Silba adipata McAlpine

Présentation      Biologie      Mode de vie      Infestation      Moyens de lutte

 


Accueil > Infestation > Infestation des figues immatures (œufs).

 

Auteur : François DROUET
Photographies : François DROUET

Tous droits réservés 

 

 

Infestation des figues immatures (œufs)

 

 

 

Selon le plan suivant : nombre d'œufs dans une figue, nombre d'œufs déposés lors d'une ponte, dénombrement du nombre de pontes dans une figue.

 

NOMBRE D'ŒUFS DANS UNE FIGUE

 

Une figue parasitée par Silba adipata McAlpine contient ordinairement de 1 à 5 œufs.

C'est le nombre d'œufs (ou d'enveloppes d'œufs vides) que je trouve régulièrement dans une figue par l'examen de la région ostiolaire au stéréomicroscope. Sous une écaille ostiolaire, sous plusieurs écailles ostiolaires (au maximum trois), et/ou dans le canal ostiolaire.

Le nombre de grosses larves (6 à 7 mm) que je trouve habituellement dans une figue parasitée sans trous de sortie de larve étant un élément de confirmation. Le nombre de trous de sortie de larve n'est pas vraiment significatif pour une figue donnée car plusieurs larves peuvent emprunter le même trou de sortie, mais, variant de 1 à 4 dans pratiquement tous les cas pour l'ensemble des figues parasitées, il confirme statistiquement le nombre maximal d'œufs contenus ordinairemenrt dans une figue parasitée.
 

Silba adipata McAlpine : 5 enveloppes d'oeufs vides (chorions) sous une écaille ostiolaire qui a été relevée.

Silba adipata McAlpine : 5 enveloppes d'œufs vides (chorions) sous une écaille ostiolaire qui a été relevée (stéréomicroscope)
 

Il m'arrive de trouver dans une figue un nombre d'œufs très supérieur à 5, en raison de la pluralité de pontes dans une même figue (figue visitée par plusieurs femelles ; voir chapitre). Dans ce cas, la dissémination des œufs peut concerner plus de 3 écailles ostiolaires (j'ai pu observer des pontes multiples impliquant jusqu'à 7 écailles ostiolaires de premier et de second rang).

Le nombre d'œufs le plus élevé que j'ai observé dans une figue est de 29 (à l'état d'enveloppes d'œufs vides). Des observateurs autres que moi ont trouvé un nombre d'œufs bien supérieur dans une même figue, pouvant dépasser la centaine (voir chapitre).
 

Silba adipata McAlpine : 7 oeufs et 7 enveloppes d'oeufs vides (chorions) sous une écaille ostiolaire qui a été relevée.

Silba adipata McAlpine : 7 œufs et 7 enveloppes d'œufs vides (chorions) sous une écaille ostiolaire qui a été relevée
(figue immature ; les oeufs ont été déposés au-dessous des chorions lorsque l'écaille était horizontale ; stéréomicroscope)

 

NOMBRE D'ŒUFS DÉPOSÉS LORS D'UNE PONTE

 

F. SILVESTRI indique que la femelle Silba adipata McAlpine pond un à quatre œufs dans l'ostiole, le plus fréquemment trois. Référence : SILVESTRI F., 1917, Sulla Lonchaea aristella Beck. (Diptera : Lonchaeidae) dannosa alle infiorescenze e fruttescenze del caprifico e del fico, Bollettino del Laboratorio di Zoologia Agraria in Portici, vol.12, pp. 123 -146. 

Mais il n'indique pas si Silba adipata McAlpine dissémine les œufs d'une même ponte sous différentes écailles de l'ostiole, si elle les regroupe sous une même écaille ostiolaire, ou si, d'une ponte à l'autre, elle utilise l'un ou l'autre des deux procédés.

C'est un point très difficile à vérifier par l'observation directe des œufs après une ponte. Lorsque l'on examine la région ostiolaire d'une figue immature juste après une ponte, si l'on trouve des œufs disséminés sous plusieurs écailles ostiolaires, on ne sait pas si l'ensemble des œufs ont été déposés lors de la ponte que l'on vient d'observer, ou si certains d'entre eux résultent d'une ponte antérieure récente (pluralité de pontes dans une même figue).

Pour vérifier ce point, il faudrait, en laboratoire, isoler des femelles fécondées, les faire procéder à une seule ponte sur une figue immature mise à leur disposition, et examiner les écailles ostiolaires après cette ponte (conditions très difficiles réaliser, même si l'on essaie de vérifier l'unicité de la ponte avec une caméra suivant la femelle tout au long de la journée...). Ou, en champs, il faudrait disposer des résultats d'une grande quantité d'observations directes de pontes suivies de l'examen immédiat des écailles ostiolaires, et dégager des tendances statistiques.

Mais je pense d'ores et déjà que, lors d'une ponte (visite d'une figue), la femelle Silba adipata McAlpine peut grouper de 1 à 5 œufs sous la même écaille ostiolaire, ou dans le seul canal ostiolaire, ou peut répartir de 2 à 5 œufs sous deux à trois écailles ostiolaires, et éventuellement dans le canal ostiolaire.

Selon l'étude du parasitage de 143 figues présentée au chapitre, lorsque la figue contient de 2 à 5 œufs, dans 65 % des cas la totalité de ceux-ci ont été déposés sous une seule écaille ostiolaire, ou dans le seul canal ostiolaire ; dans 35 % des cas, ceux-ci sont disséminés sous deux à trois écailles ostiolaires, ou pour partie dans le canal ostiolaire.

Si la femelle Silba adipata McAlpine ne déposait les œufs d'une ponte que sous une seule écaille ostiolaire, cela voudrait dire que les 35 % de figues parasitées précitées auraient fait l'objet de pontes multiples. Il faudrait d'ailleurs leur ajouter le pourcentage des figues parasitées abritant tous les œufs sous une même écaille ostiolaire pour lesquelles les œufs proviendraient de femelles différentes (Silba adipata McAlpine n'hésite pas à déposer ses œufs sous une écaille ostiolaire qui abrite déjà ceux d'une autre femelle. Je l'observe fréquemment dans le cas de figues contenant un nombre d'œufs nettement supérieur à 5, y compris lorsque d'autres écailles ostiolaires sont dépourvues d'œufs). 

Cela ne me paraît pas correspondre au pourcentage de figues contenant des larves de tailles différentes que je rencontre parmi les figues infestées, qui me semble bien plus faible (des larves de tailles différentes dans une même figue étant un indicateur de pontes multiples dans celle-ci - voir chapitre).

Toutefois, ce n'est qu'un ressenti car je ne dispose pas d'un pourcentage précis parmi les figues parasitées pour les figues contenant des larves de tailles différentes. Ce pourcentage précis serait difficile à obtenir (nécessité d'un développement suffisant des plus petites des larves pour qu'elles soient détectables à l'ouverture de la figue, mort de larves.minuscules indétectables...). 

 

DÉNOMBREMENT DU NOMBRE DE PONTES DANS UNE FIGUE

 

PRINCIPES RETENUS

Une femelle Silba adipata McAlpine dépose de 1 à 5 œufs dans une figue.

Lors d'une ponte (visite d'une figue), la femelle dépose ses œufs sous une ou plusieurs écailles ostiolaires, ou dans le canal ostiolaire.

Une figue peut être visitée par plusieurs femelles (multiplicité de pontes dans une même figue). Cela peut s'être produit même si la figue contient de 2 à 5 œufs.

Les figues contenant plus de 5 œufs ont fait l'objet de plusieurs pontes (plusieurs femelles les ont visitées).

Les figues contenant à la fois des œufs et des enveloppes d'œufs vides (chorions) ont subi plusieurs pontes, à des dates différentes (dates de fin d'incubation différentes = pontes différentes). On dénombre alors séparément les pontes relatives aux œufs non éclos et celles relatives aux chorions.

Dans les cas où la figue contient de 2 à 5 œufs, les œufs déposés sous une même écaille ostiolaire sont le fait d'une même femelle. Sachant que cette femelle peut avoir déposé des œufs aussi dans les autres (ou l'autre) écailles ostiolaires abritant des œufs (dans la limite d'un total de 5 œufs pour toutes les écailles ostiolaires visitées par la femelle).*

Dans les cas où la figue contient de 2 à 5 œufs, les œufs déposés dans le canal ostiolaire sont issus d'une seule femelle, différente de celles qui ont disposé des œufs sous les écailles ostiolaires, et qui a fait ce choix pour la totalité de sa ponte**.  
 

* On peut raisonnablement retenir ce principe hautement probable, mais non certain.

** Elle n'a pas de raisons d'adopter ou de modifier ce choix en cours de ponte. La femelle ne pond en effet dans le canal ostiolaire que si celui-ci est suffisamment ouvert (et l'attire prioritairement par rapport aux écailles ostiolaires), ce qui se produit rarement pour une figue immature, et seulement à un stade avancé d'évolution de celle-ci. Pour moi, la présence d'œufs dans le canal ostiolaire traduit une ponte plus tardive que celles ayant donné lieu à dépôt d'œufs sous les écailles ostiolaires.

 

MÉTHODE DE DÉNOMBREMENT

Des principes précités, on peut déduire la méthode de dénombrement suivante.

Les figues contenant un seul œuf (non éclos ou à l'état d'enveloppe d'œuf vide) n'ont bien entendu fait l'objet que d'une seule ponte (elles n'ont été visitées que par une seule femelle).

Pour les figues contenant à la fois des œufs non éclos et des enveloppes d'œufs vides, on réalise deux dénombrements successifs séparés : l'un relatif aux œufs non éclos, l'autre relatif aux enveloppes d'œufs vides.

On dénombre les pontes de la façon suivante (dans ce qui suit, le terme "œuf" désigne un œuf non éclos ou un chorion, selon le dénombrement dans lequel on se situe).

Figue contenant 2 œufs : 1 ponte si les deux œufs sont placés sous une seule écaille ostiolaire, ou dans le seul canal ostiolaire ; 2 pontes si l'un des œufs se trouve sous une écaille ostiolaire et l'autre dans le canal ostiolaire ; 1 ou 2 pontes si les deux œufs sont placés sous deux écailles ostiolaires différentes.

Figue contenant 3 œufs : 1 ponte si les trois œufs sont placés sous une seule écaille ostiolaire, ou dans le seul canal ostiolaire ; 1 ou 2 pontes si l'un des œufs se trouve sous une écaille ostiolaire et les deux autres sont groupés sous une autre écaille ostiolaire ; 1, 2 ou 3 pontes si les trois œufs sont placés chacun sous une écaille ostiolaire différente ; 2 pontes si l'un des œufs se trouve sous une écaille ostiolaire et les deux autres dans le canal ostiolaire, ou inversement ; 2 ou 3 pontes si deux œufs sont placés chacun sous une écaille ostiolaire et le troisième dans le canal ostiolaire.

Figue contenant 4 ou 5 œufs : le recensement de tous les cas possibles est lourd et inutile à exposer. Mais en pratique, le dénombrement est facile si l'on garde à l'esprit que l'on considère qu'une même femelle n'a pas déposé d'œufs à la fois dans le canal ostiolaire et sous une ou plusieurs écailles ostiolaires (étant souligné qu'en outre le dépôt d'œufs dans le canal ostiolaire est de très faible occurrence). En fait, on dénombrera 1 ponte si tous les œufs sont groupés sous une seule écaille ostiolaire, ou dans le seul canal ostiolaire. Dans le cas contraire : si absence d'œufs dans le canal ostiolaire, le nombre de pontes est de 1 à n (n indiquant le nombre d'écailles ostiolaires abritant des œufs) ; si présence d'œufs dans le canal ostiolaire, le nombre de pontes est de 2 à n + 1.

Figues contenant plus de 5 œufs (pontes multiples dans la même figue).

On détermine le nombre de pontes par la répartition des œufs sous les écailles ostiolaires, en jouant sur le nombre de quanta de 5 œufs faisant l'objet de cette répartition, et en appliquant des hypothèses simplificatrices, selon le détail ci-dessous.

On considère que 5 œufs sous une écaille ostiolaire sont le résultat d'une ponte, et on commence par dénombrer autant de pontes que d'écailles ostiolaires dans ce cas. Si sous une écaille ostiolaire il y a plus de 5 œufs, on recense aurtant de pontes que de multiples de 5 œufs (exemple : 15 œufs = 3 pontes).

S'il reste un reliquat d'œufs (1 à 4) sous cette écaille, on considère qu'il est le fruit d'une ponte supplémentaire s'il n'existe pas d'autres écailles ostiolaires abritant des œufs. S'il en existe, le reliquat entre dans l'identification de pontes par association avec les reliquats éventuels d'autres écailles abritant plus de 5 œufs, ainsi qu'avec les œufs trouvés sous les écailles ostiolaires qui abritent moins de 5 œufs. 
 

Silba adipata McAlpine : 2 oeufs sur 4 enveloppes d'oeufs vides (chorions) - 2 pontes

Silba adipata McAlpine : 2 œufs sur 4 enveloppes d'œufs vides (chorions) - 2 pontes
(région ostiolaire d'une figue immature ; l'écaille ostiolaire au-dessus des œufs et chorions a été enlevée ; stéréomicroscope)

 

 

Retour début page Début page   Retour au sommaire Sommaire