouche pondeuse sur le figuier ne signifie pas que ce soit la seule qui visite celui-ci dans la journée.

J'ai observé que plusieurs mouches pondeuses isolées se succèdent sur le figuier au cours de la journée.

En effet, au cours d'un même journée, mes observations étaient souvent réparties entre le matin et la fin de l'après-midi. Les observations d'une mouche pondeuse isolée étant alors espacées de plusieurs heures.

Or, selon mes estimations à partir d'observations de séquences de 4 à 16 pontes successives, la durée d'une séquence d'une vingtaine de pontes successives habituellement accomplie par la même femelle n'excède pas 1 h 30. 

Exemple.

Le 10 juin, j'ai réparti mes observations en 3 plages horaires espacées de 2 h 30 à 3 h (10 h 30 - 11 h 30 ; 14 h 30 - 16 h ; 18 h 30 - 19 h 30).

J'ai observé des pontes au cours de chacune des plages horaires : 3 pontes entre 10 h 36 et 10 h 53 ; 3 pontes entre 14 h 50 et 15 h 35 ; 2 pontes entre 18 h 35 et 18 h 44. Dans les trois cas, il s'agissait d'une femelle isolée (pas de présence d'autres femelles pondeuses sur le figuier pendant la plage horaire d'observation).

Cet exemple montre que 3 femelles pondeuses isolées se sont succédé sur le figuier au cours de mes observations de la journée.

Silba adipata McAlpine pondant dans une figue immature (variété 'Bellone')

Silba adipata McAlpine pondant dans une figue immature (variété 'Bellone')

 

Silba adipata McAlpine pondant dans une figue immature (variété 'Bellone')

Silba adipata McAlpine pondant dans une figue immature (variété 'Bellone')
(noter l'ovipositeur glissé sous une écaille ostiolaire)

 

ESTIMATION DU NOMBRE DE MOUCHES PONDEUSES

 

NOMBRE MAXIMAL THEORIQUE

Je n'ai pas pu par mes observations déterminer le nombre maximal de mouches pondeuses isolées se succédant sur le figuier dans une journée.

Si l'on retient un maximum de 1 h 30 pour la durée de présence sur le figuier d'une mouche pondeuse accomplissant une séquence d'une vingtaine de pontes successives (estimation basée sur mes observations), 10 mouches pondeuses isolées pourraient se succéder sans interruption de l'aube à la nuit (6 h - 21 h, soit 15 heures).

Mais les nombreuses plages horaires quotidiennes d'observation de plusieurs heures (situées dans la période des pontes) pendant lesquelles je n'ai observé aucune ponte montrent que la réalité est très en deçà de ce maximum théorique.

 

NOMBRE MOYEN QUOTIDIEN DE MOUCHES PONDEUSES

Une estimation réaliste du nombre moyen de femelles pondeuses ayant fréquenté quotidiennement le figuier (de façon isolée ou simultanée) pendant la période des pontes peut s'effectuer à partir du nombre total de figues attaquées.

Nombre total de figues attaquées : 425.

Capacité de nuisance individuelle de la mouche : 15 figues (20 pontes successives moins 5 pontes réalisées dans une figue déjà infestée - voir estimation au chapitre "Capacité globale de ponte d'une mouche").

Le nombre de visites du figuier par des femelles pondeuses au cours de la période des pontes est : 425 / 15 = 28,33 arrondi à 28.

La période des pontes a compté 14 jours (voir détails au chapitre "Campagne d'observation des pontes 2020").

Nombre moyen de mouches pondeuses ayant fréquenté le figuier quotidiennement : 28 / 14 = 2.

Sachant qu'il ne s'agit pas obligatoirement de mouches différentes d'un jour à l'autre, voire le même jour.

Le résultat de ce calcul est cohérent par rapport à ce que j'ai observé sur le figuier ou déduit à partir des horaires des pontes et des amplitudes / positionnements dans la journée des séances d'observation (tel que relaté dans les deux sous-chapitres qui précèdent).

 

NOMBRE TOTAL DE MOUCHES PONDEUSES

Si l'on fait l'hypothèse qu'une mouche pondeuse ne visite qu'une seule fois le figuier au cours de la période des pontes, il y a autant de mouches pondeuses différentes que de visites, soit 28.

Mais, parmi les femelles ayant fréquenté le figuier pendant la période des pontes, compte tenu de la durée de celle-ci (14 jours), il est très probable que certaines aient effectué au moins deux visites.

Le nombre de femelles différentes ayant fréquenté le figuier serait alors inférieur à 28, dans une proportion que mes observations ne permettent pas d'estimer.

Ce nombre pourrait être encore plus réduit s'il est établi qu'une femelle pondeuse peut visiter un figuier plus d'une fois dans la même journée, ce que j'ignore.

Si la séquence de pontes successives s’arrête une fois la vingtaine atteinte, cela peut signifier qu’il n’y a plus de disponibilité d’oeufs ayant atteint leur maturation dans l’abdomen de la femelle et / ou que la femelle doit observer un temps de repos (d’une durée que je ne connais pas) entre deux séquences de pontes.

Je ne connais pas les modalités de renouvellement des oeufs (nombre d’oeufs se formant en même temps, délai de formation glissant des oeufs).

Et je ne sais pas combien d’oeufs une femelle Silba adipata McAlpine peut pondre au cours de sa vie.

 

Rappel : le décompte des pontes et leur répartition (par journées et dans la journée) figurent au chapitre "Campagne d'observation des pontes 2020".
 

Silba adipata McAlpine pondant dans une figue immature (variété 'Bellone')

Silba adipata McAlpine pondant dans une figue immature (variété 'Bellone')

 

Silba adipata McAlpine pondant dans une figue immature (variété 'Bellone')

Silba adipata McAlpine pondant dans une figue immature (variété 'Bellone')

 

 

Retour début page Début page   Retour au sommaire Sommaire